Alexandra Coutlée,  Covid-19 2020,  Décrocher,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Santé mentale

L’an prochain…

Image par StockSnap de Pixabay

Alexandra Coutlée Espaceprof

Alexandra Coutlée

Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


Je suis de nature bien anxieuse et j’aime que tout soit pensé, organisé, planifié. Ça me permet alors de laisser aller et de relaxer. Lorsque je voyage (pré-Covid, mais j’espère pouvoir recommencer un jour…), tout est préparé d’avance : les hôtels réservés, ma liste de resto et de réservation faite, la liste des choses à visiter… le guide Top 10 des choses à voir bien lu avant le départ. Bien sûr, par la suite, on peut y aller de spontanéité un peu, je ne suis pas si plate, mais ce bout de préparation est un de mes préférés.

Au travail, je suis pareille. La fin de l’année est un moment de bilan, un moment où je remplis une liste de choses à faire, à refaire ou à faire différemment pour l’année suivante. Mais cette année… impossible, et mon anxiété est bien présente. Je fais des plans… et les refaits… rien n’a de sens, car rien n’est certain.

J’ai pourtant travaillé beaucoup ce lâcher-prise. Il y a quelques années, mon chum m’avait d’ailleurs lancé le défi d’un road trip non-planifié. Aucune réservation, aucune destination. Chaque matin en partant : une décision à pile ou face sur la prochaine ville à visiter. Mon anxiété était à son comble alors que le long fleuve tranquille qu’est mon chum a adoré. Ça m’a tout de même permis d’apprendre à lâcher prise. Quand il est rendu 11 h le soir et qu’on ne trouve aucune chambre d’hôtel, moi l’anxiété monte plus plus… Mon chum lui ? Il se dit qu’on dormira dans l’auto et que ce sera une belle aventure. 

Nous n’avons pas tous le même tempérament. Mais cette expérience m’a appris beaucoup sur le fait de faire confiance à la vie. Vers 11 h 30 ? Nous avions trouvé un hôtel et avons très bien dormi. J’essaie donc présentement d’avoir la même confiance en la vie pour ce qui est à venir l’an prochain. Ce sera une année scolaire pile ou face… on verra. J’essaie de gérer l’émotion comme lors de ce voyage : faire confiance, me dire qu’une solution existe, et que j’ai passé au travers de bien pire que ça. 

L’anxiété de l’incertitude et du flou, nous la vivons depuis des mois déjà. Nous avons été en mesure de trouver une façon de passer au travers et nous serons en mesure de le faire aussi à la rentrée. Cet été ? Je vais éviter les prédictions des médias et des réseaux sociaux. Certains pensent qu’on retournera comme avant, d’autres, que ça ne sera plus jamais comme avant. Je vais choisir de ne pas émettre de prédictions, de ne pas me faire de scénarios, de vivre dans le moment présent.

Je ne peux rien prévoir et je ne peux pas faire des plans. Mais pour cet été, des plans, j’en ai. Non, pas de voyages… notre été sera bien différent. Mais cet été, je compte bien prendre des forces, me reposer,  lire les livres qui attendent depuis trop longtemps que je les ouvre. Je vais y aller au jour le jour avec des apprentissages qui m’allument, apprendre un nouvel outil techno juste parce que celui-ci me tente (pas nécessairement parce que je planifie quelque chose avec ça pour l’an prochain).

Je vais profiter de ce moment pour vivre le moment présent. Et quand nous aurons plus d’informations sur la rentrée… et bien je serai prête, même si je n’ai pas fait mille plans d’avance. Je vais faire confiance à la vie, mais aussi confiance à ma capacité d’adaptation. Je suis déjà convaincue de la capacité d’adaptation de mes collègues en éducation! 

Bonnes vacances plus que méritées… et bon repos!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *