• Carolane Groleau,  Enseignement positif,  Motivation,  Nouveaux enseignants,  Santé mentale

    Merci à mes élèves!

    Image par Karolina Grabowska de Pixabay

    Carolane Groleau

    Enseignante au secondaire


    Lorsque nous sommes élèves, on dirait qu’il nous est difficile de nous imaginer la vie de nos enseignants à l’extérieur de leur local de classe. Lorsque j’étais au secondaire, je ne réfléchissais pas à cela. Pour moi, un enseignant était passionné de sa matière, avait tous ses trucs déjà préparés et possédait un infini bagage de connaissances. Je ne me doutais pas que les novices planifiaient et construisaient probablement du matériel lors de leurs journées de congé, tout comme j’étais loin de m’imaginer que certains sortaient dans des bars… ou dataient même!

    Cette réflexion, je l’ai faite pour la première fois l’an dernier, lors de mon premier contrat. J’avais cette impression de vivre une double vie : enseignante le jour et jeune femme le soir.

    Aussi, je me suis toujours dit qu’en allant au travail, il faut laisser sa vie personnelle chez soi, à la porte…

    … mais cette semaine, cela a été plus ardu.

    Je ne suis pas la première ni la dernière à que cela arrive, mais c’était une première dans ma vie, moi qui ai fait passer mes études et ma carrière avant mes sentiments : ma première vraie grosse peine d’amour.

    Comment aller travailler un lundi matin après avoir passé la dernière fin de semaine à vivre toutes les étapes de la peine d’amour parfois en alternance, parfois en simultanée (tristesse, colère, tristesse à nouveau, incompréhension, tristesse, déni et encore tristesse)?

    Comment sourire et sembler passionnée par ma matière alors que j’ai à peine dormi et mangé en deux jours?

  • Espaceprof,  Formation,  Jade Boudreau,  Nouveaux enseignants

    Le TECFÉE, un cauchemar collectif

    Image par athree23 de Pixabay

    Jade Boudreau Espaceprof

    Jade Boudreau

    Étudiante en enseignement


    C’est le test de certification en français pour l’enseignement que nous appelons affectueusement (ou pas) le TECFÉE. C’est le cauchemar de plusieurs élèves au BAC. Pour éclairer les humains qui n’ont pas à subir ce test, je vous explique. Que tu sois en enseignement au préscolaire et en éducation primaire, en enseignement de l’éducation physique, en enseignement de l’éthique et culture religieuse au secondaire ou encore en éducation en anglais langue seconde, tu dois passer ton TECFÉE. Il ne faut pas oublier que tu dois l’avoir réussi avant de pouvoir faire ton 3e stage. Si tu l’échoues, je suis bien désolée, mais tu ne vas pas en stage. Attends et recommence. De l’aide est fournie, comme le CARÉ à l’UQAM, mais pas assez utilisée. Certes, ce n’est pas au même degré que nous utilisons la langue, mais tous les programmes en enseignement ont un double seuil de réussite de 70 % (mis à part anglais langue seconde qui a un seuil à 55 %). Par double seuil, je parle qu’il y a deux volets à cet examen. Une partie sur les codes linguistiques : toutes les notions de la langue française peuvent être abordées, soit la syntaxe, la ponctuation, la morphologie (la morpho-quoi?), les verbes, les accords, les définitions et sans oublier les fameuses expressions. Ensuite, après le questionnaire de 60 questions à choix de réponses, tu dois faire une rédaction. Tu écoutes une entrevue portant sur un sujet relié à l’éducation et tu dois écrire un texte de 350 mots minimum (petit conseil : n’en fais pas plus) en ajoutant un commentaire personnel pertinent (Selon qui? On ne le sait pas). En moins de temps pour le dire, tu payes 70 $ à ta première passation et 80 $ pour la seconde, la troisième, la quatrième et ça peut continuer longtemps comme ça…

  • Enseignement positif,  Lâcher prise,  Marie-Claude Pilote,  Motivation,  Santé mentale

    Quitter une permanence au privé pour le public

    Image par StockSnap de Pixabay

    Marie-Claude Pilote Espaceprof

    Marie-Claude Pilote

    Enseignante au secondaire


    On peut dire que j’ai un parcours mouvementé depuis que j’ai commencé à enseigner le français en 1997. De mes débuts jusqu’en 2005, j’ai été dans six écoles , majoritairement privées. En 2004-2005, n’étant pas heureuse dans celle où j’avais commencé l’année, j’ai décidé de démissionner en décembre pour aller explorer le monde de l’édition. Constat : le contact avec les ados me manquait trop. J’ai alors décidé de combiner les deux domaines en prenant une petite tâche dans une école publique de la Commission scolaire de Laval. Première expérience au public. 

    En 2005, un déménagement m’a menée sur la Rive-Nord de Montréal et une école privée située à deux minutes de mon nouveau chez-moi cherchait un prof en français. J’ai envoyé mon CV, passé l’entrevue et ai obtenu  le poste.

    J’y ai passé 15 années. 15 années de dur travail où l’excellence règne en roi et maître chez les élèves et où les exigences sont intenses du côté des demandes de la direction et des parents. 

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Lysiane Dallaire,  Motivation,  Passion

    Heureux sont les fous

    Image par Ginta Pūķe de Pixabay

    Lysiane Dallaire

    Lysiane Dallaire

    Enseignante en anglais au primaire


    “Tu es FOLLE”. C’est le commentaire que je finis toujours par entendre à la fin de la semaine du spectacle de talents de mon école. On y entend parfois une part de reconnaissance ou alors  une part de jugement. 

