Carolane Groleau,  Communication avec les parents,  Covid-19 2020,  Espaceprof,  relation d'aide

Opération prise de contact : une réussite!

Image par Karolina Grabowska de Pixabay

Carolane Groleau Espaceprof

Carolane Groleau

Enseignante au secondaire


En raison de la situation actuelle, il nous a été demandé à nous, les enseignants ainsi que plusieurs intervenants (TES, psychologues, psychoéducateurs), de faire une première prise de contact avec nos élèves afin d’assurer le suivi. Si, au départ, je n’étais pas certaine de la forme que prendrait ce premier contact avec mon groupe tuteur (Est-ce que je devrais essayer de les contacter par courriel ou de me créer une page enseignante ou un clavardage de groupe?) et que je n’étais pas très chaude à l’idée de téléphoner chez les gens parce que cela me rendait nerveuse (Vais-je les déranger? Trouveront-ils cela pertinent?), je me suis ravisée et j’y suis allée de cette méthode.

La procédure

Travaillant pour la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries en Montérégie, j’ai reçu un référentiel pour effectuer la prise de contact par téléphone qui a été envoyé aux membres du personnel dans le but de nous soutenir à travers cette démarche. Le référentiel comprend les différentes étapes à suivre lors de notre communication téléphonique. Pour moi qui étais nerveuse de faire mes appels, ce document a représenté une certaine sécurité, malgré le fait que les étapes qu’il contient soient très instinctives et logiques.

Ce référentiel propose, dans un premier temps, après une salutation et une identification claire, de commencer l’appel en s’entretenant avec le parent ou l’adulte responsable de l’élève concerné. Il faut alors lui indiquer la raison de notre appel qui est de prendre des nouvelles et faire le suivi. Ensuite, plusieurs pistes de questions sont suggérées en ce qui concerne l’état général, la routine de l’enfant et ses passe-temps depuis le début du confinement. Vient ensuite le temps de parler à notre élève où les questions à poser sont sensiblement les mêmes. Enfin, il nous est suggéré de reparler avec le parent ou l’adulte responsable et de l’inviter à consulter les différentes ressources pédagogiques disponibles ou encore certains services comme la ligne 211 qui concerne les ressources alimentaires et le soutien social.

Évidemment, la procédure privilégie une approche rassurante et sécurisante et l’utilisation de questions ouvertes pour favoriser la discussion.

Note : Pour chaque élève, j’ai pris des notes et j’ai fait un résumé de l’appel dans un document aussitôt l’appel terminé pour ne pas confondre les 25 témoignages de confinement reçus. Cela m’a facilité la tâche pour me préparer à la rencontre concernant le suivi psychosocial que nous avons eue par la suite.

Compte-rendu de mon expérience

Si, résumée ainsi, cette façon de faire semble un peu robotique et dénuée d’émotion, je vous rassure en vous disant que dans son application, on ajoute beaucoup de notre personnalité à cet appel et tout se passe à merveille. Il est facilement possible d’ajuster la conversation au gré des réponses reçues des parents et des élèves. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de reparler de moments vécus en classe ou encore de sortir des insides avec certains élèves que seuls eux peuvent comprendre (par exemple, une élève m’a parlé du livre sur les secrets de tournage de Stranger Things qu’elle lit présentement, sachant que c’est une série que j’ai bien aimée aussi).

* * *

Premier appel : Dès les premières minutes de l’appel, je sens que ce geste est apprécié par le parent. Je parle à mon élève et elle aussi semble très contente de me parler.

Puis, je défile la liste d’élèves et le constat reste le même : les parents de mon groupe ET les élèves semblent heureux de mon appel.

Beaucoup de parents ont instauré une routine et m’en font part, les élèves sont actifs, font du sport et toutes sortes d’activités variées (activités pédagogiques, cuisine, danse, course/jogging/marche dehors, trampoline, lecture, jeux vidéo et le très populaire Tik Tok), mais malgré tout, ils s’ennuient de l’école et de leurs amis.

Toutefois, cette opération prise de contact n’a pas eu seulement du positif chez les élèves et leurs parents, mais aussi chez moi. Pour ma part, je savais que je m’ennuyais de mon travail et de ma routine, ce que je vous disais dans mon dernier billet, mais réentendre la voix de ces ados que je côtoyais tous les jours m’a réellement fait du bien. On m’a souvent dit qu’il ne faut pas trop s’attacher, qu’on ne fait pas ce métier pour se faire aimer, que ces élèves ne sont que de passage, mais je suis d’avis que le passage de ce groupe était un peu trop court à mon goût et que de leur parler a été une belle expérience.

Opération prise de contact : une réussite!

Vous avez aimé l’article de notre collaborateur/collaboratrice? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *