• Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Passion,  Portraits d'enseignants

    Portrait d’enseignant: Luc


    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Luc a étudié en adaptation scolaire et sociale à l’UQAM et enseigne depuis 32 ans. Il dit même : “depuis 32 belles années” dans la commission scolaire qui lui a donné sa chance. Il dit avoir eu la chance de suivre un parcours atypique, enseignant l’adaptation scolaire au secondaire, puis au primaire, puis par la suite en informatique au primaire et même enseignant ressource. Il est de retour au secondaire depuis un temps dans une école à projet particulier qui aide les élèves en difficulté d’apprentissage. 

    Il a choisi l’enseignement, car il avait le désir d’aider les élèves à mieux apprendre. Son plus beau moment en enseignement fut d’ailleurs en tant qu’enseignant ressource en mathématique de niveau secondaire 1. Une petite classe de 10 élèves lui avait été confiée et l’objectif était d’intégrer le plus possible d’élèves dans une classe régulière. Pas toujours facile l’intégration d’élèves en difficulté, par contre. Luc en sait quelque chose.  Mais ce projet, où le travail d’équipe était très présent, l’a marqué. Plusieurs élèves ont vécu une intégration réussie vers les classes régulières. 

  • Alexandra Coutlée,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Organisation

    S’organiser…pour ne pas se faire organiser

    Image par rawpixel de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire et fondatrice d’Espaceprof


    Je suis très forte en organisation.  Je vais vous dire un secret, la raison pour laquelle je suis forte en organisation, c’est que je suis non seulement anxieuse, mais j’ai aussi tendance à oublier des choses et à être désorganisée. Si je n’ai pas un système mis en place, les distractions sont nombreuses et il est facile pour moi de m’y perdre. Je termine alors la journée en ayant l’impression… et parfois la certitude, de ne pas avoir accompli grand-chose.  Afin d’être productive, j’ai donc dû mettre en place plusieurs petits trucs pour être bien organisée.

    Parmi les outils qui me donnent le plus de fil à retordre, on retrouve les fameux courriels. Ne vous méprenez pas, je trouve que c’est une façon de communiquer tellement efficace! Rien ne vaut un coup de téléphone quand le côté humain doit prendre plus de place, mais avouez qu’un petit courriel rapide pour aviser le parent de devoirs non faits se fait beaucoup plus rapidement qu’un appel téléphonique pendant une période libre (ça existe ça?).

  • Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Entraide,  Espaceprof,  Lâcher prise

    Ce que l’on s’impose à soi-même.

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Les enseignants travaillent fort. Leurs conditions de travail sont souvent très difficiles.  La reconnaissance n’est pas au rendez-vous et bien des jeunes enseignants quittent dans les 5 premières années d’enseignement. Pourtant, personne n’est allé en enseignement en ayant envie de travailler dans des conditions difficiles. Certains irréductibles semblent rentrer au travail avec un sourire et adorer quand même leur métier. D’autres semblent traîner une lourdeur avec eux chaque jour.

    Il n’est pas rare de lire sur les réseaux sociaux ou même d’entendre des enseignants dans les salles de profs se plaindre de leur charge de travail. On dirait même, parfois, que c’est un badge d’honneur ou une compétition (bien malsaine) que d’avoir passé son weekend à corriger ou de ne pas avoir eu le temps d’aller à la salle de bain de la journée. L’Internet est rempli de mèmes de ce genre, donnant à penser que c’est la norme, que c’est ce à quoi on doit s’attendre en enseignement.

  • Alexandra Coutlée,  Climat de classe,  Gestion de classe

    Agir au lieu de réagir

    Image par Siggy Nowak de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Ah les jeunes aujourd’hui! Ils ne savent plus écouter, n’est-ce pas qu’on l’entend souvent, celle-là? Il semble que plusieurs enseignants vivent des frustrations face aux jeunes qui ne sont pas attentifs. Ils aimeraient être capables de donner leur cours sans être interrompus par les élèves… mais est-ce qu’on veut vraiment d’une classe assise… passive, à l’écoute pendant 55 ou encore 75 minutes de temps? Serions-nous capables nous-mêmes de maintenir cette écoute pendant tout ce temps pendant, disons, une formation ou une réunion? Si les élèves ne sont pas engagés et à l’écoute 100 % du temps, est-ce que c’est toujours notre faute en tant qu’enseignant? Est-ce que nos cours sont mal préparés? Nos activités, ennuyantes?

    Il est tout à fait normal de ne pas être toujours attentif. Je suis certaine que vous avez répondu qu’il vous est impossible de maintenir votre attention 100 % du temps pendant une formation de 75 minutes, par exemple, même si la formation est pertinente et bien présentée. Même bien planifié, un cours ne rejoindra jamais 100 % des élèves. Les dérangements que les élèves peuvent apporter dans un cours sont donc tout à fait normaux et prévisibles. Par contre, nuances ici, je ne parle pas des élèves qui dérangent la classe de façon excessive ou même de façon dangereuse. Je parle de petites distractions, comme l’élève dans la lune ou l’élève qui parle à son voisin en chuchotant.

  • Alexandra Coutlée,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Formation,  Santé mentale

    Apprendre comme moyen pour gérer son stress au travail

    Image par Evgeni Tcherkasski de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Le métier d’enseignant n’est pas facile et comprend son lot de stress au travail. Il existe plusieurs solutions pour gérer son stress au quotidien.  On nous parle par exemple d’aller faire une marche sur notre heure de dîner, de faire jouer de la musique pendant notre pause ou au début des cours pour détendre l’atmosphère. Les discussions avec des collègues peuvent aussi être une source de réconfort et nous aider à gérer notre stress. Par contre, toutes ces solutions sont des solutions à court terme. Elles aident à gérer le stress du moment ou encore à mettre un baume sur le trop-plein de stress que nous vivons ce jour-là.

    Pour s’assurer d’être bien à long terme dans notre métier d’enseignant,  il faut donc trouver des solutions à plus long terme. Une étude de l’Université de Michigan a testé l’impact de l’apprentissage sur le stress de deux groupes d’employés.  Un premier groupe utilisait les méthodes nommées précédemment pour gérer son stress (des respirations, des marches, de la méditation, etc.). Le 2e groupe était activement engagé dans l’apprentissage de quelque chose de nouveau. Le groupe qui a participé à des activités d’apprentissage ressentait moins d’émotions négatives au travail que le groupe qui avait utilisé des stratégies de gestion de stress plus temporaires.

  • Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Motivation,  Passion

    Déranger

    Image par Ohmydearlife de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    J’ai toujours dérangé dans mon milieu de travail. Dans certaines écoles, j’ai dérangé beaucoup, dans d’autres, un peu moins. Dans certaines écoles, j’ai trouvé des alliés, des amis avec qui collaborer, des collègues en or. Dans d’autres milieux, j’ai été très malheureuse et j’ai eu l’impression de ne pas avoir ma place. Je suis une fille passionnée, engagée et quand je me lance, des fois, je m’emporte. Je suis une intense qui peut prendre de la place. Mon directeur de l’an passé disait de moi que j’étais ploguée sur le 220. De leur part, c’était un compliment. Ceux qui m’apprécient me traitent de machine, mais savent que j’ai un côté bien humain. Certains, par contre, ne voient pas l’humain derrière la machine et pensent que leurs commentaires ne me brisent pas le coeur. 

  • Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Passion,  Portraits d'enseignants

    Portraits d’enseignants: Christopher Duhaime

    Image parAlexandra_Koch de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Christopher, un enseignant d’anglais langue seconde, a gentiment accepté de répondre à nos questions. Il est notre 3e portrait d’enseignant.

    Christopher a débuté ses études au Cégep Champlain St-.Lawrence, à Québec. Parler et apprendre l’anglais l’avais toujours intéressé, et c’est à la suite d’un échange étudiant de trois mois en 5e secondaire qu’il a décidé de poursuivre ses études en anglais. Il savait alors qu’il allait aussi devenir enseignant d’anglais. Il est par la suite retourné dans sa Mauricie natale et a complété son baccalauréat en enseignement des langues secondes à l’UQTR. Sa carrière en enseignement a débuté par de la suppléance et lorsqu’il a rencontré sa copine, ils se sont déplacés vers la région de Lanaudière. C’est en 2018 qu’il a obtenu son tout premier contrat au secondaire.

  • Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Motivation,  Passion,  Portraits d'enseignants

    Portraits d’enseignants : Sylvie Lebourdonnec

    Image parAlexandra_Koch de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Sylvie a gentiment accepté de répondre à nos questions et d’être notre deuxième portrait d’enseignant Espaceprof. Elle cumule plus de 30 ans d’expérience comme enseignante. Titulaire du BAC en 1980, elle a depuis cumulé plusieurs postes différents en enseignement. « J’ai souhaité changer de poste régulièrement, c’est enrichissant sur le plan humain (belles rencontres) et ça rebooste pour innover et aller de l’avant ! » nous explique Sylvie.

    Devenir enseignante était un rêve de petite fille pour Sylvie. C’est grâce à des enseignants qui ont croisé son chemin d’élève qu’elle est devenue enseignante et aussi grâce aux enseignants qui l’ont accompagnée lors de ses stages. « J’étais (et je suis toujours) une passionnée de l’animation,  alors travailler avec des enfants était une évidence, je n’ai jamais eu envie de faire autre chose que d’enseigner, encore aujourd’hui, même si c’est de plus en plus difficile, j’adore ce métier ! »

  • Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Nouveaux enseignants

    Les premières années en enseignement (6)


    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Malheureusement, plusieurs d’entre eux quittent dans les cinq premières années de carrière. Selon une étude du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, c’est 25% des nouveaux enseignants qui quittent le métier,  une perte considérable de potentiel de relève.

    Plusieurs raisons expliquent leur départ: tâche lourde ou partielle, instabilité d’emploi ou désillusion quant au métier qui est plus difficile qu’imaginé. Plusieurs vivent une ou des premières années loin de ce qu’ils avaient imaginé. Pourtant, il ne faut pas oublier les 75% qui restent et qui ont trouvé comment mieux vivre les débuts dans ce métier. Je vous présente donc cinq jeunes enseignants qui ont gracieusement accepté de me partager leurs bons coups et leurs conseils aux nouveaux enseignants!

  • Alexandra Coutlée,  Enseignant connecté,  Enseignement positif,  Portraits d'enseignants

    Portraits d’enseignants: Mylène Bélanger

    Image parAlexandra_Koch de Pixabay

    Mylène Bélanger a gentiment accepté de répondre à nos questions et d’être notre premier portrait d’enseignant Espaceprof. Mylène enseigne la musique au primaire depuis plusieurs années. Elle a fait des études en éducation musicale et en interprétation à l’Université Laval. Elle enseigne la musique depuis plus de 14 ans et a travaillé dans divers milieux, autant au secondaire qu’au primaire. Elle a aussi enseigné en adaptation scolaire, en classe de comportement, en classe TSA et en classe de déficience intellectuelle. Depuis 2008, Mylène enseigne la musique à la Commission scolaire des Découvreurs et œuvre dans une école défavorisée auprès d’élèves ayant des besoins particuliers ainsi que d’élèves immigrants en francisation Elle a développé au fil des années des outils et des méthodes pour rendre son enseignement plus accessible à sa clientèle.

    Mylène collabore avec plusieurs chercheurs afin de baser sa pratique sur des fondements scientifiques. Elle est très impliquée dans son propre développement professionnel, mais aussi celui des enseignants. Elle a d’ailleurs développé une formation en ligne sur la gestion de classe avec Cadre 21 (formations qui sont gratuites pour les enseignants, à explorer!). Elle administre également un groupe Facebook Enseigner la musique autrement et un autre groupe Gestion de classe: Pratiques gagnantes. Elle est aussi la cofondatrice de Hors Stand’Art  qui a pour mission d’offrir des formations et du matériel spécialisé pour répondre aux besoins particuliers des enseignants de musique qui enseignent aux élèves présentant des besoins particuliers.