Covid-19 2020,  Décrocher,  Espaceprof,  Julie Ferland,  Lâcher prise,  Santé mentale

L’ennui

Image par PublicDomainPictures de Pixabay


Le monde entier est en quarantaine. Le monde s’ennuie. Partout, on voit apparaître des solutions à cette horrible sensation. Des horaires réglés à la minute près pour venir en aide aux parents, des propositions de séries, des visites virtuelles de musées, des suggestions pédagogiques pour ne pas que la perte se fasse ressentir auprès de nos jeunes. Lorsque j’étais petite, je m’ennuyais souvent. Je me rappelle de moments où j’allais voir ma mère en lui disant que je ne savais pas quoi faire. Elle me proposait des solutions. Elle me disait que lorsque je vivais cet ennui, je pouvais y pallier en étant créative. Faire du dessin, écouter de la musique, lire… Plusieurs études prouvent actuellement que l’ennui est le moteur de la créativité. J’irais même plus loin. À force de faire en sorte que le monde ne ressente jamais cet affreuse sensation, on en fait des êtres dépendants et passifs.


Je m’ennuie. Hier fut la première journée de ma propre quarantaine. C’était franchement désagréable, même paniquant. Je me suis dit que je ne pourrais jamais tenir deux semaines comme ça.Je suis devenu un être dépendant. La télé est restée ouverte presque toute la journée, je suis allée prendre une marche toute seule, j’ai essayé de tricoter pour la millième fois, j’ai regardé Facebook au moins 30 fois, j’ai joué à deux jeux sur mon téléphone, j’ai installé des applications …C’était vraiment ennuyant. Je n’avais pas d’inspiration pour écrire.


Ce matin, j’ai lu La Presse. J’ai proposé à ma fille de douze ans de nous faire un horaire réglé à la minute pour apaiser mes souffrances. Elle m’a répondu qu’elle trouvait ça trop rigide, que ça ne laissait pas de place à la spontanéité. Elle a tellement raison, mais j’ai un réel malaise…


C’est un dur réveil pour moi, mais un réveil nécessaire. Je suis complètement dépendante à mes appareils technologiques, à mes applications et à mes séries. Sans elles, je m’ennuie. Je ne suis pas la seule. J’ai perdu ma créativité. Je discutais avec une amie l’autre jour et puis elle a quitté mon regard, a regardé son téléphone, a appuyé sur Messenger et a lu le texto qui attirait son attention. Au restaurant, les gens ne se parlent plus, ils sont sur leur téléphone. Nous apportons des tablettes pour animer nos petits mousses partout où nous allons afin qu’ils aient un divertissement à porté de main.

C’est en étant forcé de se tenir à l’écart qu’on se rend compte à quel point c’est important de se sentir entouré. 


Je crois que cette quarantaine nous place face à nous même.  On a la chance dans cette adversité de se questionner à savoir ce que sera la suite de notre vie. Comment la mener, quoi en attendre, comment y participer. C’est un chemin de transformation qui se dessine et nos défis sont de grandes opportunités si on sait comment les surmonter.


 xx Julie    

Vous avez aimé l’article de notre collaborateur/collaboratrice? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *