Enseignant en vacances,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Lysiane Dallaire,  Santé mentale,  Santé Physique

Les vacances des fêtes

Image par tookapic de Pixabay

Lysiane Dallaire Espaceprof

Lysiane Dallaire

Enseignante au primaire


Chaque année, je me dis que je vais profiter de cette pause dans l’horaire pour respirer, pour prendre du temps pour moi. Finalement, je me retrouve à rencontrer la famille, les amis pour un souper, un brunch, etc. 

Noël arrive après 80 jours de travail. Ce n’est pas encore la moitié, mais pourtant des enseignants d’expérience m’ont dit en début de carrière : “Rends-toi jusqu’à Noël, tu vas voir. Après, ça déboule.” À toi le jeune enseignant qui me lit, je dis: c’est vrai! Après Noël, la routine s’est installée, les élèves sont plus calmes. On dirait que les projets s’enchaînent, les pauses sont plus fréquentes aussi. La relâche arrive assez rapidement, le congé de Pâques, les activités de fin d’année, les sorties, etc. À toi l’enseignant d’expérience, rappelle-toi, tu le sais… le plus dur c’est le début, ensuite la vitesse de croisière s’installe. 

On quitte pour les vacances des fêtes en espérant avoir établi le lien avec nos élèves. On sème des graines de motivation, d’organisation, d’encadrement qui prendront le temps de germer pendant les deux semaines de Noël. Nous, on en profitera pour recharger nos batteries, se changer les idées. Pour certains, ce sera aussi le moment de prendre une ou deux journées pour organiser les mois à venir. 

Pour ceux d’entre vous qui sortent de l’université, il est important de vous donner la tape dans le dos. On n’a plus d’enseignant associé pour nous diriger, nous dire qu’on fait du bon travail, mais il faut être capable de voir les petites victoires. Elles ne sont pas toujours là où on les voudrait. Il est possible que les élèves aient appris davantage dans les processus, les habiletés sociales, les attitudes face au travail qu’en mathématiques et en français. Il faut être capable de voir ces réussites aussi. 
Je suis restée en enseignement pour des cinq minutes qui vont bien. À l’intérieur d’un cours, il y a parfois ces cinq minutes qui vont bien, où les élèves écoutent et ont du plaisir, où l’enseignant a du plaisir à enseigner. Ces petits moments de cinq minutes deviennent des périodes entières où la chimie prend dans la classe. C’est l’expérience qui nous permet d’y arriver. Il faut savoir souligner ces moments pour se les rappeler dans les semaines les plus difficiles (comme la semaine avant Noël…)

Finalement, il faut savoir faire une pause. Lire un roman devant le feu avec une énorme tasse de thé. Rire avec des amis autour d’un jeu de société est aussi un de mes moyens favoris. Amusez-vous, profitez de vos vacances. Le plus dur est fait. Je vous le dis!

Vous avez aimé l’article de Lysiane Dallaire? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *