Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Nouveaux enseignants

Les premières années en enseignement (6)


Alexandra Coutlée

Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


Malheureusement, plusieurs d’entre eux quittent dans les cinq premières années de carrière. Selon une étude du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, c’est 25% des nouveaux enseignants qui quittent le métier,  une perte considérable de potentiel de relève.

Plusieurs raisons expliquent leur départ: tâche lourde ou partielle, instabilité d’emploi ou désillusion quant au métier qui est plus difficile qu’imaginé. Plusieurs vivent une ou des premières années loin de ce qu’ils avaient imaginé. Pourtant, il ne faut pas oublier les 75% qui restent et qui ont trouvé comment mieux vivre les débuts dans ce métier. Je vous présente donc cinq jeunes enseignants qui ont gracieusement accepté de me partager leurs bons coups et leurs conseils aux nouveaux enseignants!

Enseignant 6: Christopher

Christopher voulait devenir enseignant dès la moitié de son secondaire. “C’est un métier qui me passionne et qui me permet de me dépasser jour après jour”. Il admet que les conditions ne sont pas toujours faciles, mais il croit que son désir de vouloir transmettre la passion de l’anglais à ses élèves est plus fort que tout. 

L’an dernier, Christopher enseignait à 48,78%, ce qui voulait dire trois groupes au total, sa tâche comprenant un groupe de cheminement continu (adaptation scolaire), un groupe de 1re secondaire et un groupe de 4e secondaire. Il nous confie que son année scolaire s’est bien passée en général. Il a connu quelques périodes plus difficiles, mais tout est rapidement rentré dans l’ordre. “Un de mes gros coups de coeur fut le fait d’être épaulé par mon enseignante-associée de stage final. Pas plus tard que l’hiver dernier, elle me guidait dans le cadre de cette étape importante de fin d’études et cette année, nous sommes devenus collègues », nous confie Christopher. Cette enseignante-associée est devenue mentor, collègue, mais aussi amie. Il s’est développé entre eux une relation de confiance. “Elle a été très ouverte, m’a partagé beaucoup de matériel et est toujours disponible pour les multiples questionnements que je peux avoir.”

Le plus gros défi pour cette année scolaire de début de carrière fut la gestion de classe et le lien à tisser avec les élèves du groupe d’adaptation scolaire. Le groupe de 1re secondaire fut également un défi alors que celui de 4e secondaire a été un peu plus facile puisque les élèves connaissaient déjà Christopher qui avait été leur enseignant-stagiaire l’année précédente. Christopher a travaillé sa gestion de classe et créé des liens avec ses élèves toute l’année.

Christopher a pris la décision de “signer une tâche” à moins de 50% et ne regrette pas ce choix. Il a pu prendre le temps qu’il avait pour planifier, créer du matériel et bien gérer son temps sur le plan de la correction. Si c’était à refaire, Christopher conserverait également la même philosophie qu’il a maintenant dans sa pédagogie. Étant enseignant d’anglais langue seconde, il croit qu’il est primordial d’utiliser seulement la langue seconde dans le cours d’anglais, sauf pour de rares cas où la gestion de comportement ou le côté humain doit prôner. Par contre, si c’était à refaire, il tenterait de créer des liens avec les élèves le plus rapidement possible. Il connaît aussi l’importance d’être le plus cohérent possible, en parole et en geste, et met cette aspect dans la liste des choses qu’il désire continuer de développer. 

Son conseil pour les enseignants qui débutent leur première année? S’écouter! “C’est important de ne pas céder à la pression. Si tu ne te sens pas prêt à assumer la prise en charge de 6 groupes (au secondaire) et donc d’avoir une tâche à 100%, vas-y selon tes capacités. Je crois que de signer une tâche à 50% pour ta première année peut te permettre d’avoir plusieurs niveaux, d’avoir le temps pour créer du matériel, planifier, corriger, etc. Et également à toucher à d’autres choses dans ton milieu de travail et non seulement ta propre matière.”

Merci à Christopher de son partage 😉

Vous débutez votre première année? Nous aimerions vous entendre! N’hésitez pas à communiquer avec nous afin de nous partager votre expérience!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *