Développement professionnel continu,  Enseignant connecté,  Enseignement positif,  Formation,  Gestion de classe,  Goldrick Noel,  Nouveaux enseignants

Formation, collaboration et positivisme

Image par Joseph Mucira de Pixabay

Goldrick Noel

Enseignant au primaire


J’ai récemment eu une discussion avec une enseignante qui a toujours des classes extraordinaires où les projets qui s’enchaînent sont de plus en plus spectaculaires année après année! Étant un nouvel enseignant en quête d’expérience, je me suis permis de lui demander son secret.

Mon premier constat est qu’elle est allée chercher de l’information. Beaucoup d’informations! Entre autres grâce à un DESS. Souvent, on se tourne vers nos collègues pour trouver des solutions afin de rendre notre tâche moins éprouvante, mais on oublie qu’ailleurs dans le monde il y a des enseignantes qui réussissent dans des milieux plus durement touchés que le nôtre. C’est ce que le DESS lui a permis de réaliser. Quand on pense à l’étranger, on pense immédiatement à la Finlande, mais de grandes surprises nous attendent lorsqu’on s’attarde à ce qui se passe dans les ghettos américains.

Le second conseil que j’ai retenu est qu’il est important d’avoir une vision claire des valeurs que l’on veut avoir dans sa classe. Un petit moment dans sa classe et celle de la collaboration nous saute aux yeux. Créer un sentiment d’appartenance à travers l’unité est une formule qui amène beaucoup de positif et qui permet à l’enseignante de partager le poids de la tâche avec ses élèves.

Quand on collabore :

  • On prend soin de ses partenaires;
  • On continue de travailler ensemble même quand on n’est pas d’accord;
  • On pousse tous dans la même direction;
  • On respecte ses partenaires;
  • On s’encourage;
  • On s’aide lorsqu’on est en difficulté.

Bref, lorsqu’on collabore, on se rend compte qu’on est tous dans le même bateau et qu’on a besoin de tout le monde pour mener à bien le projet. Même l’élève qui a les meilleures notes a besoin que les autres ne crient pas en classe pour lui permettre de continuer d’apprendre et d’ensuite pouvoir les aider s’ils le veulent. La collaboration, c’est aussi le moment où l’enseignante forme un petit groupe d’élèves en difficulté pendant que les autres élèves s’entraident dans la compréhension d’une notion.

Et pour faciliter l’application de tout ce qu’on apprend à travers la formation et la collaboration, il faut se motiver à donner beaucoup plus de place aux renforcements positifs. Féliciter même pour les petites choses qui devraient être acquises comme le respect du tour de parole. Dites-leur souvent qu’ils sont extraordinaires et que c’est agréable d’être dans une classe où tout le monde se sent bien.

Entourez le tout d’un code de classe clair, cohérent et prévisible et vous n’aurez presque plus à parler pour faire appliquer un règlement. Cela devrait donc vous laisser bien plus de salive pour enseigner le programme et créer un climat positif dans votre classe.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *