• Espaceprof,  Gestion du temps,  Motivation

    Les comités


    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au secondaire et au primaire, fondatrice d’Espaceprof


    Un enseignant fait bien plus qu’enseigner. Tout le monde sait qu’un enseignant est aussi parfois psychologue, infirmier, conseiller d’orientation et bien plus encore… Toutes autres tâches connexes! Une de ces tâches, qui passe bien inaperçue, est la participation à divers comités. Une école, pour qu’elle soit pleine de vie, a besoin d’activités, de dialogues, d’innovation, d’organisation et de créativité. Il n’est donc pas rare de voir les enseignants s’impliquer dans diverses tâches telles que organiser le bal de finissants, participer à un comité qui planche sur des solutions pour les élèves en difficulté d’apprentissage ou encore siéger sur le conseil d’établissement de l’école et veiller à son bon fonctionnement.

    En début d’année scolaire, les enseignants choisissent les comités auxquels ils vont se rattacher. Certaines écoles imposent la participation à au moins un comité, d’autres demandent la participation de volontaires. La liste des comités possibles est aussi longue et aussi diversifiée que le sont les milieux scolaires. Espaceprof vous fournit ici une liste recueillie grâce aux partages de nombreux enseignants des comités présents dans les écoles. Cette liste n’est pas complète, bien sûr, puisque chaque école et chaque milieu n’a pas pu être rejoint. Par contre, elle vous donne une idée des nombreuses façons dont les enseignants s’impliquent, en plus de leurs tâches pédagogiques. Cette liste peut aussi vous aider à créer, dans vos milieux respectifs, des comités qui vous rejoignent et rejoignent vos champs d’intérêt, vos valeurs et vos convictions. Vous pouvez également nous soumettre, à même le document, les comités manquants de notre liste. Nous ajusterons le document selon vos partages.

    Pourquoi s’impliquer?

    Alors que la tâche d’enseignement est déjà bien remplie, pourquoi un enseignant choisirait-il de faire partie de ces comités? Nous avons sondé les enseignants d’Espaceprof et plusieurs nous ont donné différentes raisons. Premièrement, plusieurs comités s’ajoutent à la tâche d’enseignement et ajoutent des minutes de temps dans l’horaire (ce qui parfois évite d’autres tâches un peu moins motivantes comme la surveillance de corridor). Plusieurs enseignants mentionnent vouloir faire une différence dans leurs milieux, vouloir partager leurs idées et travailler en collaboration. Certains comités donnent le sentiment de faire avancer une cause, comme dans le cas d’un comité sur les difficultés d’apprentissage ou un comité sur l’environnement. Il est possible de participer à l’élaboration de projets concrets qui amènent des changements dans notre milieu. Plusieurs mentionnent le plaisir comme motivation, par exemple, lorsqu’on s’implique dans le comité social afin de faire régner une bonne atmosphère au travail. Certains s’impliquent, car ils trouvent important de prendre part aux décisions budgétaires et organisationnelles. Ils s’impliquent et participent donc à la démocratie scolaire, représentent d’autres enseignants et sont au courant de ce qui se passe dans l’école. Ils peuvent même, parfois, influencer certaines décisions des gestionnaires! Certains comités sont stimulants et créatifs, comme par exemple le comité de l’album des finissants ou un comité décoration. Ceux-ci permettent aussi de laisser sa trace auprès des élèves de l’école, d’être en charge des traces que les élèves ont laissé à l’école également. 

    S’impliquer alors que la tâche est déjà bien remplie peut aussi représenter certains inconvénients. Plusieurs comités ne sont pas reconnus à leur juste valeur pour le temps qu’ils demandent. Certains ne sont pas reconnus du tout dans la tâche aussi. Les comités prennent parfois beaucoup de temps dans l’année et permettent donc moins de temps pour la préparation, la correction et même du temps personnel! Il est donc important de se respecter dans les choix de comité. Par exemple, si on débute en enseignement, il n’est peut-être pas très judicieux de donner son nom pour deux, trois voire quatre comités. On peut peut-être en choisir un seul pour la première année et s’impliquer différemment. Peut-être qu’il faut choisir de ne pas s’impliquer du tout dans un comité lors de cette année si on sait que la situation à la maison sera plus exigeante ou, par exemple, si on a un nouveau niveau et qu’on vit un peu d’anxiété à ce sujet. Il faut savoir s’écouter, bien choisir son implication et savoir reconnaître ce qui sera trop pour nous. Il y aura bien suffisamment de façons de s’impliquer pendant l’année scolaire! On pourra y aller de façon plus ponctuelle, comme  en offrant à son collègue en musique de vendre les billets à la porte une soirée dans l’année ou en participant ponctuellement aux discussions d’un comité et y apporter notre avis.

    Quand c’est possible, et que ça entre dans notre tâche (et que et que ça respecte notre équilibre de vie), faire partie d’un comité peut être très valorisant. Ça permet de se tenir informé et de sentir qu’on apporte quelque chose dans un dossier qui nous tient à cœur et qui répond à nos valeurs. C’est aussi de belles occasions de collaboration entre enseignants, mais aussi avec les élèves, les parents, et même la direction d’école. Ça peut être énergisant et motivant. Il faut simplement savoir s’écouter, se respecter, bien choisir son implication et ne pas en prendre trop pour que ça devienne un ajout à la tâche!

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Passion

    Semeur


    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle

    https://leblogueduprof.com


    J’ai toujours été un homme qui trouvait son port d’attache beaucoup plus dans la campagne que dans la ville. C’est comme si ces vallées verdoyantes et ces plaines luminescentes me rappelaient d’où je viens et d’où nous venons tous. Nous avons souvent tendance, à travers nos mille et une responsabilités, à oublier nos racines dans ce qui n’est pas réellement; l’argent, le besoin de nourrir son propre égo à travers le prestige et la reconnaissance…

    Vous êtes-vous déjà arrêtés pour observer les gens qui travaillent dans un champ? Ou n’avez-vous simplement jamais tourné la tête en voiture pour observer les gens qui y travaillent à toute heure du jour ou de la nuit? C’est impressionnant de voir à quel point ces travailleurs ont du cœur au ventre. L’autre jour, alors que j’observais quelques-uns de ces vaillants travailleurs depuis ma voiture arrêtée dans le trafic, je me mis à rêvasser réveillé.

  • Enseignement positif,  Entraide,  Espaceprof,  Nouveaux enseignants

    Lettre à ces enseignant.e.s qui aident les nouveaux


    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire

    https://labibliomaniaque.worpress.com


    Cher.ère enseignant.e expérimenté.e, 

    Je tiens à te remercier du plus profond de mon cœur. En tant que nouvelle enseignante, sache que tous tes petits gestes comptent. 

    Te souviens-tu du moment où tu m’as saluée au déjeuner de la rentrée? En m’appelant par mon prénom? Alors que je ne savais même pas encore quel était le tien? Cela m’a fait sentir la bienvenue dans l’équipe. 

    Te souviens-tu, lors de la rentrée des élèves, de m’avoir demandé si j’étais angoissée? Et lors de la première rencontre de parents? Ça m’a rassurée lorsque tu m’as avoué que toi aussi, après autant d’années, tu ressentais ces petits papillons dans ton estomac. 

    Te souviens-tu de m’avoir présenté les romans qu’il était possible de faire lire à nos élèves en partageant avec moi tes coups de cœur et les possibilités d’utilisation? Cela m’a guidée dans mes choix et m’a enlevé un énorme poids sur les épaules. 

    Te souviens-tu de m’avoir demandé mon avis sur les évaluations à venir? Sur une participation possible à la création d’un examen commun? Cela m’a permis de comprendre que je faisais partie de l’équipe, moi aussi. 

    Te souviens-tu de m’avoir proposé de venir assister à un de mes cours pour me donner des conseils sur ma gestion de classe? Cela m’a permis de m’améliorer et d’avoir un autre regard. 

    Te souviens-tu lors des diners de département lorsque vous m’invitiez à me joindre à vous? Cela m’a fait, encore une fois, réaliser que j’étais la bienvenue. 

    Te souviens-tu d’avoir sollicité mon opinion lors de débats houleux? Cela m’a montré que même si j’étais fraichement sortie de l’université, mon avis comptait aussi. 

    Te souviens-tu de m’avoir supportée lorsqu’un appel de parents m’avait gardée au téléphone et m’avait fait pleurer? Cela m’a fait comprendre que j’étais épaulée. 

    Te souviens-tu de m’avoir félicitée pour un projet qui t’avait inspiré? Cela m’a redonné confiance lors des journées où d’autres projets fonctionnaient moins bien. 

    Ce n’est parfois qu’un sourire, un salut dans le corridor, une porte tenue à l’entrée, un « bonne fin de semaine » lancé dans le coin d’une porte, un « ça va? » lors d’une journée difficile qui peuvent faire toute la différence auprès d’un.e jeune enseignant.e qui ne sait pas trop où mettre les pieds. Ce qui fait le plus du bien, c’est de se sentir accueilli.e. De savoir qu’on nous prend en compte, qu’on existe, qu’on a des forces qu’il est possible de partager. Merci de nous permettre de ressentir cet accueil, de laisser tomber la pression d’être nouveau. Vous faites une énorme différence dans notre parcours. 

