• Covid-19 2020,  Entraide,  Espaceprof,  Lysiane Dallaire

    Sharing is Caring

    Image par PIRO4D de Pixabay

    Lysiane Dallaire Espaceprof

    Lysiane Dallaire

    Enseignante au primaire


    C’est un sujet qui me trotte dans la tête depuis longtemps. Avant la COVID-19, avant la fermeture des écoles. Je suis une personne créative qui aime son travail profondément. Je me débrouille aussi assez bien devant un écran d’ordinateur avec une souris entre les mains. Toutes ces caractéristiques combinées font de moi une personne pour qui créer une situation d’apprentissage pour mes élèves est souvent aussi rapide que d’essayer de m’approprier un projet créé par quelqu’un d’autre. 

    J’ai déjà eu de nombreuses discussions avec des collègues sur le partage du matériel. Je comprends que souvent, lorsqu’on partage, on perd le contrôle. L’éthique du droit d’auteur est souvent bafouée dans notre milieu enseignant. Certains “s’inspirent” fortement du travail de quelqu’un d’autre. Certains partagent et reproduisent sans la permission de l’auteur original. Je dois avouer que du point de vue de celle qui partage beaucoup, j’apprécie énormément les mercis, les critiques constructives, les demandes de partage et surtout les projets partagés en retour. Sans tout cela, je continuerais certainement de partager, mais je dois avouer qu’ils font la différence. Pensez-y la prochaine fois que vous utilisez du matériel qui vient d’ailleurs. Je respecte et comprends le choix de ceux qui préfèrent conserver leurs trésors pour eux. Partager, c’est perdre le contrôle sur sa création. J’ai cependant un point de vue différent.

  • Covid-19 2020,  Espaceprof,  Nadia Bélanger

    Lettre aux finissants

    Image par Pexels de Pixabay

    Nadia Bélanger Espaceprof

    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Chers finissantes, chers finissants,

    À fleur de peau, sensibles, tristes et heureux à la fois, courageux et inquiets, détendus et stressés à nos heures, on ne s’est jamais autant sentis comme des adolescents! Ces émotions entremêlées nous rappellent à quel point l’adolescence est une période difficile et fragile. On aimerait donc vous adresser ces mots.

    Pour nous, vous étiez déjà finissants le 1er jour de votre entrée en 5e secondaire. Le finissant ne se définit pas par un nombre de jours d’école. Le plus dur, ce n’est pas de faire son 5, comme vous le dites, c’est d’avoir réussi à trouver les stratégies et à développer les savoir-faire et les savoir-être pour se rendre à la dernière année. Le finissant ne se définit pas non plus par des notes. Un pilote de course reste un pilote de course même s’il ne peut pas finir une de ses courses, une course parmi d’autres. Le finissant se définit comme étant celui qui a traversé beaucoup d’épreuves à travers son secondaire et qui a toujours persévéré pour atteindre son but, la diplomation. 

  • Apprentissage,  Covid-19 2020,  Espaceprof,  Passion,  Valérie Harnois

    Les hippopotames de Pablo Escobar

    Image par ArtTower de Pixabay

    Valérie Harnois Espaceprof

    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    En temps normal, j’aime proposer à mes élèves des sujets qui les feront réfléchir, qui les feront remettre en question ce qu’ils connaissent, l’autorité, les conséquences globales et les ramifications à long terme de différents éléments et surtout que la dichotomie confortable de bon et pas bon n’existe pas. J’utilise souvent des sujets lugubres et n’hésite pas à utiliser des controverses qui polarisent en classe. C’est là où, selon moi, les meilleures discussions ont lieu. C’est là où l’humain grandit.

    Alors me voici hors de ma zone de confort. L’absence de lien direct avec mes élèves et le contexte font que je ne trouve plus ces sujets appropriés. Je fais partie de celles qui ont envoyé des travaux aux élèves. J’ai la chance d’avoir le temps, l’énergie, la santé, le moral et les outils pour le faire.  Je le fais pour garder le lien avec mes élèves, les garder occupés et leur fournir des sujets de conversation à la maison. J’ai envoyé des travaux à mes élèves afin que ceux qui en avaient besoin gardent une certaine normalité et le contact avec l’école, et parce que je m’ennuie d’eux.

  • Alexandra Coutlée,  Covid-19 2020,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Lâcher prise,  Organisation,  relation d'aide,  Santé mentale

    Routine ou pas de routine

    Image par DarkWorkX de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


    Le débat est un peu partout sur les réseaux sociaux. Laissez vos enfants vivre le moment présent ou encore, voici une routine pour vos enfants du matin au soir. Certains jugent la routine horrible, d’autres jugent que le laisser-aller fera prendre du retard aux enfants.

    De mon côté, je suis seule avec mon conjoint à la maison. Lorsque l’annonce m’a été faite que, en tant que conseillère pédagogique, j’allais faire du télétravail et que, pour l’instant, je pouvais « mettre mes dossiers à jour » en attendant les prochaines consignes, j’ai tout de suite établi un horaire. Je me suis forcée toute la semaine à m’habiller et « m’arranger » chaque matin et j’ai combattu l’envie de m’habiller en mou. J’ai établi un horaire entre 8h et 16, parti des minuteries pour m’octroyer des pauses et respecté mon heure de dîner. J’ai fait la liste des projets possibles et… des imprévus sont arrivés et je les ai mis de côté.

  • Carolane Groleau,  Covid-19 2020,  Espaceprof,  Passion,  relation d'aide

    Je m’ennuie…

    Image par Anemone123 de Pixabay

    Carolane Groleau Espaceprof

    Carolane Groleau

    Enseignante au secondaire


    L’accueil à la porte. Les discussions du lundi sur la fin de semaine. La compétition des verbes avant le test de cycle. Les ateliers de roman. Les petits moments de la routine de classe. Notre routine. Ma routine.

    La vérité est que, en ce temps de pause, je m’ennuie de ma routine (déjà!), mais surtout : je m’ennuie de mes élèves.

    Je m’ennuie de les voir entrer en classe, de les accueillir.

  • Alexandra Coutlée,  Apprentissage,  Climat de classe,  Covid-19 2020,  Enseignement positif,  Espaceprof,  relation d'aide

    La pression disparue des évaluations

    Image par S. Hermann & F. Richter de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire

    www.alexandracoutlee.com

    Les débats sont bien présents sur les réseaux sociaux. Beaucoup de questionnements restent sans réponse et sans solution. Les enseignants sont présentement bombardés de ressources, d’articles sur des activités à faire à la maison, sur des outils autrefois payants qui offrent présentement une gratuité. Pour plusieurs, tout ça est très angoissant… On ne sait pas par où commencer.. ou même si on doit commencer! Rien n’est clair. Nos repères sont flous. 

    Les examens du ministère ayant été annulés, on peut souffler un peu. Nous n’avons pas cette pression de devoir à tout prix “couvrir la matière” qui se retrouvera à l’examen. Et si cette pression de résultats et d’examens disparue nous aidait, en tant qu’enseignant, à découvrir une autre façon de faire? Je ne sais pas pour vous, mais ce que j’aimais le plus dans mon rôle d’enseignant n’était pas la surveillance des examens de fin d’année… Trois heures à marcher dans les rangées… Ce n’était pas non plus cette correction de fin d’année interminable où mes commentaires ajoutés ne servaient à rien d’autre qu’à justifier ma note si jamais on la contestait…puisque les élèves ne reverraient jamais cette copie.

  • Apprentissage,  Covid-19 2020,  Espaceprof,  Valérie Harnois

    Et si on repensait l’évaluation

    Image par F1 Digitals de Pixabay

    Valérie Harnois Espaceprof

    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Avec l’annonce des évaluations ministérielles annulées pour l’année scolaire 2019-2020, ma première question a été «Mais comment allons-nous déterminer l’évaluation des élèves? » Cependant, quelques jours plus tard, ma question s’est approfondie : « Est-ce que ces évaluations standardisées sont vraiment pertinentes? ». Pour ensuite me questionner de façon plus large sur la façon d’évaluer en général. Cette annonce a déclenché des réflexions auprès de la communauté pédagogique, et avec raison. 

    L’évaluation des élèves a des ramifications significatives à bien des égards et vaut la peine de s’y attarder. Vous l’aurez deviné, je profite de la situation de confinement pour nous faire réfléchir afin qu’ensemble, nous trouvions les meilleures pratiques pour nos élèves.

  • Covid-19 2020,  Espaceprof,  Jessie Villeneuve,  relation d'aide,  Santé mentale

    Aujourd’hui, j’ai pleuré.

    Image par Martin Eklund de Pixabay

    Jessie Villeneuve Espaceprof

    Jessie Villeneuve

    Enseignante au secondaire


    Oui, je suis probablement SPM. Oui, je suis sur le bord de devenir folle à force de ne voir personne. Oui, je suis hyper anxieuse face à ce qu’on vit tous actuellement. Mais ce n’est pas à cause de ça que j’ai pleuré.

    Je faisais ma marche dans une ville endormie où régnait un calme totalement inhabituel en plein jeudi après-midi. Je suis passée devant une maison décorée d’un arc-en-ciel dessiné de la main d’un enfant. J’ai eu une boule dans la gorge. Puis j’ai poursuivi mon chemin. J’ai croisé une deuxième maison, décorée elle aussi d’un arc-en-ciel. Une larme a coulé sur ma joue. Puis une autre, et encore une autre. Le torrent, toi chose!

  • Covid-19 2020,  Entraide,  Espaceprof,  Nadia Bélanger,  relation d'aide,  Santé mentale

    L’école comme refuge: ces élèves en détresse psychologique

    Image par Ulrike Mai de Pixabay

    Nadia Bélanger Espaceprof

    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Depuis l’éclosion du coronavirus au Québec et l’arrêt des cours, je ne peux m’empêcher de penser à ces élèves en détresse. Ces élèves pour qui l’école est un refuge. Un refuge contre la solitude, l’ennui, les pensées négatives envahissantes, la violence, l’anxiété.

    C’est que dans les réseaux sociaux, on s’intéresse surtout à l’aspect académique. Aux notions qui ne seront pas enseignées. Aux savoirs qui seront oubliés. Aux compétences qui ne seront pas complètement développées. Mais quand est-il du reste?

  • Covid-19 2020,  Décrocher,  Espaceprof,  Julie Ferland,  Lâcher prise,  Santé mentale

    L’ennui

    Image par PublicDomainPictures de Pixabay


    Le monde entier est en quarantaine. Le monde s’ennuie. Partout, on voit apparaître des solutions à cette horrible sensation. Des horaires réglés à la minute près pour venir en aide aux parents, des propositions de séries, des visites virtuelles de musées, des suggestions pédagogiques pour ne pas que la perte se fasse ressentir auprès de nos jeunes. Lorsque j’étais petite, je m’ennuyais souvent. Je me rappelle de moments où j’allais voir ma mère en lui disant que je ne savais pas quoi faire. Elle me proposait des solutions. Elle me disait que lorsque je vivais cet ennui, je pouvais y pallier en étant créative. Faire du dessin, écouter de la musique, lire… Plusieurs études prouvent actuellement que l’ennui est le moteur de la créativité. J’irais même plus loin. À force de faire en sorte que le monde ne ressente jamais cet affreuse sensation, on en fait des êtres dépendants et passifs.