Enseignement positif,  Espaceprof

Les enseignants fictifs qui nous inspirent


Alexandra Coutlée

Fondatrice d’Espaceprof, Enseignante au secondaire


Il y a de ces films qui nous inspirent et qui nous donnent envie d’être enseignant. Le premier film qui me vient en tête est un film que j’avais écouté lorsque j’étais au secondaire. Il s’agissait d’un film avec Michelle Pfeiffer où elle débarque dans une école d’un quartier difficile et défavorisé. Elle doit confronter de jeunes étudiants qui ont plus l’air de sortir d’un gang de rue que d’une salle de classe et bien sûr, comme dans tout bon film cliché d’enseignant, elle arrive, à la fin du film, à les inspirer. Bien que tous ces types de films soient souvent peu réalistes, il est clair qu’une idée générale revient. Ces enseignants fictifs se rendent tous compte que la matière est secondaire et que la relation avec les élèves est primordiale. 

Ce film, c’est Esprits rebelles (Dangerous Minds, en anglais). Ce que j’avais apprécié à l’époque, c’est que cette enseignante avait su voir au-delà de l’attitude de ses élèves. Elle avait vu leurs capacités intellectuelles, mais surtout elle avait vu leur humanité, et c’est ainsi qu’elle avait transformé sa classe.  Encore aujourd’hui, lorsque j’entends la chanson Gangsta’s Paradise tirée du film, ça me donne le goût d’aller affronter un groupe difficile… bon peut-être pas tant que ça… Mais ça me fait sentir forte et courageuse en me disant que si je peux tisser des liens avec les élèves, j’y arriverai.

C’est d’ailleurs à ce film que j’ai pensé lorsque j’ai obtenu mon premier contrat en enseignement. À la suite de l’obtention de mon baccalauréat, j’ai reçu un appel de la commission scolaire m’offrant un poste de remplacement d’avril à juin. Quelle ne fut pas ma surprise de me faire offrir un poste en établissement carcéral. Étant au début de ma vingtaine, pleine d’imagination et de créativité, je m’imaginais telle que Michelle Pfeiffer entrant dans une salle de classe avec des élèves difficile d’approche et transformant ma classe en une classe passionnée et motivante… bon soyons honnête, la quinzaine d’élèves auxquels j’enseignais travaillaient de façon individuelle, par module, et étaient multiniveaux… et je n’étais là que quelques mois. J’ai tout de même apprécié mon expérience et celle-ci m’a, du moins, donné du courage. J’ai appris à me faire respecter et surtout à respecter mes élèves sans me fier uniquement à leur attitude ou à leur histoire passée.

Les films ne sont pas toujours réalistes. Les téléséries non plus.  Je me souviens, lorsque j’ai débuté en enseignement, d’avoir réagi lorsque j’écoutais la télésérie Virginie. Des classes de 8 élèves (assez rare, merci), ou encore des élèves qui lisent attentivement un manuel scolaire sans broncher… c’était loin de ma réalité. De plus, Virginie se faisait régulièrement interrompre par des collègues qui venaient lui “jaser” de problèmes personnels dans le cadre de porte et elle n’avait qu’à dire aux élèves “continuez de lire le chapitre 3, s’il vous plaît” pour que les élèves obtempèrent et lisent en silence. Il faut être enseignant pour savoir que cette situation n’existe tout simplement pas! Par contre, le thème de la relation élève-enseignant était très présent dans cette télésérie également. 

Lorsque je pense à des enseignants fictifs inspirants, je pense aussi au personnage interprété par Robin Williams dans la Société des poètes disparus (Dead Poet Society, en anglais). Un enseignant inspirant qui a réussi à faire aimer la poésie à ses élèves, encore une fois en misant sur la relation élève-enseignant, mais aussi sur l’humour, sur la passion et sur l’énergie débordante. Quel enseignant n’a pas rêvé de grimper sur son bureau et de faire réciter ses élèves de la même façon à la suite de ce film? Je vous invite à bien connaître vos élèves et votre groupe avant de l’essayer!

Je pense aussi au personnage joué par Hilary Swank dans Écrire pour exister (Freedom Writers, en anglais). Encore une fois, on nous présente une jeune enseignante qui arrive dans un groupe difficile avec son petit collier de perles et ses bonnes intentions et qui tente de faire aimer sa matière et la littérature à ses élèves. Elle y parvient non pas en trouvant la leçon parfaite, mais en développant des liens avec ses élèves. C’est en apprenant à connaître la situation familiale et sociale de ses élèves, en les reconnaissant en tant qu’êtres humains et non en tant que simples élèves qu’elle arrive à tisser des liens et par la suite à faire passer sa matière. Et, en tant qu’enseignant, on se reconnaît, bien sûr, en la voyant dépenser ses propres sous pour ses élèves! 

Si certains faits dans les téléséries et les films montrent notre métier d’une façon qui n’est pas tout à fait exacte au grand public, elle montre par contre, la majorité du temps, une chose que les enseignants ont beaucoup: du coeur! Elle montre que les enseignants ont à cœur la réussite de leurs élèves et qu’ils font beaucoup plus qu’enseigner une matière. 

Et vous, quel film ou télésérie d’enseignant vous a marqué, vous a inspiré ou vous a même donné le goût de devenir enseignant?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *