Ce que dit la recherche…

Plusieurs chercheurs universitaires se penchent sur le bien-être en enseignement, la motivation, la résilience et bien d’autres sujets qui touchent notre métier. Nous vous proposons ici de découvrir des articles et des ressources issus du milieu universitaire et de la recherche.


Bien-être et qualité de vie au travail, Risques psychosociaux, de quoi parle-t-on ?

Par Vincent Grosjean et Sandrine Guyot

L’institut national de la recherche scientifique

RÉSUMÉ

Pas un débat sur la santé au travail sans que les termes de bien-être au travail, de qualité de vie au travail ou de risques psychosociaux ne soient employés. Mais que recouvrent exactement ces notions ? D’où sont-elles issues ? À quels objectifs de prévention des risques répondent-elles ? Cet article examine les spécificités, les différences et les complémentarités de ces approches.

Lien vers la publication: https://www.researchgate.net/publication/301342375_Bien-etre_et_qualite_de_vie_au_travail_Risques_psychosociaux_de_quoi_parle-t-on


SOUFFRANCES DES ENSEIGNANTS

Par Denis Jeffrey

Professeur, Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage
Université Laval, Québec, Canada

RÉSUMÉ

Une large enquête que nous avons menée entre 2002 et 2005 montre des
données alarmantes sur la souffrance vécue par les enseignants. Plus de 90% des jeunes enseignants pratiquant depuis moins de 5 ans vivent quotidiennement des violences dans le cadre de leur travail. Plus de 15% d’entre eux se sont absentés suite à un événement violent. Il y a aussi cette autre violence suscitée par des situations de forte tension dans la classe, générant chez les jeunes enseignants un stress difficile à supporter. Nos données montrent que plus de 30% des enseignants aimeraient pratiquer une nouvelle profession pour échapper à la souffrance professionnelle.

Dans une enquête plus récente que nous menons sur les accusations portées contre des enseignants, nous avons réalisé que la majorité des poursuites conduisent à un acquittement. Or, à la suite d’une accusation, soit-elle fausse, un grand nombre d’enseignants, complètement délaissés par la direction scolaire, est inapte au travail. La grande majorité vit un épisode dépressif et un grand nombre ne désire plus revenir dans l’enseignement. Nous décrirons ces deux formes de souffrance et discuterons de leurs conséquences sur l’enseignement.

Lien vers la publication: http://www.cirp.uqam.ca/documents%20pdf/collectifs/5_DenisJeffrey.pdf


Le bien-être dans l’enseignement: étude des forces de caractère chez des enseignants persévérants du primaire et du secondaire dans une approche axée sur la psychologie positive.

par Nancy Goyette

Thèse. [Montréal] [Trois-Rivières], Université du Québec à Montréal Université du Québec à Trois-Rivière

RÉSUMÉ

Depuis la massification des systèmes éducatifs et la démocratisation de l’enseignement, le métier d’enseignant s’est complexifié (Tardif et Lessard, 1999), au point tel qu’un nombre inquiétant d’enseignants quittent la profession (Mukamurera, 2006). De plus, selon Houlfort et Sauvé (2010), les enseignants souffrent plus que jamais de maladies mentales causées en partie par leur travail. Pourtant, malgré ces faits, certains enseignants trouvent un sens au métier et réussissent à se développer une identité professionnelle affirmée qui les éloigne de la détresse psychologique et qui les aide à persévérer dans la profession. Ces mêmes enseignants éprouvent même du bien-être à évoluer dans le métier et se disent passionnés de l’enseignement. L’objectif général de recherche consiste donc à examiner les facteurs personnels qui favorisent le bien-être dans l’enseignement selon des enseignants persévérants du primaire et du secondaire.

Pour répondre à cet objectif, cette recherche appuie son cadre théorique sur l’approche de la psychologie positive et approfondit deux concepts centraux : les dimensions du bien-être (Seligman, 2011) et les forces de caractère (Peterson et Seligman, 2004) qui ont été étudiées en contexte d’enseignement. Cette recherche de type qualitative utilise la méthode de Seidman (2001; 2006) qui s’attarde à la signification profonde des concepts à l’étude. Dans un souci de triangulation des méthodes (Karsenti et Savoie-Zajc, 2004), la carte heuristique a été utilisée lors des entrevues afin de s’assurer de la bonne compréhension des propos tenus par six participants lors des entrevues.

L’analyse des données a été effectuée selon une approche inductive au regard des concepts centraux ainsi que de nouveaux éléments émergeant des propos des enseignants. Les résultats démontrent que parmi les cinq dimensions du bien-être, celle du sens, qui se décortique en 4 aspects (la construction identitaire, leur rôle significatif auprès des élèves, leur responsabilité sociale et le développement des élèves par l’atteinte d’objectifs) est au cœur du processus de création de sens du métier. Les autres dimensions prédominantes du bien-être que sont les émotions émotives et les relations positives y jouent un rôle d’auxiliaire. De plus, selon les répondants, trois nouvelles dimensions du bien-être se rattachent au contexte précis de leur métier : la passion pour l’enseignement, l’engagement professionnel et le sentiment de compétence. Enfin, pour ce qui est des cinq forces de caractère recensées, l’amour (bonté), la persévérance, la bienveillance, l’autorégulation et la créativité encadrent ce processus de création de sens par une interaction constante avec tous ces éléments.

Lien vers la thèse: http://depot-e.uqtr.ca/7681/


Le bien-être pédagogique chez les enseignants du secondaire

ParViorica Dobrica-Tudor et Manon Théorêt

RÉSUMÉ

Le présent article tire son origine de notre recherche doctorale, qui s’intéresse aux relations entre les pratiques professionnelles réfléchies et le bien-être pédagogique chez les enseignants du secondaire. Tout au long de cet article nous nous penchons sur le bien-être pédagogique des enseignants, exploré par l’intermédiaire des réflexions des enseignants sur les interactions avec les élèves et les collaborations avec les collègues. Notre intérêt pour ce concept est lié à l’évolution continue du travail enseignant, dont les conséquences comptent, parmi d’autres, la complexification et l’alourdissement de la tâche.

Pour mettre en évidence comment les enseignants construisent leur bien-être pédagogique, nous faisons référence à l’analyse qualitative des données de notre recherche doctorale. Il s’agit d’une recherche exploratoire menée auprès de treize enseignants de la grande région de Montréal. En optant pour une approche sociocognitive, nous nous sommes penchées sur le concept de bien-être pédagogique des enseignants à partir de trois de ses dimensions : l’autoefficacité, l’engagement et la satisfaction au travail. Pour la collecte des données, nous avons fait appel à deux techniques : la technique Q et la technique de l’incident critique.

D’après l’ensemble de nos résultats, les interactions pédagogiques avec les élèves constitueraient la principale source de bien-être pédagogique. Ainsi, l’engagement des élèves dans l’apprentissage, le souci pour le bien-être de ceux-ci, la force de leurs compétences pédagogiques et les comportements qui produisent les résultats escomptés représentent autant des sources de bien-être chez les participants. Pour leur part, les relations de travail avec les collègues influenceraient positivement le bien-être pédagogique, notamment par l’entremise de réflexions collectives sur les situations ordinaires des pratiques professionnelles.

Lien vers l’article complet: https://sciences-et-bonheur.org/2018/09/17/viorica-dobrica-tudor-et-manon-theoret-le-bien-etre-pedagogique-chez-les-enseignants-du-secondaire/


Partagez votre recherche!

Vous avez publié un article ou une thèse en lien avec le travail des enseignants? Nous sommes intéressés à diffuser le fruit de votre recherche!