Espaceprof,  Marie-Claude Pilote,  relation d'aide,  Santé mentale

La convocation en réunion que tu ne veux jamais avoir

Image par S. Hermann & F. Richter de Pixabay

Marie-Claude Pilote Espaceprof

Marie-Claude Pilote

Enseignante au secondaire


C’était un lundi. En 2012. Un p’tit lundi de début de février. La journée avait été bizarre. Un collègue prof de français était absent, mais tout le personnel trouvait curieux qu’il n’ait pas pris la peine de le signaler. Aucun appel le matin, pas de travail pour ses élèves….

En fin de journée, on reçoit une convocation à une réunion extraordinaire obligatoire pour tous et c’est là que l’onde de choc traverse la salle. Notre collègue s’est enlevé la vie la veille. Dans mon cas, ce collègue était un ami. Un super prof que les élèves adoraient. Après la peine ressentie, on se met en mode action: Que s’est-il passé ? Comment se fait-il que je n’aie rien vu venir ? Comment les élèves vont-ils réagir à cette nouvelle atroce ? Est-ce que la journée du lendemain se déroulera comme d’habitude ?

La réponse à cette dernière question? Non. Les jours qui ont suivi ce drame ont été extrêmement difficiles à vivre pour les collègues, les élèves… La perte d’un collègue, que ce soit par suicide, maladie ou accident est une épreuve très difficile à gérer, car cela nous confronte à nos propres limites. On vit notre propre peine, mais on ne doit surtout pas sous-estimer la peine des élèves.

Par ce billet, je veux qu’on se rappelle de nos collègues qui nous ont quittés. En cette semaine de prévention du suicide, n’hésitez pas à demander de l’aide si vous vous sentez dépassés par les événements. On fait un travail demandant, un travail qui nous en demande beaucoup.

Besoin d’aide ? 1 866 appelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *