• Alexandra Coutlée,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Santé mentale,  Santé Physique

    Se servir de l’été pour être prêt


    Alexandra Coutlée

    Enseignante au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    L’été, on a du temps… enfin! Alors pourquoi ne pas prendre ce temps pour mieux gérer notre année scolaire à venir? Non, je ne vous parle pas de planifier d’avance votre année scolaire ou de préparer des examens pendant vos vacances, mais de profiter de ce moment de recul pour organiser votre routine et votre mode de fonctionnement personnel afin de vivre la prochaine année scolaire différemment.

    Voici quelques petites choses que vous pourriez faire cet été qui pourraient vous aider à mieux vivre votre prochaine année scolaire et qui m’aident personnellement à chaque été.

    L’activité physique

    Tout le monde le sait que de se tenir en forme est important. Et nul besoin de devenir monsieur ou madame muscle pour voir une différence sur notre santé mentale et physique. L’été est un moment parfait pour explorer différentes activités physiques que vous pourrez garder en place à la rentrée. Alors essayez le cours de yoga gratuit à l’école au coin de chez vous, acceptez l’invitation de votre amie pour essayer son gym ou encore mettez en place une nouvelle tradition d’aller faire une marche en famille après le repas du soir. 

  • Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Santé mentale

    Les vacances!


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice d’Espaceprof, enseignante au secondaire


    C’est enfin les vacances! Enfin du temps pour soi, du temps pour enfin se reposer, mais comme enseignant, ça vient aussi avec de la culpabilité… Est-ce qu’on décroche complètement? Ou est-ce qu’on travaille un peu… question de reprendre le dessus? Est-ce qu’on lit des romans susceptibles d’intéresser nos élèves? Ou est-ce qu’enfin, on lit le roman policier qui traîne sur notre table de chevet depuis des mois?

    Chaque année et chaque été, je vois passer sur les réseaux sociaux des commentaires du genre: “On ne pose pas de question sur le travail, on est en vacances!” Pourtant, pour plusieurs, les vacances sont également le temps de se ressourcer professionnellement, de retravailler les projets qu’on n’a pas eu le temps d’explorer ou encore de lire les romans jeunesse qu’on n’a pas eu le temps de lire et qu’on aimerait travailler avec nos élèves. Pour d’autres, c’est enfin le temps de décrocher complètement, de se ressourcer personnellement, de passer du temps avec leur famille ou avec leurs amis, de faire les activités trop souvent délaissées pendant l’année scolaire. 

  • Espaceprof,  Gabriel Gaudreault,  Motivation,  Santé mentale,  Santé Physique

    L’humain est encore humain (malgré tout)


    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle

    https://leblogueduprof.com


    Avez-vous parfois l’impression de vivre dans une société négative ? Parfois, quand je regarde les nouvelles ou que je me branche sur les réseaux sociaux, je deviens complètement découragé. J’ai cette impression qui m’envahit d’être né dans un monde dénué de gentillesse et de compassion. Le racisme, la xénophobie, la transphobie, l’intimidation, tant d’expressions qui transposent les réflexions les plus noires des êtres humains.

    Quand l’adversité vient s’en mêler

    Samedi dernier, je suis allé faire une course, la XMAN Race. Sept kilomètres de course en dénivelé relativement aigu, 40 obstacles à traverser, tous plus difficiles les uns que les autres. Le tout à travers la boue et l’eau froide. Je me considère comme un habitué de la course, mais je vous avoue que je suis resté surpris devant quelques obstacles imposants. Pendant l’heure et demie que j’ai prise pour traverser le parcours, j’ai réalisé une grande leçon : l’adversité est souvent le point de départ de l’entraide et la compassion.

  • Elisabeth Nelson Dupré,  Enseignement positif,  Motivation,  Santé mentale

    Vivre le moment présent en enseignement


    Élisabeth Nelson Dupré

    Enseignante au primaire et au secondaire


    Depuis plusieurs années, on entend combien le métier d’enseignant est dévalorisé, combien les enseignants sont sous payés pour accomplir un million de tâches;

    Je me demande souvent comment ça se fait que, pour ma part, je sois autant épanouie dans ce métier…

    Tdah & anxieuse que je suis, j’ai réalisé que lorsque je suis en présence d’élèves, c’est l’instant présent qui compte le plus !!

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Motivation,  Santé mentale

    Mieux vivre les séances de mutation et d’affectation

    La fin de l’année veut souvent dire mouvement et recherche de poste pour plusieurs enseignants. Pour certains, c’est un poste permanent qu’on veut délaisser pour un autre. On se lance et on attend cette séance pour voir si c’est possible de “muter” vers le poste ou l’école de notre choix et de changer de milieu. Pour d’autres, c’est la fin d’un contrat et les séances d’affections sont un moment stressant où on attend de voir ce qui s’offre à nous. Moment de stress, d’angoisse pour plusieurs, c’est aussi un moment de joie lorsqu’on obtient le poste qu’on convoitait.  

    Les séances, que ce soit la première ou la dixième fois, sont angoissantes. Lorsqu’on est devant l’inconnu, c’est toujours un peu inquiétant. Est-ce que le poste désiré sera encore disponible lorsque viendra notre tour? Est-ce qu’il restera quelque chose ou bien devrions-nous attendre octobre et faire de la suppléance? Lors des séances, la tension est palpable. Et que dire de l’ambiance lors des séances de type foire de l’emploi où les enseignants attendent dès l’aube devant les portes avec les chaises pliantes? Et quand le choix arrive, il faut faire vite, il faut trancher et espérer faire le bon choix.

  • Alexandra Coutlée,  Décrocher,  Gestion du temps,  Lâcher prise,  Santé mentale,  Santé Physique

    La charge mentale des enseignants

    Vous connaissez la charge mentale? C’est en fait ce petit hamster dans notre tête qui roule en tout temps. On peut le vivre dans bien des métiers et même dans notre quotidien. La BD suivante sur la charge mentale des femmes a été partagée sur Internet il y a quelque temps et représente bien ce qu’est la charge mentale ou la charge cognitive.  En enseignement, elle affecte autant les hommes que les femmes et s’applique à tous les postes, de suppléant à enseignant-ressource, en passant par nos collègues travailleurs en éducation spécialisée et même par nos directions!

    Est-ce que j’ai oublié quelque chose? De remplir un formulaire? Est-ce que Sacha va bien? Il m’inquiète depuis quelques jours… Est-ce que j’arriverai à tout couvrir avant la fin de l’ann? Ah! Et voici un roman que je devrais lire, car il semble intéressant et pourrait être ajouté à ma planification de l’an prochain. Ce genre de pensées incessantes vous rappellent quelque chose? Font-elle partie de votre quotidien?

    Bien que passionnés par notre métier, parfois, cette charge cognitive incessante peut causer du stress, de l’anxiété et même de la détresse. Elle est parfois ressentie par une pression qu’on se met sur les épaules et peut facilement venir nous envahir. On a alors l’impression que notre travail n’arrête jamais. “J’ai tellement à coeur de bien faire les choses parce que … Est ce qu’il y a quelque chose de plus fragile et essentiel que le développement d’un enfant ? ” me confie une enseignante au primaire.

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Motivation,  Reconnaissance,  Santé mentale,  Santé Physique

    Lettre ouverte au ministre de l’éducation

    Monsieur le ministre de l’Éducation,

    Je me présente brièvement. Je suis enseignante depuis une quinzaine d’années maintenant et j’adore mon métier. Par contre, je dois vous avouer que je suis essoufflée… et à certains moments, épuisée. Étant une personne positive et en mode solution, j’ai démarré Espaceprof afin de trouver, avec l’aide de mes collègues enseignants, des solutions dans le but de cesser d’être en mode survie et plutôt de mieux vivre ma profession. J’essaie donc de trouver des moyens d’aider mes collègues à persister et à s’épanouir en enseignement… tout en m’aidant moi-même.

    Je suis très heureuse de voir les mesures que le gouvernement veut mettre en place pour attirer de nouveaux enseignants. Nous avons bien besoin de relève et de meilleures conditions salariales aideront sûrement les nouveaux enseignants qui quittent beaucoup trop notre belle profession. Nos enseignants en place ont aussi besoin de soutien, d’aide et de reconnaissance. À quoi bon attirer de nouveaux candidats si ceux-ci passent leur année devant un collègue avec plus d’expérience, mais éteint, brûlé ou encore… en congé de maladie ! Les enseignants en place doivent aussi être soutenus afin d’être des modèles inspirants et de solides mentors pour ces enseignants débutants afin de leur donner envie de rester et de demeurer passionnés pour au moins 35 ans de service !

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Motivation,  Santé mentale

    Rester mais changer

    Pour plusieurs enseignants, c’est le temps de l’année où nous recevons nos tâches ou les contrats possibles dans l’école où nous sommes actuellement. Moment angoissant qui cause bien des émotions pour plusieurs! Le groupe de 4e année tant attendu a été donné à une autre collègue et on nous a donné de la 6e dont nous ne voulions pas. C’est à notre collègue qu’on a attribué le groupe d’anglais enrichi auquel nous étions convaincus d’enseigner à nouveau cette année et dont la planification était enfin à notre goût. Parfois, c’est même d’apprendre qu’il n’y aura rien pour nous du tout à notre école et que nous devrons recommencer ailleurs… et vivre avec l’incertitude pendant nos « vacances ».

  • Alexandra Coutlée,  Gestion du temps,  Motivation,  Santé mentale

    Faire le bilan de notre année scolaire

    Il peut sembler un peu précipité de parler de bilan de fin d’année alors que l’année n’est pas encore terminée…. et que la neige n’est même pas fondue encore. Mais je me rends compte chaque année que d’attendre juin pour dresser un bilan est toujours trop tard et que je suis un peu trop épuisée rendue là pour le faire. Au mois de mai, nous sommes tous en mode dernier milles de préparation d’examens et en juin, ce sont les sessions officielles d’examens, les sessions de correction, les surveillances et toutes les autres activités connexes à notre vie d’enseignants comme des galas méritas ou la collation des grades. Avril semble donc un bon moment pour effectuer le bilan de l’année scolaire.

    Si vous êtes comme moi, chaque début d’année arrive en force et ne permet pas beaucoup de temps de réflexion: nouvelle tâche, nouvelle planification, nouvelle année, nouveau local à décorer… Les quelques jours pédagogiques de début d’année passent si vite qu’on se met rapidement à la tâche en mode automatique. Pourtant, chaque fin d’année, je me dis que je vais continuer de mettre en place la routine gagnante qui a fonctionné pour mes débuts de cours ou que je dois ajuster ce projet coup de coeur, car il était presque parfait sauf une ou deux questions à retirer. Je me promets de ne plus m’embarquer dans un certain comité qui m’a causé de la frustration et je me dis qu’il faudrait bien me souvenir de passer plus de temps avec ces collègues positifs qui me font toujours du bien.

  • Alexandra Coutlée,  Décrocher,  Lâcher prise,  Motivation,  Santé mentale,  Santé Physique

    Prendre une pause de l’enseignement

    Prendre une pause et du recul nous aide parfois à voir les choses plus clairement. Lorsqu’on a le nez collé dans le quotidien, avec ses hauts et ses bas, il est parfois difficile de trouver de nouvelles solutions. Aussi, parfois, c’est notre vie familiale ou même notre corps qui nous demande une pause. Cette pause peut être une journée de congé, un congé de maladie, mais il existe aussi d’autres types de pause.

    Il est possible pour un enseignant de prendre une pause de l’enseignement pendant un certain temps sans être en congé de maladie. Cette solution n’est peut-être pas possible présentement pour vous parce que vous n’êtes pas encore un enseignant permanent ou encore parce que ce n’est pas le bon moment financièrement, mais savoir que ça existe peut faire réfléchir.