• Carolane Groleau,  Covid-19 2020,  Décrocher,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Lâcher prise

    Vaincre l’isolement

    Image par StockSnap de Pixabay

    Carolane Groleau Espaceprof

    Carolane Groleau

    Enseignante au secondaire


    D’aussi loin que je me souvienne (et selon les souvenirs de ma mère), j’ai toujours adoré l’école, tellement que maintenant, j’y travaille! 

    À cinq ans, j’étais fin prête à être une grande fille et partir faire le plein de nouvelles connaissances! Si bien que le matin de la rentrée, ma mère a été un peu déstabilisée lorsque toute confiante et heureuse, je lui ai dit au revoir.

  • Carolane Groleau,  Nouveaux enseignants,  Santé mentale

    Le début

    Image par Free-Photos de Pixabay

    Carolane Groleau Espaceprof

    Carolane Groleau

    Enseignante au secondaire


    (Retour en arrière)

    Août 2018

    Après un stage 4 qui m’a apporté grand nombre de remises en question sur mon choix de carrière, je prends mon courage à deux mains et je pars avec ma pile de CV, direction : les écoles secondaires de la région. 

    Quelques jours plus tard, je reçois un appel. On me demande si j’accepterais de donner le cours d’Éthique et culture religieuse au régulier ainsi que celui d’anglais pour les élèves des groupes GAER. (Petite précision : je suis enseignante de français). Et ça se met à tourner dans ma tête…

    Et si je dis non, vais-je travailler cette année? Va-t-on me barrer de cette école? 

    Et si je dis oui, vais-je être à mon meilleur? Suis-je outillée pour cette responsabilité? Vais-je me sentir bien?

    La réussite d’élèves est en jeu…

    … et mon bien-être aussi.

    Je décline l’offre.

    La directrice de cette école me rappelle. 

  • Carolane Groleau,  Développement professionnel continu,  Espaceprof,  Formation

    Le suivi CLASS

    Image par Fernando Aguirre Guzmán de Pixabay

    Carolane Groleau Espaceprof

    Carolane Groleau

    Enseignante au secondaire


    Tranche de vie : L’an dernier, je vivais ma toute première année en tant qu’enseignante de français au secondaire. Ma curiosité, ma détermination ainsi que ma capacité à créer des liens avec les élèves ont vite été remarquées. Toutefois, j’étais (et je suis toujours) une enseignante novice et donc moins expérimentée et moins outillée qui a eu à relever un beau défi : le «groupe difficile».

    En cours d’année, même si je tenais le coup, bien entourée de mes collègues enseignants et TES exceptionnels, ma directrice m’a suggéré quelque chose qui pouvait apporter une opinion extérieure sur ma pratique : le suivi CLASS.

  • Carolane Groleau,  Enseignement positif,  Motivation,  Nouveaux enseignants,  Santé mentale

    Merci à mes élèves!

    Image par Karolina Grabowska de Pixabay

    Carolane Groleau

    Enseignante au secondaire


    Lorsque nous sommes élèves, on dirait qu’il nous est difficile de nous imaginer la vie de nos enseignants à l’extérieur de leur local de classe. Lorsque j’étais au secondaire, je ne réfléchissais pas à cela. Pour moi, un enseignant était passionné de sa matière, avait tous ses trucs déjà préparés et possédait un infini bagage de connaissances. Je ne me doutais pas que les novices planifiaient et construisaient probablement du matériel lors de leurs journées de congé, tout comme j’étais loin de m’imaginer que certains sortaient dans des bars… ou dataient même!

    Cette réflexion, je l’ai faite pour la première fois l’an dernier, lors de mon premier contrat. J’avais cette impression de vivre une double vie : enseignante le jour et jeune femme le soir.

    Aussi, je me suis toujours dit qu’en allant au travail, il faut laisser sa vie personnelle chez soi, à la porte…

    … mais cette semaine, cela a été plus ardu.

    Je ne suis pas la première ni la dernière à que cela arrive, mais c’était une première dans ma vie, moi qui ai fait passer mes études et ma carrière avant mes sentiments : ma première vraie grosse peine d’amour.

    Comment aller travailler un lundi matin après avoir passé la dernière fin de semaine à vivre toutes les étapes de la peine d’amour parfois en alternance, parfois en simultanée (tristesse, colère, tristesse à nouveau, incompréhension, tristesse, déni et encore tristesse)?

    Comment sourire et sembler passionnée par ma matière alors que j’ai à peine dormi et mangé en deux jours?