Alexandra Coutlée,  Décrocher,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Santé mentale,  Santé Physique

Faire de son sommeil une priorité

Image par Selling of my photos with StockAgencies is not permitted de Pixabay

Alexandra Coutlée

Alexandra Coutlée

Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


Être enseignant, c’est exigent. Je rencontre régulièrement des enseignants qui me disent être fatigués et épuisés. J’ai moi-même brûlé la chandelle par les deux bouts bien souvent… et je le fais encore trop à mon goût. Parfois, c’est des situations de vie qui font qu’on est épuisé et qu’on ne dort pas assez. Lorsqu’un enfant est malade, qu’on vit une séparation ou qu’on prend soin d’un parent malade, le manque de sommeil est souvent hors de notre contrôle. Par contre, parfois, il semble que ce soit nous qui ne nous priorisons pas assez. “J’ai corrigé tous les examens de mes élèves en une soirée… j’ai fini à une heure du matin. Je voulais leur rendre rapidement”, une phrase que j’ai souvent entendue. Quand ce n’est pas la correction, c’est la plastification de cartes à tâches ou la préparation d’une collation spéciale pour les élèves pour la Saint-Valentin! 

Prioriser notre sommeil devrait être la base, mais la liste de tâches est si longue. Entre les obligations familiales et le travail, la liste est interminable. Pourtant, lorsqu’on ne priorise pas notre sommeil, on le ressent. Et cette liste à tâches, on doit bien la mettre de côté si on tombe en épuisement professionnel et que l’on doit s’arrêter complètement. Si on ne priorise pas notre sommeil et un bon équilibre de vie, il se peut que la vie se charge de nous forcer d’arrêter! Prioriser mon sommeil est quelque chose que je travaille de plus en plus. C’est d’ailleurs aussi quelque chose que Arianna Huffington travaille elle aussi. Si vous ne la connaissez pas, c’est une femme d’affaires qui a démarré le Huffington post, entre autres. Elle a aussi écrit un livre: The Sleep Revolution et j’ai récemment eu la chance de l’entendre s’exprimer sur le sujet du sommeil dans une balado intitulé The Happiness Lab.

Le sommeil et l’épuisement professionnel

Arianna, brillante femme d’affaires, était divorcée et maman de deux adolescents. Elle naviguait d’une tâche à l’autre, toujours en mode superwoman, jusqu’au jour où elle s’est effondrée sur un plateau de tournage. Le verdict d’un médecin? Un épuisement professionnel. Son médecin lui a alors prescrit un changement dans son mode de vie. Certes, certaines médications pouvaient aider, mais c’est des changements dans ses habitudes de vie qui auraient le plus d’impact, dont un sommeil suffisant chaque jour. Arianna s’est donc mise à lire des recherches sur le sujet. Le manque de sommeil, c’est un mal de société qui semble valoriser ceux qui dorment peu. “Je dormirai quand je serai mort”… eh bien le manque de sommeil affecte notre corps et notre longévité… le manque de sommeil nous rapproche donc de la mort! Affirmer haut et fort qu’on ne dort que 4 heures par nuit ne devrait pas être une fierté! Le contraire devrait être vrai! Nous ne sommes pas des machines qui peuvent rouler 24h sur 24h. Notre temps de repos est primordial.

L’effet sur notre corps

La majorité des gens ont besoin d’entre 7 et 9 heures de sommeil. Il est donc important d’être à l’écoute de nos besoins et de déterminer le nombre d’heures que notre corps nécessite. Si nous ne respectons pas le nombre d’heures de façon chronique, le manque de sommeil affecte notre corps. Il a également un effet sur l’anxiété et sur la dépression. Lorsque nous manquons de sommeil, nous sommes également moins empathiques, plus réactifs… nous sommes moins patients. Quand je suis fatiguée, je suis plus émotive et je me tape parfois moi-même sur les nerfs! Je suis plus portée à voir le côté négatif des choses et à abandonner plus rapidement. Lorsque nous sommes épuisés, nous sommes bien moins efficaces! Et que dire du danger de s’endormir au volant! Selon le Dr Laurie du Happiness Lab, toute heure de sommeil perdue augmenterait de 14% notre détresse psychologique!

Comment prioriser notre sommeil

Il n’est pas facile de faire le choix d’arrêter tout et d’aller se coucher. Notre liste de tâches est interminable, il y a toujours un épisode de plus sur Netflix à écouter. Il faut donc être déterminé à faire de notre sommeil une priorité. Briser ces habitudes de manque de sommeil ne changera pas du jour au lendemain, mais un geste à la fois, nous pouvons améliorer et prioriser notre sommeil.

Voici quelques trucs:

• Demander l’aide et le support d’un ou d’une partenaire. On demande à une amie d’embarquer dans notre défi sommeil avec nous et de s’encourager mutuellement ou encore, on embarque toute la famille dans ce défi.

• Établir une bonne transition au sommeil. Comme on le fait pour de jeunes enfants (bain, histoire, dodo), on trouve la transition qui fonctionne pour nous. Bain, lecture, méditation, on choisit ce qui fonctionne pour nous aider à laisser la journée derrière nous et à passer en mode sommeil.

• Rendre notre lit et notre chambre invitants : on change nos draps pour ceux qui nous semblent invitants, on se choisit un oreiller confortable, on ajoute de l’aromathérapie, n’importe quoi qui fait qu’on a hâte de retrouver notre lit!

• Bannir les écrans de la chambre à coucher. Pas de télé, pas de téléphone. On s’achète un bon vieux réveil-matin et on décroche.

• Terminer la journée en se remémorant trois choses pour lesquels nous avons de la gratitude afin de terminer la journée sur une note positive.

Ce n’est pas facile de changer des habitudes bien ancrées. Vous serez tentés de m’expliquer que c’est impossible pour vous d’ajouter des heures de sommeil, vous manquez de temps! Commencez alors par de petits gestes. On se couche 15 minutes plus tôt et on commence par ça. Lorsque vous verrez l’effet que cet ajout de sommeil a sur votre quotidien, sur votre humeur et sur votre efficacité, je suis convaincue que vous en ferez une priorité. J’arrive à dormir mon 8h par soir (j’avoue que je n’ai plus de jeunes enfants à la maison) et quand je ne le fais pas, je vois tout de suite la différence. Parfois, dire oui à mon 8h de sommeil signifie dire non à autre chose: refuser une sortie entre amies, ne pas répondre à un courriel aussi rapidement que je le voudrais, remettre à demain un billet de blogue à écrire…. Mais je ne le regrette jamais le lendemain, car j’arrive à faire autant sinon plus de choses sur ma liste de tâches puisque je suis en forme!

Et vous, comment est-ce que vous priorisez votre sommeil?

Vous avez aimé l’article de notre collaborateur/collaboratrice? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *