Covid-19 2020,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Jade Boudreau,  Motivation,  Nouveaux enseignants,  Passion

Madame Jade et ses élèves


Jade Boudreau Espaceprof

Jade Boudreau

Étudiante en enseignement, enseignante au primaire


Je suis nouvellement titulaire d’une classe de 5e année. Mes élèves. Je les aime d’un amour que je ne pensais pas ressentir pour 23 enfants qui me donnent des cheveux blancs à 26 ans. Parfois, c’est difficile. Je dis parfois, mais c’est souvent. Il n’est pas rare de me voir attablée dans ma salle à manger sous une pile de correction, découragée, avec mon verre de vin rouge à me dire que je ne vais pas y arriver et que je suis une prof de bouette.

Mais, ces enfants-là, je les aime comme si c’était les miens. Je les retrouve le lundi matin, avec de gros sourires et des « Bonjour, madame Jade ! » ou encore des « Madame Jade, j’ai plein de choses à vous raconter ». C’est magique comme feeling. De savoir que des enfants ont envie et sont excités à l’idée de ME raconter leur fin de semaine à MOI là, pas à leurs amis, à MOI.

Le lundi matin, c’est sacré. Pressé, pas pressé, on se raconte notre fin de semaine. C’est essentiel. Surtout cette année. Les élèves trouvent ça difficile, mais les enseignants, on en arrache aussi. On ne se le cachera pas que c’est de la gestion.

Dans mon école, j’ai une chance inouïe. Je suis bien entourée. J’ai une mentore qui me suis dans tout ce que je fais, elle m’écoute quand j’ai envie de chialer, elle me pose toujours les bonnes questions, mais surtout, elle prend soin de moi inconditionnellement. C’est pas mêlant, j’arrête pas de dire à tout le monde que cette femme est une sainte. Entre ses triplés à élever et sa classe difficile, j’aurais envie de lui licher les pieds tellement je la vénère. J’ai, aussi, des amies/collègues formidables, une orthopédagogue qui m’épaule à coups de jeux de mots douteux et de tartare pour emporter.

Pour être bien honnête, je ne savais pas que j’aurais autant de job. Autant de petits détails à penser, mais je ne savais pas non plus à quel point ce serait gratifiant. Redbull donne des ailes, mais les enfants te font littéralement voler.

J’ai décidé de me prendre un contrat parce que j’avais besoin de reprendre goût à l’enseignement. J’avais un grand besoin d’énergie humaine, de me ressourcer à la base. Me souvenir pourquoi j’étais tellement excitée d’être devant des petits humains. Cette joie de vivre que je ressens en leur parlant d’adverbes et de fractions.

Les profs sont un pilier pour les enfants. La société ne valorise pas assez ses enseignants et c’est bien dommage. La reconnaissance est quelque chose de si simple à accorder et qui apporte tellement. Lors de notre journée pédagogique, les parents ont décidé de venir nous rendre hommage en voiture avec l’aide des enfants. Les profs étaient émus. Les profs, on s’est sentis écoutés, aimés, mais surtout, remerciés. Ç’a été un événement qui nous a donné, à tous, le goût de continuer et de ne pas lâcher nos efforts.

Je passe ma première année d’enseignement en temps de pandémie. C’est difficile. Mais j’en retiens du beau. J’en retiens du positif, dans toute l’entraide dont j’ai été témoin. Mes élèves me donnent la force de continuer. Mes élèves me font aimer mon futur métier.

Merci, mes élèves, mes amours. Merci d’exister.

2 Comments

  • Stéphanie Mongeau

    Wow…quelle fierté d’être ta mentor ma belle Jade. De te voir t’épanouir, de traverser des journées loin d’être faciles tu apprends à la vitesse grand V ma belle. Tu fais des pas de géant et je suis très fière de toi. Tu pourras toujours compter sur moi xxx

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *