Carolane Groleau,  Nouveaux enseignants,  Santé mentale

Le début

Image par Free-Photos de Pixabay

Carolane Groleau Espaceprof

Carolane Groleau

Enseignante au secondaire


(Retour en arrière)

Août 2018

Après un stage 4 qui m’a apporté grand nombre de remises en question sur mon choix de carrière, je prends mon courage à deux mains et je pars avec ma pile de CV, direction : les écoles secondaires de la région. 

Quelques jours plus tard, je reçois un appel. On me demande si j’accepterais de donner le cours d’Éthique et culture religieuse au régulier ainsi que celui d’anglais pour les élèves des groupes GAER. (Petite précision : je suis enseignante de français). Et ça se met à tourner dans ma tête…

Et si je dis non, vais-je travailler cette année? Va-t-on me barrer de cette école? 

Et si je dis oui, vais-je être à mon meilleur? Suis-je outillée pour cette responsabilité? Vais-je me sentir bien?

La réussite d’élèves est en jeu…

… et mon bien-être aussi.

Je décline l’offre.

La directrice de cette école me rappelle. 

Offre : français, première secondaire, 3 groupes, un contrat pour l’année complète, un cadeau en or pour une jeune enseignante. 

J’accepte tout de suite. Mon honnêteté a payé.

Le sentiment de fierté, suivi de la nervosité, s’empare de moi.

L’année scolaire débute. Je suis accueillie chaleureusement dans mon nouveau milieu, une petite école sympathique, mais à la réputation d’être «plus difficile». Tous les membres du personnel m’offrent leur aide. Tous me parlent comme si je suis leur égale…

…parce que je le suis!

Je réalise que je ne suis plus stagiaire, mais bien une des leurs. 

L’année passe super rapidement. Je réalise la chance incroyable que j’ai de travailler dans cette petite école vivante où tous se soutiennent, s’encouragent, s’entraident. 

Les journées sont bien remplies et il y a quelques défis, mais je me sens utile et bien.

Juin arrive. Je suis fatiguée, certes, mais ô combien fière de moi! 

J’ai réussi ma première année d’enseignement complète. J’ai créé de supers liens avec mes élèves et avec mes collègues. Je suis restée moi-même, la jeune enseignante motivée qui veut ajouter une touche de bonheur dans ses cours. Je me suis impliquée, j’ai eu de bons commentaires, mais surtout :

Je ne remets plus en question mon choix de carrière. Je suis à ma place.

***

Janvier 2020

Je tiens à conclure ce billet par quelques astuces concrètes pour tous les futurs enseignants ou les enseignants novices parce qu’avec du recul, je m’aperçois que c’est ce qui m’a permis de vivre (et non de survivre) cette première année de rêve.

(Je suis consciente du risque que j’ai pris en refusant le premier contrat tout comme je suis consciente de la chance que j’ai eue d’enseigner ma matière dans trois groupes du même niveau et de n’avoir eu qu’une seule planification à faire. Je sais que beaucoup d’entre vous avez commencé ou allez commencer avec une «assiette du pêcheur», mais je crois tout de même que certaines de ces astuces vous feront du bien.)

1. Ne reste pas dans ton coin : parle à tout le monde!

Tu arrives dans un milieu où les gens se côtoient depuis 5, 10, 15 ans et parfois plus. Présente-toi, va vers les gens, va chercher les conseils et les informations sur ta nouvelle école, apporte de nouvelles idées et implique-toi. L’année passe rapidement lorsqu’on se sent bien entouré. Et cela facilitera grandement mon prochain point!

2. N’hésite JAMAIS à demander de l’aide.

Que ce soit à un collègue de ta matière ou de ton niveau, aux TES pour trouver des trucs pour gérer ton «groupe difficile» ou pour faire part d’une observation inquiétante, à la direction pour répondre à un courriel plus crunchy venant d’un parent ou à tout spécialiste de l’école, peu importe la situation ou la personne : ne te gène pas! Ne reste pas dans l’incertitude, pose des questions!

«Oui, mais j’ai peur qu’on me traite de fatigant, et tout le monde a déjà beaucoup à faire!»

Chasse cela de ton esprit! Parfois, le simple fait de discuter peut être libérateur d’un gros poids. Cela te permettra aussi probablement d’apprendre des trucs que tu ne connaissais pas ou de voir des solutions que tu ne voyais pas grâce à un avis extérieur.

3. Reste toi-même

Ne mets jamais le masque d’un enseignant que tu n’es pas. Il deviendra lourd à porter éventuellement. Il n’y a pas meilleur sentiment que celui d’avoir hâte de se rendre au travail le matin.

Si toi, tu aimes faire des jeux ou laisser place à la discussion avec tes élèves dans ton cours, faire des énigmes, des chroniques historiques ou littéraires, essayer de nouveaux trucs, varier tes approches : FAIS-LE!

Peut-être qu’on te regardera drôlement. Peut-être qu’on essaiera de te décourager :

«Les jeux au secondaire, ça prend trop de temps. Les élèves ne sont plus des bébés!» 

Ça se peut!

… mais je n’ai jamais vu des élèves aussi motivés d’étudier leurs verbes qu’avant une partie de bingo des verbes quand il y a du chocolat à gagner…

Ils sourient, ils sont compétitifs, font de l’auto-gestion («Ok! On arrête de parler, on va perdre du temps pour jouer!») et ils apprennent!

Que demander de mieux?

4. Établis des règles claires dès le début

Haaa les règles de classe! On a tendance à négliger cette étape cruciale lors de notre première rentrée. On veut être le nouveau prof «cool»…

… et les élèves trouvent rapidement nos failles.

… et les cours se désorganisent.

… et c’est tout le contraire de «cool».

… et tu dois patiner tout le reste de l’année pour rattraper le tout.

Établis dès le début ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas et applique les conséquences. C’est plate, mais si tes règles sont claires, bien communiquées aux élèves et que tu es conséquent, tu auras l’esprit tranquille.

5. Adopte de saines habitudes de vie

L’activité physique

Le corps et l’esprit sont intrinsèquement liés. Trouve un moment dans ta journée pour faire un peu d’activité physique. Cela libérera ton corps et ton cerveau du stress ou des émotions négatives que tu as pu vivre (parce que oui, tu auras ces moments, comme dans tout emploi!)

Lance de toutes tes forces la balle pour éliminer une réplique plate d’une élève…

Pédale le plus vite que tu peux pour te sauver de ta mauvaise période…

Danse et laisse-toi porter par le rythme en faisant le vide dans ta tête…

Tu te sentiras beaucoup mieux, physiquement et mentalement.

Le sommeil

Sois à l’écoute de ton corps. 

Tu t’endors à 20h sur le divan? C’est normal et non, tu n’es ni ennuyant ni paresseux!

Enseigner, c’est un peu comme donner un spectacle. Et parfois, il y a quatre représentations dans la même journée. 

Sur le coup de l’adrénaline et devant les 30 paires d’yeux qui nous fixent, on a tendance à vouloir en mettre plein la vue. On gesticule, on fait des blagues, on met de l’énergie et de la vie dans notre matière.

Ne te sens pas coupable de te coucher tôt si tu le peux. 

6. Garde un équilibre de vie

Tu te demanderas très probablement comment arriver à tout faire sans travailler 7 jours sur 7 lors de tes premières années.

J’avoue que je l’ai fait beaucoup les premiers mois et que dès que l’hiver est arrivé, j’étais déjà brûlée. 

Instaure un moment précis dans la semaine et prends ce moment pour faire une activité que tu aimes (cours de danse, de musique, escalade, hockey, etc.) ou pour prendre un moment pour toi tout seul (bain aux chandelles, lire un bon livre, regarder un film, etc.) et ne t’empêche pas d’aller à des événements (soupers, fêtes, activités, etc.).

Utilise tes périodes libres et les journées pédagogiques à leur plein potentiel

Prends ce temps pour corriger et planifier.

Tu as une demi-journée? Pourquoi ne pas profiter de ce temps pour rester à l’école et avancer dans tout ce que tu as à faire?

Je ne sais pas pour toi, mais moi, je suis beaucoup moins productive à la maison. La télévision ou bien mes instruments de musique sont beaucoup trop attrayants! 

Le mot d’ordre, c’est le bien-être. 

Ne le perds pas de vue!

Vous avez aimé l’article de Carolane Groleau? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *