• Apprentissage,  Développement professionnel continu,  Espaceprof,  Motivation,  Nadia Bélanger

    L’introspection: un outil pour le développement de l’identité professionnelle

    Image par Fifaliana Joy de Pixabay

    Nadia Bélanger Espaceprof

    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Combien de fois vous arrêtez-vous par année pour réfléchir à votre identité professionnelle? Pour réfléchir à qui vous êtes comme enseignant.e? Pour réfléchir à qui vous voulez être comme enseignant.e?

    Comme pour l’identité personnelle, l’identité professionnelle se construit, se développe, se modifie. Les quelques enseignants qui m’ont servie de mentors et de guides me rappelaient souvent ceci:

    Le bon enseignant cherche toujours à apprendre et à apprendre à devenir lui-même meilleur. 

  • Alexandra Coutlée,  Apprentissage,  Covid-19 2020,  Développement professionnel continu,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Formation

    Je suis nul(le) en informatique…

    Image par Martine Auvray de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


    Je suis allée courir la semaine dernière avec une amie. Nous avons fait un 3,5 km ensemble. À la fin de la course, elle m’a dit : « Franchement, tu aurais pu te forcer et faire un petit 0,5 de plus pour te rendre à 4. Tu es tellement lâche. Tu cours tellement pas vite, regarde la moyenne de vitesse que l’application indique… pathétique. Tu n’y arriveras jamais. Tu n’es juste pas faite pour la course. Tu n’as juste pas de talent pour ça. Laisse tomber… tu es vraiment poche ! »

    Vous lui répondriez quoi ? Pas une super amie, n’est-ce pas ? Je me doute que vous vous dites : « Ben bravo, tu es allée ! C’est bon 3,5 km! Moi, j’en fais même pas 1 encore. Moi je te trouve bonne. Ne lâche pas, tu vas finir par y arriver. »

  • Apprentissage,  Covid-19 2020,  Développement professionnel continu,  Enseignant connecté,  Entraide,  Espaceprof,  Lysiane Dallaire

    La techno!

    Image par StartupStockPhotos de Pixabay

    Lysiane Dallaire Espaceprof

    Lysiane Dallaire

    Enseignante au primaire


    Dans la vie de tous les jours, avant la COVID-19, je suis spécialiste au primaire en anglais langue seconde. J’enseigne joyeusement à des élèves du 3e cycle et à des groupes d’adaptation scolaire. Je suis aussi enseignante ressource auprès de collègues, eux aussi enseignants d’anglais. Je n’ai pas d’enfants, pas de maison à entretenir, mes parents se portent bien. Bref, j’ai habituellement pas mal juste moi à gérer dans ma vie personnelle. Ma job, j’en mange. J’ADORE ma job. Je vous en ai parlé, mais cet arrêt m’a mise devant un certain vide. Ne vous trompez pas, j’ai adoré mon mardi matin en pyjama sous la grisaille à savourer un deuxième latte devant un roman, mais j’ai quand même pas mal de temps devant moi. J’étais déjà pas pire bonne avec les ordinateurs. Je me débrouille généralement bien quand un collègue déboule dans ma classe parce que son TBI ne fonctionne pas ou que les ordinateurs du labordinosaure refusent de collaborer. Je parle extension, plug-in, tutoriel, plateforme, mise à jour et cie. dans mon quotidien. Y’a certaines choses que je n’approchais pas beaucoup par choix, par préférence. (les robots, ouff!). J’avais d’autres filières remplies de “j’aimerais donc faire ça…” (avoir un site web, faire un échange linguistique virtuel, etc.) 

  • Alexandra Coutlée,  Covid-19 2020,  Décrocher,  Développement professionnel continu,  Entraide,  Espaceprof,  Formation,  Gestion du temps,  Lâcher prise,  relation d'aide,  Santé mentale,  Santé Physique

    Vivre et laisser vivre

    Image par StockSnap de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


    Nous vivons tous ensemble, quelque chose qui sort de l’ordinaire. Il faut donc se tenir les coudes (métaphoriquement, bien sûr). Je me désole de voir comment plusieurs sont durs envers leurs collègues sur les réseaux sociaux. Certains enseignants ont choisi d’envoyer des idées de jeux à faire à la maison, d’autres d’envoyer une vidéo aux élèves pour les rassurer. Certains ont choisi de prendre cette pause comme une pause complète et de déconnecter complètement.

    J’ai intitulé ce billet vivre et laisser vivre. Bien sûr, dans le contexte que nous vivons, il faut présentement s’empêcher de vivre notre vie normale pour permettre à d’autres… de vivre. J’ai choisi cette expression plutôt pour nous rappeler d’être bienveillants les uns envers les autres. J’appelle donc au respect et vous propose de laisser chacun vivre ce moment à sa façon, tout en respectant, bien sûr, les demandes du gouvernement.

  • Alex-Anne Flambert,  Développement professionnel continu,  Espaceprof,  Nouveaux enseignants

    Le syndrome de l’imposteur chez les jeunes enseignants.es

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    Alex-Anne Flambert Espaceprof

    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire


    Avez-vous déjà ressenti cette impression de ne pas être complètement qualifié pour ce qu’on vous reconnait? De ne pas mériter les fleurs qu’on vous envoie? D’être gêné de prendre la parole, de peur qu’on ne vous juge pas suffisamment compétent? 

    En tant que jeune enseignante, je vous avouerais qu’il m’arrive souvent de me sentir ainsi. Même si j’ai toutes les qualifications pour être reconnue comme une enseignante compétente, que j’ai passé tous mes cours universitaires haut la main et que je tente le plus possible de vivre des expériences de formation continue, on dirait que le manque d’expérience sur le terrain me fait parfois sentir inférieure. 

  • Carolane Groleau,  Développement professionnel continu,  Espaceprof,  Formation

    Le suivi CLASS

    Image par Fernando Aguirre Guzmán de Pixabay

    Carolane Groleau Espaceprof

    Carolane Groleau

    Enseignante au secondaire


    Tranche de vie : L’an dernier, je vivais ma toute première année en tant qu’enseignante de français au secondaire. Ma curiosité, ma détermination ainsi que ma capacité à créer des liens avec les élèves ont vite été remarquées. Toutefois, j’étais (et je suis toujours) une enseignante novice et donc moins expérimentée et moins outillée qui a eu à relever un beau défi : le «groupe difficile».

    En cours d’année, même si je tenais le coup, bien entourée de mes collègues enseignants et TES exceptionnels, ma directrice m’a suggéré quelque chose qui pouvait apporter une opinion extérieure sur ma pratique : le suivi CLASS.