• Enseignement positif,  Lâcher prise,  Motivation,  Santé mentale

    Quitter une permanence au privé pour le public

    Image par StockSnap de Pixabay

    Marie-Claude Pilote Espaceprof

    Marie-Claude Pilote

    Enseignante au secondaire


    On peut dire que j’ai un parcours mouvementé depuis que j’ai commencé à enseigner le français en 1997. De mes débuts jusqu’en 2005, j’ai été dans six écoles , majoritairement privées. En 2004-2005, n’étant pas heureuse dans celle où j’avais commencé l’année, j’ai décidé de démissionner en décembre pour aller explorer le monde de l’édition. Constat : le contact avec les ados me manquait trop. J’ai alors décidé de combiner les deux domaines en prenant une petite tâche dans une école publique de la Commission scolaire de Laval. Première expérience au public. 

    En 2005, un déménagement m’a menée sur la Rive-Nord de Montréal et une école privée située à deux minutes de mon nouveau chez-moi cherchait un prof en français. J’ai envoyé mon CV, passé l’entrevue et ai obtenu  le poste.

    J’y ai passé 15 années. 15 années de dur travail où l’excellence règne en roi et maître chez les élèves et où les exigences sont intenses du côté des demandes de la direction et des parents. 

  • Décrocher,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Motivation,  Passion,  Santé mentale

    POURQUOI J’AI DÛ QUITTER L’ENSEIGNEMENT ET ME CHOISIR

    Image par congerdesign de Pixabay

    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle

    https://leblogueduprof.com


    Je n’en connais pas un, j’ai beau chercher et chercher, mais je n’y arrive pas. Je ne connais aucun enseignant qui souhaite quitter la profession de son plein gré. C’est logique lorsqu’on y pense, l’enseignement est l’une des professions où l’expression « don de soi » prend tout son sens. Pourtant, ils sont des centaines à quitter la profession chaque année. J’ai même été l’un d’entre eux, l’un de ceux qui en sont venus à se dire : « Ce n’est pas pour moi… »

    Pourtant, dans la grande majorité des cas, ce n’est pas nous qui ne sommes pas faits pour la profession, mais à l’inverse, c’est la profession qui n’est pas faite pour nous. Je m’explique : La plupart des enseignants, moi compris, ont quelques valeurs communes, ils sont, pour la plupart d’entre eux, généreux, ils croient beaucoup en la jeunesse et veulent léguer quelque chose à leur prochain. Ne nous leurrons pas, le système scolaire québécois n’encourage pas toujours ces mêmes valeurs et dès l’entrée en fonction d’un nouvel enseignant, la réalité peut frapper rapidement. Est-ce qu’il faut pour autant laisser tomber ses rêves d’enseignant ? Certainement pas. Cependant, un recul peut parfois s’avérer nécessaire pour quelques personnes.

  • Enseignement positif,  Entraide,  Espaceprof,  Lâcher prise

    Ce que l’on s’impose à soi-même.

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Les enseignants travaillent fort. Leurs conditions de travail sont souvent très difficiles.  La reconnaissance n’est pas au rendez-vous et bien des jeunes enseignants quittent dans les 5 premières années d’enseignement. Pourtant, personne n’est allé en enseignement en ayant envie de travailler dans des conditions difficiles. Certains irréductibles semblent rentrer au travail avec un sourire et adorer quand même leur métier. D’autres semblent traîner une lourdeur avec eux chaque jour.

    Il n’est pas rare de lire sur les réseaux sociaux ou même d’entendre des enseignants dans les salles de profs se plaindre de leur charge de travail. On dirait même, parfois, que c’est un badge d’honneur ou une compétition (bien malsaine) que d’avoir passé son weekend à corriger ou de ne pas avoir eu le temps d’aller à la salle de bain de la journée. L’Internet est rempli de mèmes de ce genre, donnant à penser que c’est la norme, que c’est ce à quoi on doit s’attendre en enseignement.

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Motivation,  Passion

    Déranger

    Image par Ohmydearlife de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    J’ai toujours dérangé dans mon milieu de travail. Dans certaines écoles, j’ai dérangé beaucoup, dans d’autres, un peu moins. Dans certaines écoles, j’ai trouvé des alliés, des amis avec qui collaborer, des collègues en or. Dans d’autres milieux, j’ai été très malheureuse et j’ai eu l’impression de ne pas avoir ma place. Je suis une fille passionnée, engagée et quand je me lance, des fois, je m’emporte. Je suis une intense qui peut prendre de la place. Mon directeur de l’an passé disait de moi que j’étais ploguée sur le 220. De leur part, c’était un compliment. Ceux qui m’apprécient me traitent de machine, mais savent que j’ai un côté bien humain. Certains, par contre, ne voient pas l’humain derrière la machine et pensent que leurs commentaires ne me brisent pas le coeur. 

  • Décrocher,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise

    Le spectre de la rentrée scolaire


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Août, la deuxième partie des vacances. La partie où je suis habituellement assez reposée pour en profiter. Les trois vraies semaines de vacances d’un prof. Mais tout comme les vêtements d’hiver chez certains magasins grande surface, les publicités de retour à l’école font que c’est impossible de décrocher. Moi qui essaie d’ignorer ce gros éléphant blanc (ou rose si vous avez un penchant plus anglo, c’est selon), je devrais ignorer activement ces messages plus ou moins subtiles m’indiquant que mes vacances se terminent dans moins de 20 jours et que je devrais me préparer à mon retour au travail.

    Cette année, c’est une pharmacie qui a été la première à m’envoyer, dans une circulaire livrée directement dans ma boîte aux lettres de prof en vacances, une promotion pour la rentrée scolaire. En ouvrant les circulaires, je prends la première et vois le grand titre qui annonce en grosses lettres une promotion pour la rentrée. Première réaction? Le choc et le déni. Je remets la circulaire d’où elle vient et essaie de me réconforter en me disant que ce moment-là n’est pas déjà arrivé. Je me lave les mains, au cas où il en resterait encore un peu sur mes doigts. Je me dis que c’est simplement que cette entreprise a pris de l’avance. Mais je frotte fort avec beaucoup de savon au cas où.

  • Décrocher,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise

    L’enseignant en voyage


    Alexandra Coutlée

    Enseignante au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Les voyages font partie de ma vie depuis plusieurs années. Que ce soit de découvrir une ville tout près de chez moi ou de partir loin, j’aime m’évader et vivre autre chose que mon quotidien. Explorer des musées, l’histoire d’autres régions ou pays, m’imprégner de la beauté de tous les paysages possibles m’aide à décrocher. J’ai remarqué que ces voyages m’apporte beaucoup également en tant qu’enseignante. Ces voyages sont des références culturelles, des anecdotes et même des idées de futurs projets pour mes élèves. 

    Les voyages en classe

    La visite de différents endroits m’a permis d’enrichir plusieurs discussions en classe et d’ouvrir ma classe à diverses cultures. J’aime rapporter des objets qui décorent ma classe et démarrent des conversations avec les élèves. J’aime afficher des photos prises lors de mes voyages. À plusieurs reprises, ces photos et objets ont aidé à tisser des liens avec mes élèves. Je me souviens d’un élève avec qui c’était particulièrement difficile et qui semblait fermé à toutes mes interventions. À la fin d’un cours, cet élève est resté après la cloche. Il voulait me demander si une de mes photos affichées était bien une photo prise à Calgary. Il y était allé à quelques reprises pour visiter ses grands-parents qui lui manquaient beaucoup. Nous avons parlé de pistes de randonnées, de restaurants que nous avions appréciés… et il est reparti avec le sourire. Le cours suivant, la relation était tout autre. Nous avions un lien commun. Je ne vous dis pas que ça a tout réglé, mais cette conversation a aidé notre lien.

  • Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Nouveaux enseignants,  Santé mentale

    La fin d’année a été difficile!


    Elisabeth Nelson Dupré

    Enseignante au primaire et au secondaire


    Une fin d’année émotive, non pas parce que j’étais fatiguée, mais bien parce que je m’étais réellement attachée à mes cocos! J’avais une classe parfaite pour ma personnalité! Je me suis tellement investie à fond. Il faut dire que j’avais des cocos à besoins particuliers et je voulais tellement qu’ils réussissent! Je voulais tellement qu’ils soient bien dans la classe, qu’ils se sentent aimés et compris. 

    J’étais madame Élisabeth du lundi au dimanche, le jour, le soir et la fin de semaine …. J’étais madame Élisabeth! Je pensais à mes élèves tout le temps, ce que je pouvais faire pour faire une différence dans leur quotidien! Le 22 juin est finalement arrivé, beaucoup de mes élèves ont pleuré… moi aussi d’ailleurs. J’ai lu la plus belle lettre que quelqu’un m’avait écrite dans toute ma vie …. Cette lettre, c’est une petite fille de 10 ans qui me l’a écrite. J’ai dû dire au revoir à mes 22 cocos. J’ai pleuré beaucoup aussi … c’était déjà terminé! Ça avait passé si vite! Et puis je me suis retrouvée seule à la maison … en vacances… c’est là que j’ai réalisé que je m’étais perdue en chemin … j’étais devenue madame Élisabeth, juste la prof de 5e année! 

    J’ai frappé un mur en commençant mes vacances… j’ai ressenti un vide profond … qu’est-ce que j’allais faire de mes journées? De qui allais-je prendre soin? … DE MOI, d’Élisabeth Dupré, la fille passionnée qui aime lire un bon roman, qui aime cuisiner, qui aime faire du vélo… J’ai pris du temps pour moi, juste moi … Je ne m’étais pas rendu compte que je m’étais oubliée durant ces 3 derniers mois. Ce contrat fut l’une des plus belles expériences de ma vie. J’ai tellement appris de mes élèves, de mes collègues, mais aussi sur moi … J’ai appris qu’il fallait que je prenne soin de moi quoi qu’il arrive, peu importe s’il y avait 22 autres petits humains qui avaient besoin de moi, je ne devais pas m’oublier…

  • Décrocher,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise

    Un été sans se ruiner


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Pour moi, l’été est une occasion de ralentir, de prendre le temps, de porter une attention plus particulière aux détails, de contempler et d’apprécier. Avec 7 semaines de vacances, je parsème les activités organisées au travers l’été et je suis toujours à la recherche d’activités peu coûteuses. J’ai répertorié ici quelques-uns de mes petits plaisirs de l’été peu dispendieux.

    Avec les enfants :

    Jeux extérieurs. Comme nous avons le temps, pourquoi ne pas les créer nous-mêmes? Internet regorge de tutoriels do-it-yourself pour des jeux d’adresse. Avec des boîtes, du bois, des bols, des tissus, de l’eau savonneuse et des bas, des ustensiles et de la colle chaude, il est possible de confectionner vos propres jeux d’adresse et d’y jouer. 

    Jeu d’eau. Même si on a une piscine à la maison, le simple fait de sortir est un évènement en soi. La majorité des villes détiennent des jeux d’eau dans leurs parcs. Ces jeux d’eau ont l’avantage de rafraîchir sans nécessiter la supervision constante d’une piscine. Pendant que les enfants y jouent, installez-vous à l’ombre pour lire ou au soleil pour avoir un meilleur teint. N’oubliez pas l’écran solaire. 

  • Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Lecture

    Cinq suggestions de lecture pour décrocher cet été


    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire

    https://labibliomaniaque.wordpress.com/


    Ah, les vacances! C’est parfois difficile de mettre notre petit (ok, GROS) côté enseignant de côté une fois l’année scolaire terminée. La tête bouillonne de projets, d’améliorations, de désirs pour l’année scolaire qui suivra. Pour laisser à notre cerveau surchargé le temps de se reposer un peu, je vous suggère cinq lectures qui n’ont aucun lien avec l’école. De quoi vous faire plonger dans un monde où le rêve et l’impossible sont au rendez-vous! 

    Un roman jeunesse intelligent 

    Même si je suis une amatrice de littérature jeunesse, je souhaitais m’en éloigner un peu pour cet article afin de m’assurer que pendant votre lecture, votre cerveau passera à côté de toutes les possibilités didactiques que vous offre votre livre. Toutefois, il m’était difficile de passer par-dessus Hare Krishna de François Gilbert. Il s’agit d’un roman brillant qui fait réfléchir aux impacts de la religion ou de la foi en général sur son identité. Une lecture dont vous ne sortirez certainement pas indemne. Psssst! Le plus beau, c’est qu’il y a même un tome 2, qui est déjà sorti! 

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Santé mentale

    Les vacances!


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice d’Espaceprof, enseignante au secondaire


    C’est enfin les vacances! Enfin du temps pour soi, du temps pour enfin se reposer, mais comme enseignant, ça vient aussi avec de la culpabilité… Est-ce qu’on décroche complètement? Ou est-ce qu’on travaille un peu… question de reprendre le dessus? Est-ce qu’on lit des romans susceptibles d’intéresser nos élèves? Ou est-ce qu’enfin, on lit le roman policier qui traîne sur notre table de chevet depuis des mois?

    Chaque année et chaque été, je vois passer sur les réseaux sociaux des commentaires du genre: “On ne pose pas de question sur le travail, on est en vacances!” Pourtant, pour plusieurs, les vacances sont également le temps de se ressourcer professionnellement, de retravailler les projets qu’on n’a pas eu le temps d’explorer ou encore de lire les romans jeunesse qu’on n’a pas eu le temps de lire et qu’on aimerait travailler avec nos élèves. Pour d’autres, c’est enfin le temps de décrocher complètement, de se ressourcer personnellement, de passer du temps avec leur famille ou avec leurs amis, de faire les activités trop souvent délaissées pendant l’année scolaire.