    De la part d’une enseignante encore un peu nouvelle qui a bien hâte d’aider les prochains

  • Espaceprof,  Gestion du temps,  Nouveaux enseignants

    Première rentrée scolaire comme prof au secondaire; comment s’organiser?


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Félicitations! Vous avez reçu votre horaire, et c’est votre nom qui apparaît dessus. Votre première tâche d’enseignement, à vous, pour vrai! Et maintenant, le vrai travail commence. Je vous suggère donc quelques trucs pour bien vous organiser et faciliter votre gestion du travail pendant toute l’année. 

    La salle des enseignants : Si c’est votre première année dans cette nouvelle école, il vous faudra un bureau dans une salle d’enseignants. C’est la première chose à faire afin de pouvoir déposer vos effets personnels. Certaines écoles ont une organisation définie où les enseignants sont regroupés par matière, cycle ou programme particulier. D’autres écoles ont une organisation plus informelle. Demandez à vos collègues qu’ils vous renseignent à ce sujet. Une fois la salle d’enseignants choisie, installez-vous à un bureau libre et laissez-y des effets personnels afin d’identifier votre bureau. Vous n’êtes pas le seul nouvel enseignant à la recherche d’un bureau.

  • Climat de classe,  Espaceprof,  Gestion de classe

    Activités brise-glace


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire et formatrice pour Espaceprof


    Activités brise-glace

    À quelques jours de la rentrée, plusieurs d’entre nous sont à planifier le début d’année. Un incontournable est évidemment l’activité brise-glace. Les bienfaits de ces activités sont connus et reconnus puisqu’ils aident à détendre l’atmosphère, à faire la transition entre les vacances et le retour à l’école, à apprendre à connaître les élèves (autant dans leurs réponses que dans leurs exécutions), en plus de donner le ton pour le reste de l’année et de permettre aux élèves de se connaître entre eux. Aussi, ces activités permettent de débuter l’année avec une activité qui ne requiert que très peu de matériel étant donné la congestion au photocopieur et les achats d’effets scolaires pas toujours terminés par les parents. 

    J’ai donc fouillé les différentes pages Web, ma mémoire et ma créativité afin de vous présenter des activités différenciées en styles, niveaux et gestion. N’hésitez pas à en combiner quelques-unes.

  • Climat de classe,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Gestion de classe

    Comment préparer les premiers jours d’école?


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    En ce début d’année, avec tous les projets, concepts et idées que vous avez en tête, il peut être difficile de décider par où commencer. Voici donc quelques idées pour vous aider à commencer l’année en beauté. Comme vous n’aurez pas de deuxième chance de faire une bonne première impression (cliché, je sais), vaut mieux s’y préparer.

    Je vous suggère quelques incontournables pour le premier cours avec vos groupes et comment vous y préparer.

    À propos de vous

    Présentez-vous aux élèves. Montrez-leur votre dimension humaine en parlant de vos expériences (passions, emplois, voyages, famille…) sans aller trop en détail. Il n’est pas nécessaire qu’ils connaissent le nom du chien de votre nièce. Cependant, le fait que vous adorez tout ce qui concerne les grenouilles peut être un fait intéressant à partager. Visez environ 15 minutes pour cet aspect.

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Santé mentale

    Le stress de la rentrée chez les enseignants


    Alexandra Coutlée

    Enseignante au secondaire et fondatrice d’Espaceprof


    La semaine dernière, alors que j’admirais les paysages magiques de l’Irlande, mon chum m’a lancé un : “Tu es stressé de ta rentrée, hein?” Quoi? Mais non! J’étais tout à fait zen à essayer de vivre le moment présent, à me remplir de toute cette beauté pour pouvoir m’y référer lorsque les semaines seront plus difficiles ou plus chargées. Alors pourquoi avait-t il l’impression que j’étais stressée? Parce que je passais mon temps à parler du travail. Malgré mes efforts pour décrocher, le spectre de la rentrée était bien présent, et mon cerveau, déjà en mode “début d’année”.

    Notre cerveau d’enseignant est souvent en mode prof. On arrive, pour plusieurs, à décrocher après quelque temps, mais ça revient vite au galop. Mais le mot stress m’a heurtée. Moi qui fais tant d’efforts pour être zen, prendre soin de moi, apprendre à décrocher… est-ce que de parler et de penser au travail à quelques semaines du retour fait de moi quelqu’un de stressée? Et qu’est-ce qui me stresse exactement?

  • Décrocher,  Motivation,  Passion,  Santé mentale

    Être passionnée par les livres : un atout pour ma profession


    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire

    https://labibliomaniaque.worpress.com


    Même si je prends déjà le temps de lire le plus possible pendant l’année scolaire, depuis le début des vacances, je me suis surpassée en termes de livres lus. Ma plus grande fierté? La variété! Chaque fois que je plaçais ma pile à lire (communément appelée PàL dans la blogosphère), je prenais soin d’y aller avec au moins un roman adulte, un roman jeunesse et un livre illustré (album pour enfants, bande dessinée pour adultes, roman graphique…). Il n’était pas question que je me tanne d’un type de livres en particulier ou que je fasse une écœurantite aigüe de littérature jeunesse (quoique ça m’étonnerait). 

    Je ne me souviens pas d’un moment précis dans ma vie où ma passion s’est réellement déclenchée, mais je sais que depuis que j’ai lancé La Bibliomaniaque, elle n’a pas dérougi. Je crois que le fait de partager mes lectures et mes avis avec d’autres passionné.e.s contribue pour beaucoup dans l’alimentation de cette passion plus que nourrissante. 

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation

    Mes élèves restent toujours mes élèves


    Alexandra Coutlée

    Enseignante au secondaire et fondatrice d’Espaceprof


    Les enseignants voient défiler devant eux, chaque année, des dizaines, voire des centaines d’élèves. À chaque année, je tisse des liens avec environ 150 à 180 élèves puisque j’enseigne habituellement à 6 groupes en anglais au secondaire. Je vois ces élèves deux à trois fois par semaine. Je les vois aussi lors de leurs spectacles, des activités du midi, des sorties…et à la fin de l’année, ils me quittent pour rejoindre un autre enseignant d’anglais l’année suivante. Lorsqu’ils ne sont plus mes élèves, je les croise dans les corridors, ils me saluent et parfois me rendent visite en classe. Voir un grand de 5e secondaire venir me saluer alors que je suis avec des 1re secondaire est toujours un beau moment pour moi. Je suis contente de revoir mon élève et amusée de voir le visage impressionnée de mes petits de secondaire 1 (oups, non, mes grands… ils ne seraient pas contents de se faire traiter de petits…mes grands de première secondaire).

    Et puis ces grands de secondaire 5 quittent l’école. Je peux les saluer au bal des finissants et à la collation des grades… et je les perds de vue. Parfois, par contre, j’ai la chance de les recroiser, d’entendre parler d’eux. Je dis alors avec fierté: c’est MON élève. Eh oui, même si un jeune quitte ma classe, il reste à jamais: MON élève. Ce lien ne s’efface pas. J’ai la chance d’avoir pu avoir des nouvelles de plusieurs de mes élèves à travers les années. Il y a quelques années, j’ai assisté aux retrouvailles, 10 ans suivant la graduation, d’élèves à qui j’avais enseigné. Quel beau moment que de voir ces jeunes adultes et de voir ce qu’ils avaient fait de leur vie. Entendre parler de leur carrière qui débute, de l’achat de leur première maison… Chaque fois que je croise un ancien élève, j’ai un petit pincement de fierté… après tout, ce sont MES élèves. Et oui, il arrive d’avoir eu plus de difficulté avec un élève… ça ne change rien au sentiment quand on les recroise! J’ai bien ri avec Nicolas à qui j’avais enseigné en 3e secondaire lorsque nous nous sommes remémoré une présentation orale plutôt clownesque qu’il avait faite… Avec du recul, c’était bien drôle, un peu moins au moment où il l’avait faite, par contre…mais plusieurs années plus tard, il vaut mieux en rire!

  • Décrocher,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise

    Le spectre de la rentrée scolaire


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Août, la deuxième partie des vacances. La partie où je suis habituellement assez reposée pour en profiter. Les trois vraies semaines de vacances d’un prof. Mais tout comme les vêtements d’hiver chez certains magasins grande surface, les publicités de retour à l’école font que c’est impossible de décrocher. Moi qui essaie d’ignorer ce gros éléphant blanc (ou rose si vous avez un penchant plus anglo, c’est selon), je devrais ignorer activement ces messages plus ou moins subtiles m’indiquant que mes vacances se terminent dans moins de 20 jours et que je devrais me préparer à mon retour au travail.

    Cette année, c’est une pharmacie qui a été la première à m’envoyer, dans une circulaire livrée directement dans ma boîte aux lettres de prof en vacances, une promotion pour la rentrée scolaire. En ouvrant les circulaires, je prends la première et vois le grand titre qui annonce en grosses lettres une promotion pour la rentrée. Première réaction? Le choc et le déni. Je remets la circulaire d’où elle vient et essaie de me réconforter en me disant que ce moment-là n’est pas déjà arrivé. Je me lave les mains, au cas où il en resterait encore un peu sur mes doigts. Je me dis que c’est simplement que cette entreprise a pris de l’avance. Mais je frotte fort avec beaucoup de savon au cas où.