• Climat de classe,  Gestion de classe

    Agir au lieu de réagir

    Image par Siggy Nowak de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Ah les jeunes aujourd’hui! Ils ne savent plus écouter, n’est-ce pas qu’on l’entend souvent, celle-là? Il semble que plusieurs enseignants vivent des frustrations face aux jeunes qui ne sont pas attentifs. Ils aimeraient être capables de donner leur cours sans être interrompus par les élèves… mais est-ce qu’on veut vraiment d’une classe assise… passive, à l’écoute pendant 55 ou encore 75 minutes de temps? Serions-nous capables nous-mêmes de maintenir cette écoute pendant tout ce temps pendant, disons, une formation ou une réunion? Si les élèves ne sont pas engagés et à l’écoute 100 % du temps, est-ce que c’est toujours notre faute en tant qu’enseignant? Est-ce que nos cours sont mal préparés? Nos activités, ennuyantes?

    Il est tout à fait normal de ne pas être toujours attentif. Je suis certaine que vous avez répondu qu’il vous est impossible de maintenir votre attention 100 % du temps pendant une formation de 75 minutes, par exemple, même si la formation est pertinente et bien présentée. Même bien planifié, un cours ne rejoindra jamais 100 % des élèves. Les dérangements que les élèves peuvent apporter dans un cours sont donc tout à fait normaux et prévisibles. Par contre, nuances ici, je ne parle pas des élèves qui dérangent la classe de façon excessive ou même de façon dangereuse. Je parle de petites distractions, comme l’élève dans la lune ou l’élève qui parle à son voisin en chuchotant.

  • Espaceprof,  Formation,  Gestion de classe,  Nouveaux enseignants,  Suppléance

    La suppléance n’est pas juste une paye, c’est la meilleure école.

    Image par Pexels de Pixabay

    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    J’ai fait mon baccalauréat au début 2000. C’était l’époque où nous devions encore aller chercher l’information puisqu’elle ne venait pas directement à nous via notre téléphone. C’était aussi l’époque où nous devions encore appeler pour avoir de l’information. Malgré que la majorité d’entre nous avions un courriel, la norme était de répondre dans les 3-4 jours ouvrables, loin du 2-3 heures que nous connaissons aujourd’hui. La majorité de notre information venait non pas d’un ordinateur ou d’une tablette, mais bien de sources humaines. 

    C’est donc à cette époque archaïque que j’ai entendu parler, par des collègues étudiants, qu’en tant qu’étudiante en enseignement, je pourrais faire de la suppléance. J’ai alors sauté sur l’occasion et je suis allée rencontrer les secrétaires d’école près de chez moi pour leur offrir mes services de suppléance (oui, c’est comme ça que ça fonctionnait à l’époque!). 

  • Climat de classe,  Espaceprof,  Gestion de classe

    Le groupe difficile

    Image par rawpixel de Pixabay

    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle

    https://leblogueduprof.com


    Tous les enseignants de ce monde finissent par le rencontrer et le redouter; le groupe difficile. Vous savez bien, ce groupe qui arrive à remettre en doute nos compétences de bon enseignant. Ce groupe qui met notre motivation à rude épreuve tous les matins avant d’aller travailler. Celui qui nous force à chercher des éléments positifs auxquels se raccrocher pour éviter de se mettre en boule dans un coin et pleurer.

    Ça reste des étudiants… des élèves… Ne pensez pas que je les dégrade en disant cela, au contraire; je les accueille. Parce que non, ils ne m’écoutent pas, non, ils ne respectent pas la plupart des règles établies en classe, mais ils restent mes étudiants et je les aime, sans jugement… Derrière leur petite carapace de rebelle répressif, il y a souvent un individu qui souhaite seulement se faire une petite place dans l’univers. Je ne m’avancerais certainement pas à dire que de venir à bout de cette foutue carapace est chose simple. C’est qu’ils tentent tant bien que mal de se défendre, ces étudiants rebellés. Ne perce pas la coquille qui le veut bien…

  • Espaceprof,  Gestion de classe

    Les décisions en gestion de classe; comment gérer l’efface qui vole?


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Ah! la gestion de classe… cette bête noire qui est aussi vaste que le domaine de la psychologie lui-même et qui détermine la destinée d’un groupe, de leur apprentissage, de leur plaisir à venir en classe, du plaisir et du désir de l’enseignant à enseigner et à travailler. C’est aussi la première cause de stress et de congé de maladie chez les enseignants (Royer, Loiselle, Dussault, Cossette, & Daudelin, 2001; RRQ)! Cette tâche est si complexe qu’elle nous est souvent difficile à définir. 

    Les experts nous suggèrent souvent une liste d’interventions, graduées en intensité, à utiliser avec les élèves. Ils nous suggèrent aussi des méthodes de prévention et, au Québec, c’est la relation maître-élève qui est privilégiée unanimement. Mais qu’en est-il de l’entre-deux? Entre la prévention et la réaction, il y a la décision. Cette étape est souvent sous-estimée en fait de charge cognitive des enseignants, mais tant importante. Afin d’illustrer cette étape si importante, je vous propose le scénario où l’enseignant voit, dans sa classe remplie d’élèves, une efface voler. Ok, elle ne vole pas vraiment, mais comme on n’a vu personne la lancer et qu’elle se retrouve aéroportée, c’est tout comme si elle volait. 

  • Climat de classe,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Gestion de classe,  relation d'aide

    Faisons tomber les étiquettes


    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Dès la première rencontre de niveau, les premières étiquettes sont données aux élèves: « bavard », « trop d’attitude », « paresseuse ».

    Dès la première semaine, les nouveaux enseignants ne sont pas épargnés, étiquetés rapidement: « va être bon », « veut se faire aimer » , « prend beaucoup de place ». On ne tarde pas non plus à leur faire part des étiquettes des anciens: « les élèves l’adorent », « a l’air bête ».

    Il y a des étiquettes qui sont utiles pour l’enseignant(e), car elles permettent d’éviter des situations embarrassantes ou des réactions inadéquates envers certains élèves ou des collègues qui ont des problématiques particulières.

  • Climat de classe,  Espaceprof,  Gestion de classe

    Activités brise-glace


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire et formatrice pour Espaceprof


    Activités brise-glace

    À quelques jours de la rentrée, plusieurs d’entre nous sont à planifier le début d’année. Un incontournable est évidemment l’activité brise-glace. Les bienfaits de ces activités sont connus et reconnus puisqu’ils aident à détendre l’atmosphère, à faire la transition entre les vacances et le retour à l’école, à apprendre à connaître les élèves (autant dans leurs réponses que dans leurs exécutions), en plus de donner le ton pour le reste de l’année et de permettre aux élèves de se connaître entre eux. Aussi, ces activités permettent de débuter l’année avec une activité qui ne requiert que très peu de matériel étant donné la congestion au photocopieur et les achats d’effets scolaires pas toujours terminés par les parents. 

    J’ai donc fouillé les différentes pages Web, ma mémoire et ma créativité afin de vous présenter des activités différenciées en styles, niveaux et gestion. N’hésitez pas à en combiner quelques-unes.

  • Climat de classe,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Gestion de classe

    Comment préparer les premiers jours d’école?


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    En ce début d’année, avec tous les projets, concepts et idées que vous avez en tête, il peut être difficile de décider par où commencer. Voici donc quelques idées pour vous aider à commencer l’année en beauté. Comme vous n’aurez pas de deuxième chance de faire une bonne première impression (cliché, je sais), vaut mieux s’y préparer.

    Je vous suggère quelques incontournables pour le premier cours avec vos groupes et comment vous y préparer.

    À propos de vous

    Présentez-vous aux élèves. Montrez-leur votre dimension humaine en parlant de vos expériences (passions, emplois, voyages, famille…) sans aller trop en détail. Il n’est pas nécessaire qu’ils connaissent le nom du chien de votre nièce. Cependant, le fait que vous adorez tout ce qui concerne les grenouilles peut être un fait intéressant à partager. Visez environ 15 minutes pour cet aspect.