Carolane Groleau,  Développement professionnel continu,  Espaceprof,  Formation

Le suivi CLASS

Image par Fernando Aguirre Guzmán de Pixabay

Carolane Groleau Espaceprof

Carolane Groleau

Enseignante au secondaire


Tranche de vie : L’an dernier, je vivais ma toute première année en tant qu’enseignante de français au secondaire. Ma curiosité, ma détermination ainsi que ma capacité à créer des liens avec les élèves ont vite été remarquées. Toutefois, j’étais (et je suis toujours) une enseignante novice et donc moins expérimentée et moins outillée qui a eu à relever un beau défi : le «groupe difficile».

En cours d’année, même si je tenais le coup, bien entourée de mes collègues enseignants et TES exceptionnels, ma directrice m’a suggéré quelque chose qui pouvait apporter une opinion extérieure sur ma pratique : le suivi CLASS.

Qu’est-ce que le suivi CLASS?

Le suivi CLASS (Classroom Assessment Scoring System, créé par Pianta, Hamre et Mintz en 2008) est un programme d’accompagnement d’un enseignant qui vise à observer ce dernier et à relever les points positifs et les points à améliorer dans sa pratique. Pour ce faire, l’accompagnateur (dans mon cas, un conseiller pédagogique de la commission scolaire) assiste à un ou plusieurs cours de l’enseignant ou visionne la captation vidéo d’un de ses cours. L’accompagnateur peut ainsi faire ses observations sur les trois grands domaines du suivi CLASS : le soutien émotionnel (climat positif de la classe, sensibilité de l’enseignant et respect des élèves du point de vue de l’enseignant), le soutien pédagogique (ou tout ce qui a trait à la matière et la façon de la transmettre : les approches pédagogiques, la compréhension de la matière, l’analyse et la résolution de problèmes, la qualité des rétroactions et le dialogue pédagogique) et l’organisation de la classe (gestion des comportements, productivité  et climat négatif). Ces trois composantes sont essentielles en classe puisqu’elles ont un lien direct sur l’engagement et la réussite des élèves.

Comment se déroule le suivi CLASS?

Dans un premier temps, il faut d’abord planifier une rencontre entre l’enseignant et l’accompagnateur afin de discuter de ce que l’enseignant aimerait travailler ou de ses besoins (pour ma part, nous avons mis de côté le soutien pédagogique afin de nous concentrer surtout sur l’organisation de la classe et un peu sur le soutien émotionnel). 

Ensuite, l’enseignant fait la captation vidéo d’un de ses cours. Cette captation est transmise à l’accompagnateur qui en fait une écoute, sans l’enseignant, en annotant ses observations.

Une deuxième rencontre a lieu dans laquelle l’accompagnateur fait part de ses observations à l’enseignant. Un plan d’action est alors mis en place pour améliorer les points ciblés. L’accompagnateur propose des pistes de solutions concrètes.

Quelques semaines plus tard, il est possible de faire une nouvelle captation vidéo ou encore, l’accompagnateur peut se déplacer et venir faire de l’observation en classe (comme lors des stages!) afin de voir s’il y a eu amélioration. Une rencontre de rétroaction a lieu par la suite.

Cette boucle peut se répéter selon les besoins de l’enseignant. Il n’y a pas de nombre de rencontres pré-établi dans le suivi CLASS.

Ce que je retiens de cette expérience

Si au départ j’étais curieuse et craintive, à la fin, je n’ai pas du tout regretté mon expérience pour les raisons suivantes :

  • La petite tape dans le dos 

(Je crois que c’est le point le plus important)

Cette expérience peut s’avérer tellement positive puisqu’elle permet à quelqu’un de voir nos bons coups en classe et de les souligner. 

Des gestes positifs, on en fait des dizaines chaque jour, mais parfois, on a tendance à les oublier au profit de ce qui fonctionne moins bien…Vous reconnaissez-vous dans cette affirmation?

  • La captation vidéo

Au moment d’écrire ces lignes, je vous entends déjà dire : ‘’Ha non! Je ne veux pas filmer un de mes cours et devoir regarder ça!’’ 

Ce n’est franchement pas si pire.

En fait, il y a de fortes chances que vous n’ayez pas à regarder votre cours complètement. Votre accompagnateur le fera et choisira peut-être quelques extraits pour appuyer ses observations, mais c’est tout.

J’ai tout de même fait l’exercice de le regarder au complet par curiosité.

Oui, ma voix me fatigue.

Oui, il m’arrive de bafouiller ou faire de drôles de phrases.

Oui, je gesticule vraiment beaucoup trop.

Mais je crois que nous devons voir ces petits trucs. Ils permettent de poser un nouveau regard sur notre façon de transmettre nos connaissances et de nous questionner :

Est-ce que tous ces gestes sont nécessaires lorsque je parle ou deviennent-ils une distraction pour les élèves?

Suis-je trop stationnaire (à l’avant de la classe) ou ai-je une bonne circulation?

Est-ce que mon ton de voix est approprié en fonction du climat de la classe à ce moment et de l’activité en cours?

  • Les conseils et les trucs

Finalement, l’accompagnateur, comme mentionné précédemment, apporte une aide précieuse et une panoplie de conseils qui valent la peine d’être essayés. 

Pour ma part, il a mis le doigt sur ce qui désorganisait mes élèves en début de période qui était la vérification des devoirs. C’est souvent là que le bavardage et le dérangement commençaient. Sa suggestion de l’intégrer aux dix minutes de lecture que je donnais aux élèves au début du cours a réussi à éliminer ce temps mort et cette transition supplémentaire qui pouvait faire bien des dommages. 

***

En conclusion, je crois qu’en tant qu’enseignant novice, les plus belles qualités que nous puissions avoir sont l’humilité et la curiosité : l’humilité de se dire que nous ne connaissons pas tout et qu’il nous reste encore beaucoup à apprendre; la curiosité d’aller chercher ces informations de toutes les façons possibles (par la discussion avec les collègues, par le travail d’équipe avec ceux-ci, spécialement avec les TES, par les lectures que nous faisons et par les diverses formations offertes). N’ayez pas peur de vous renseigner, d’essayer des trucs, d’accumuler de nouvelles connaissances et de sélectionner ce qui fonctionne le mieux pour vous et vos élèves. 

Référence

Anne Lessard https://crires.ulaval.ca/ressource/le-suivi-class-une-recherche-collaborative-csrsudes

Vous avez aimé l’article de Carolane Groleau? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *