Alexandra Coutlée,  Apprentissage,  Covid-19 2020,  Développement professionnel continu,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Formation

Je suis nul(le) en informatique…

Image par Martine Auvray de Pixabay

Alexandra Coutlée Espaceprof

Alexandra Coutlée

Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


Je suis allée courir la semaine dernière avec une amie. Nous avons fait un 3,5 km ensemble. À la fin de la course, elle m’a dit : « Franchement, tu aurais pu te forcer et faire un petit 0,5 de plus pour te rendre à 4. Tu es tellement lâche. Tu cours tellement pas vite, regarde la moyenne de vitesse que l’application indique… pathétique. Tu n’y arriveras jamais. Tu n’es juste pas faite pour la course. Tu n’as juste pas de talent pour ça. Laisse tomber… tu es vraiment poche ! »

Vous lui répondriez quoi ? Pas une super amie, n’est-ce pas ? Je me doute que vous vous dites : « Ben bravo, tu es allée ! C’est bon 3,5 km! Moi, j’en fais même pas 1 encore. Moi je te trouve bonne. Ne lâche pas, tu vas finir par y arriver. »

Et bien, je ne cours pas vraiment avec quelqu’un, surtout en temps de distanciation sociale. Cette amie ? La voix dans ma tête. La même que la vôtre quand je vous entends me dire que vous êtes un dinosaure en techno, que vous êtes nul… que ça ne rentre juste pas. 

Manque de motivation

Je suis une geek finie. J’adore la techno. L’été, j’ai ma pile de livres sur des sujets technos qui m’attend pour lire sur le bord d’un lac ou dans un hamac. En soirée, je passe en revue Twitter pour suivre les dernières nouvelles en réalité virtuelle. J’en mange, de la techno. J’y mets du temps… beaucoup de temps. Je lis, j’essaie, je visionne des capsules. Bref, je me débrouille bien, car je suis motivée et j’y mets du temps.

Ce n’est pas le cas de tout le monde. Avant d’y être forcés, bien des enseignants n’étaient pas motivés. Et sans motivation, c’est bien difficile d’avancer et de se lancer. Le premier défi, si c’est votre cas, sera de trouver une motivation au-delà de : « Je n’ai pas le choix. » Trouvez un coup de cœur. Ce sera peut-être le montage vidéo de capsules qui laissera sortir votre côté créatif ou encore la mise en page de documents. Quelque chose vous accrochera, mais il faudra chercher un peu et explorer. 

Apprendre en équipe sera peut-être aussi une bonne solution. On apprend la vidéoconférence avec notre meilleur chum et on en profite pour rire ensemble, ça peut aider dans notre motivation à apprendre. Se rassembler avec des collègues qu’on apprécie pour rire un bon coup quand tout plante (parce que ça va arriver, désolée), ça aide à ne pas lancer le portable sur le mur par frustration !

Faire le bilan de ce qu’on est capable de faire

Avant de dire qu’on est nul et qu’on ne connait rien, on fait la liste de tout ce qu’on est capable de faire. Et avec chaque appareil ! Je prends mes courriels avec mon portable, des photos avec mon cellulaire, je parle par vidéo Messenger avec ma mère, je regarde mon nombre de pas sur ma Fitbit. Ce sont toutes des interactions avec la technologie ! Vous en faites pas mal plus que vous ne le pensez ! On part tous de quelque part, regardons d’où. Personne ne part de zéro, promis. Vous avez tous déjà allumé un téléviseur ou un écran, c’est déjà un geste vers de « l’ouverture » à la technologie 😉

Se donner le droit à l’erreur 

Lors d’une de mes premières sorties comme nouvelle conductrice, mon père m’avait amenée dans un stationnement d’école. Il m’avait fait tourner en rond et contourner des obstacles. Je faisais bien ça et mon père était bien relax jusqu’à ce que… je passe trop proche d’un poteau… et accroche la voiture. Je venais d’avoir mon premier accident. Mon père n’a rien dit. Il m’a laissé continuer et m’a dit que nous allions regarder ça plus tard. J’étais découragée. En arrivant à la maison, il m’a demandé de le suivre jusqu’au cabanon. Il m’a présenté du «compound» et une lingette. Il a dit : «Maintenant, nous allons réparer ça. » Tout calme, comme si rien n’était (je n’avais quand même pas défoncé la portière… quand même). 

Une erreur, ça se répare. Bien sûr, ce n’en était pas une grosse. Vous n’avez pas envie de perdre toutes vos photos sur votre ordinateur, ça fait peur. Mais majoritairement, vous n’allez pas briser la machine. Vous allez apprendre de chacune de vos erreurs. Et parfois, ça prendra un collègue ou un technicien « compound » et vous aurez appris. On le répète aux élèves tout le temps que faire des essais et des erreurs, c’est apprendre. Donnons-nous cette même permission !

Un pas à la fois

Lorsque je compare ma course aux filles de mon équipe de travail… je me sens ben poche. Elles se préparent à courir des demi-marathons et des marathons. Lorsque mes amis se comparent à moi en techno, ils vivent peut-être ce même sentiment. Alors il est où le problème ? DANS LA COMPARAISON ! 

Je mets beaucoup de temps sur mes apprentissages techno, bien moins sur ma course. J’en suis capable, mais ça me demanderais de m’y mettre de façon plus assidue, de faire certains compromis. Je ne me suis pas fixé le même objectif en course que mes collègues. Demandez-vous donc en techno quel est votre objectif. Pas d’être aussi bonne que Colette dans la classe d’à côté qui fait de la programmation avec ses élèves. Comparez-vous à VOUS-MÊME. Nommez une première chose que vous aimeriez améliorer dans vos connaissances technologiques… trouvez la motivation, apprenez ensemble, célébrez ce que vous êtes capable de faire, donnez-vous le droit à l’erreur et allez y un pas à la fois. 

En célébrant chaque pas, ça ramène de la motivation et le cercle recommence… ce cercle, ne serait-il pas de l’apprentissage? Exactement ce qu’on demande à nos élèves ?

One Comment

  • Gaetan Bisson

    Cher Alex
    j’ai lus avec beaucoup d’intérêt ton texte « Je suis nul en informatique » . Ton histoire au debut elimine toute craite de continuer a lire. On se sent bienvenue dans ton monde.
    Tu touche des points qui s’adresse a toutes les generations. Nous sommes tous a quelques part parmi tes nombreuses examples. Oui, patience et ne pas avoir peur de faire des erreurs est un element essentiel pour maitriser toute nouvelle connaisance. La joie de decouvrir amene souvent un sentiment d’accomplisement.

    Ton texte vas surement amener quelques nul a retourner au clavier pour continuer leur exploration.

    Tu est dans ton element Alex, tu a surement lu le boukin de Ken Robinson « The Element ».
    A partir de maintenent ton acheminement professionele ne peut que s’améliorer.
    Bonne chance
    Gaetan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *