Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation

L’école d’été


Alexandra Coutlée

Fondatrice d’Espaceprof, enseignante au secondaire


Ah, l’été! La plage, le camping, la lecture dans le hamac…et la correction? Eh oui, plusieurs enseignants sont en classe pendant l’été. Ils enseignent des reprises de français, de maths, d’histoire ou encore d’anglais. Pourquoi enseigner l’été et comment ça se passe? Nous avons interrogé nos collègues Espaceprof qui ont gentiment accepté de nous partager leur expérience.

Pourquoi enseigner l’été?

On ne se le cachera pas, la première motivation est souvent de nature financière. Lorsque l’on n’a pas de poste permanent, qu’on est à statut précaire et sans salaire pour l’été, ces quelques semaines d’enseignement d’été peuvent être une belle option. C’est parfois aussi une belle façon de travailler un peu afin d’avoir un petit surplus pour des extras comme un voyage, par exemple. C’est parfois aussi la première expérience de travail d’enseignants qui terminent leurs études en enseignement, comme ce fut le cas de Jacinthe: “Je voulais aider ces élèves-là, vraiment faire une différence. Je vais faire mon 4e été cette année en cours d’été. “ Karine, une autre enseignante à l’école d’été, ajoute:  “J’ai commencé à la troisième année de mon BAC pour avoir plus d’expérience et pour m’aider financièrement. J’ai aimé mon expérience et ça me fait penser à autre chose qu’à la rentrée.” 

Les pour et les contre de l’école d’été

Plusieurs enseignants nous avouent que l’école d’été n’est pas très représentative de l’année scolaire. Résumer un cours de 10 mois en quelques semaines, c’est tout un défi. Cela demande beaucoup de planification et de correction intensive en peu de temps. Les ressources, l’été, sont également limitées. Il y a peu de personnel de soutien présent à l’école et parfois un accès limité au photocopieur ou à du matériel pédagogique. Plusieurs mentionnent également trouver difficile de délaisser de belles semaines de vacances et de repos, mais l’horaire, parfois fait de demi-journées et seulement de quelques semaines, permet de ne pas tout perdre de l’été. 

Les élèves sont par contre très motivés. Jo-Elle explique: “Ils sont là, car c’est leur dernière chance de réussir. Ils posent des questions et essaient très fort.” Avec des élèves aussi motivés, il est plus facile de passer du temps sur la pédagogie et moins sur la gestion de classe. Dora m’explique: “Je me suis rendu compte que sans avoir à me casser la tête avec la gestion de classe, je pouvais vraiment me concentrer sur la pédagogie. Je pouvais travailler sur mon enseignement, ma façon d’expliquer, me perfectionner.

On me mentionne par contre que ce n’est pas pas toujours parfait côté gestion de classe, mais le fait d’avoir de plus petits groupes permet de créer des liens de confiance rapidement. Puisqu’ils sont moins nombreux, il est possible de donner de la rétroaction plus personnalisée à l’élève et de le voir progresser. Pour certains élèves, ces petits succès sont leurs premières réussites dans une matière qui leur était difficile et leur gratitude envers leur enseignant est souvent plus présente que dans le tourbillon de l’année scolaire.

Il existe de belles équipes de collègues d’enseignants d’été dans les écoles et commissions scolaires. Celles-ci se retrouvent chaque année et partage beaucoup de matériel et d’idées d’activités. Une belle façon de préparer la prochaine année scolaire, mais aussi une belle façon de se faire connaître dans les milieux scolaires et peut-être trouver un poste… ou un nouveau collègue avec qui collaborer dans le futur.

L’école d’été, formateur?

L’école d’été est souvent un bon moment pour développer ses compétences d’enseignant. On travaille beaucoup sur la relation maître-élève lorsqu’on a de petits groupes.  On expérimente aussi nos techniques de planification, nos techniques de correction et de rétroaction et toutes ces compétences acquises nous rendent encore plus solides lorsqu’arrive septembre. Isabelle m’explique: “On développe des techniques de gestion de classe et notre fabuleuse capacité d’adaptation! Plusieurs élèves de différents milieux, donc on s’adapte à tous! Beaucoup de troubles d’apprentissages, on apprend beaucoup! 

Dora me partage également: “Je suis clairement devenue une meilleure enseignante grâce à ces cinq ans d’école d’été. Je suis beaucoup plus claire dans mes explications, j’ai gagné énormément de confiance en tant que nouvelle enseignante. Cela m’a permis d’être capable d’identifier les difficultés des jeunes et de trouver des stratégies gagnantes pour les amener vers la réussite.” On développe aussi notre pratique réflexive en enseignement. Comme le dit Noémie: “Ça m’a fait prendre conscience qu’il existe tout un monde entre ce que l’on voudrait faire (notre pédagogie idéale) en classe et ce que l’on arrive réellement à faire (considérant toutes les contraintes du milieu scolaire)”.

“Cela m’a toujours fâchée d’entendre la façon que les cours d’été sont vus par certains. Ces 40h sont un enseignement de qualité où les élèves travaillent énormément et à chaque instant. Ce n’est pas parce qu’ils ont payé que c’est garanti qu’ils passeront. Par contre, je suis convaincue que tous, même ceux qui finalement n’ont toujours pas réussi à passer, ont quand même quitté le cours avec un bagage de connaissances et de stratégies!” ajoute Dora. 

L’école d’été semble donc être une expérience positive, non seulement pour les élèves, mais aussi pour plusieurs enseignants. Elle est également en évolution, car plusieurs écoles et commissions scolaires offrent maintenant les cours d’été en ligne! Cette option permet aux enseignants d’accompagner des élèves dans le confort de leur foyer (ou sous le parasol) et permet également de découvrir un paquet d’outils TIC qui peuvent être réutilisés l’année suivante. Et en bonus? Plusieurs écoles et commissions scolaires offre des locaux climatisés pour les cours d’été!

Collègues enseignants en cours d’été cet été, bravo! Vos élèves sont bien chanceux de vous avoir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *