• Gestion de classe,  Jessie Villeneuve,  Pédagogie

    Diversité culturelle : Enseigner à accueillir la différence, c’est aussi ça, notre rôle!

    Image par Capri23auto de Pixabay

    Jessie Villeneuve Espaceprof

    Jessie Villeneuve

    Enseignante au secondaire


    Je n’enseigne pas à Montréal. La pluriethnicité ne fait pas partie de mon quotidien. Pourtant, cette année, j’enseignais pour la première fois dans une école qui est désignée pour accueillir les enfants de familles immigrantes. Ça veut dire que dans ma commission scolaire, si tu es un enfant issu de l’immigration, peu importe ton quartier, tu dois fréquenter cette école afin de recevoir des services en classe de francisation. Bien qu’ils puissent bénéficier de ces services, ces élèves sont également intégrés dans les classes régulières, et ce, de manière de plus en plus fréquente au fur et à mesure que leur compréhension du français s’intensifie. 

  • Alexandra Coutlée,  Apprentissage,  Covid-19 2020,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Gestion de classe

    Apprendre à distance

    Image par Tumisu de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire

    www.alexandracoutlee.com


    Je n’ai pas d’expérience avec l’enseignement à distance. Je n’ai jamais géré d’élèves assis dans ma cuisine devant un ordinateur. Depuis plusieurs semaines, par contre, c’est ce que font plusieurs enseignants. On a misé sur le lien, sur la relation avec les élèves. C’est ce qui était le plus important. On nous parle maintenant d’enseignement à distance. Plusieurs formations en ligne sont ou seront disponibles pour appuyer les enseignants dans cette nouvelle réalité.

  • Alexandra Coutlée,  Climat de classe,  Gestion de classe

    Agir au lieu de réagir

    Image par Siggy Nowak de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Ah les jeunes aujourd’hui! Ils ne savent plus écouter, n’est-ce pas qu’on l’entend souvent, celle-là? Il semble que plusieurs enseignants vivent des frustrations face aux jeunes qui ne sont pas attentifs. Ils aimeraient être capables de donner leur cours sans être interrompus par les élèves… mais est-ce qu’on veut vraiment d’une classe assise… passive, à l’écoute pendant 55 ou encore 75 minutes de temps? Serions-nous capables nous-mêmes de maintenir cette écoute pendant tout ce temps pendant, disons, une formation ou une réunion? Si les élèves ne sont pas engagés et à l’écoute 100 % du temps, est-ce que c’est toujours notre faute en tant qu’enseignant? Est-ce que nos cours sont mal préparés? Nos activités, ennuyantes?

    Il est tout à fait normal de ne pas être toujours attentif. Je suis certaine que vous avez répondu qu’il vous est impossible de maintenir votre attention 100 % du temps pendant une formation de 75 minutes, par exemple, même si la formation est pertinente et bien présentée. Même bien planifié, un cours ne rejoindra jamais 100 % des élèves. Les dérangements que les élèves peuvent apporter dans un cours sont donc tout à fait normaux et prévisibles. Par contre, nuances ici, je ne parle pas des élèves qui dérangent la classe de façon excessive ou même de façon dangereuse. Je parle de petites distractions, comme l’élève dans la lune ou l’élève qui parle à son voisin en chuchotant.

  • Climat de classe,  Espaceprof,  Gabriel Gaudreault,  Gestion de classe

    Le groupe difficile

    Image par rawpixel de Pixabay

    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle

    https://leblogueduprof.com


    Tous les enseignants de ce monde finissent par le rencontrer et le redouter; le groupe difficile. Vous savez bien, ce groupe qui arrive à remettre en doute nos compétences de bon enseignant. Ce groupe qui met notre motivation à rude épreuve tous les matins avant d’aller travailler. Celui qui nous force à chercher des éléments positifs auxquels se raccrocher pour éviter de se mettre en boule dans un coin et pleurer.

    Ça reste des étudiants… des élèves… Ne pensez pas que je les dégrade en disant cela, au contraire; je les accueille. Parce que non, ils ne m’écoutent pas, non, ils ne respectent pas la plupart des règles établies en classe, mais ils restent mes étudiants et je les aime, sans jugement… Derrière leur petite carapace de rebelle répressif, il y a souvent un individu qui souhaite seulement se faire une petite place dans l’univers. Je ne m’avancerais certainement pas à dire que de venir à bout de cette foutue carapace est chose simple. C’est qu’ils tentent tant bien que mal de se défendre, ces étudiants rebellés. Ne perce pas la coquille qui le veut bien…

  • Climat de classe,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Gestion de classe,  Nadia Bélanger,  relation d'aide

    Faisons tomber les étiquettes


    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Dès la première rencontre de niveau, les premières étiquettes sont données aux élèves: « bavard », « trop d’attitude », « paresseuse ».

    Dès la première semaine, les nouveaux enseignants ne sont pas épargnés, étiquetés rapidement: « va être bon », « veut se faire aimer » , « prend beaucoup de place ». On ne tarde pas non plus à leur faire part des étiquettes des anciens: « les élèves l’adorent », « a l’air bête ».

    Il y a des étiquettes qui sont utiles pour l’enseignant(e), car elles permettent d’éviter des situations embarrassantes ou des réactions inadéquates envers certains élèves ou des collègues qui ont des problématiques particulières.