    Quand on parle à nos proches et qu’on leur demande quelles sont les tâches d’un enseignant, ils nous disent: planifier, corriger, enseigner, photocopier, assister à des rencontres, animer des récupérations, etc. 

    Il y a cependant une part de notre travail, celle qui  pour moi vient s’ajouter à ma tâche et qui pourtant  me rend si heureuse. Elle passe malheureusement bien souvent  sous le radar lorsqu’il est question du travail d’un enseignant . Car l’enseignement est fait de plein d’extras qui font de l’école un milieu de vie et non pas seulement un établissement d’enseignement.  

  • Alexandra Coutlée,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Passion,  Portraits d'enseignants

    Portrait d’enseignant: Luc


    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Luc a étudié en adaptation scolaire et sociale à l’UQAM et enseigne depuis 32 ans. Il dit même : “depuis 32 belles années” dans la commission scolaire qui lui a donné sa chance. Il dit avoir eu la chance de suivre un parcours atypique, enseignant l’adaptation scolaire au secondaire, puis au primaire, puis par la suite en informatique au primaire et même enseignant ressource. Il est de retour au secondaire depuis un temps dans une école à projet particulier qui aide les élèves en difficulté d’apprentissage. 

    Il a choisi l’enseignement, car il avait le désir d’aider les élèves à mieux apprendre. Son plus beau moment en enseignement fut d’ailleurs en tant qu’enseignant ressource en mathématique de niveau secondaire 1. Une petite classe de 10 élèves lui avait été confiée et l’objectif était d’intégrer le plus possible d’élèves dans une classe régulière. Pas toujours facile l’intégration d’élèves en difficulté, par contre. Luc en sait quelque chose.  Mais ce projet, où le travail d’équipe était très présent, l’a marqué. Plusieurs élèves ont vécu une intégration réussie vers les classes régulières. 

  • Décrocher,  Espaceprof,  Gabriel Gaudreault,  Lâcher prise,  Motivation,  Passion,  Santé mentale

    POURQUOI J’AI DÛ QUITTER L’ENSEIGNEMENT ET ME CHOISIR

    Image par congerdesign de Pixabay

    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle

    https://leblogueduprof.com


    Je n’en connais pas un, j’ai beau chercher et chercher, mais je n’y arrive pas. Je ne connais aucun enseignant qui souhaite quitter la profession de son plein gré. C’est logique lorsqu’on y pense, l’enseignement est l’une des professions où l’expression « don de soi » prend tout son sens. Pourtant, ils sont des centaines à quitter la profession chaque année. J’ai même été l’un d’entre eux, l’un de ceux qui en sont venus à se dire : « Ce n’est pas pour moi… »

    Pourtant, dans la grande majorité des cas, ce n’est pas nous qui ne sommes pas faits pour la profession, mais à l’inverse, c’est la profession qui n’est pas faite pour nous. Je m’explique : La plupart des enseignants, moi compris, ont quelques valeurs communes, ils sont, pour la plupart d’entre eux, généreux, ils croient beaucoup en la jeunesse et veulent léguer quelque chose à leur prochain. Ne nous leurrons pas, le système scolaire québécois n’encourage pas toujours ces mêmes valeurs et dès l’entrée en fonction d’un nouvel enseignant, la réalité peut frapper rapidement. Est-ce qu’il faut pour autant laisser tomber ses rêves d’enseignant ? Certainement pas. Cependant, un recul peut parfois s’avérer nécessaire pour quelques personnes.

  • Espaceprof,  Motivation,  Santé mentale,  Valérie Harnois

    Novembre

    Image par pasja1000 de Pixabay

    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Nous entrons dans une période d’incertitude qui n’est pas sans laisser de traces au quotidien. Cette année scolaire est marquée par le renouvellement de la convention collective des enseignants, par une loi abolissant les commissions scolaires et les élections scolaires, par une pénurie d’enseignants et de suppléants et par une vague de nouvelles directions d’écoles. 

    Pour ceux qui ont lu mes articles précédents, vous savez que je suis de nature positive et très pratico-pratique. Mais force est de constater que le climat est présentement rempli de questions sans réponse. Le temps d’ensoleillement nous joue aussi des tours, bref, c’est novembre!

  • Alexandra Coutlée,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Organisation

    S’organiser…pour ne pas se faire organiser

    Image par rawpixel de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire et fondatrice d’Espaceprof


    Je suis très forte en organisation.  Je vais vous dire un secret, la raison pour laquelle je suis forte en organisation, c’est que je suis non seulement anxieuse, mais j’ai aussi tendance à oublier des choses et à être désorganisée. Si je n’ai pas un système mis en place, les distractions sont nombreuses et il est facile pour moi de m’y perdre. Je termine alors la journée en ayant l’impression… et parfois la certitude, de ne pas avoir accompli grand-chose.  Afin d’être productive, j’ai donc dû mettre en place plusieurs petits trucs pour être bien organisée.

    Parmi les outils qui me donnent le plus de fil à retordre, on retrouve les fameux courriels. Ne vous méprenez pas, je trouve que c’est une façon de communiquer tellement efficace! Rien ne vaut un coup de téléphone quand le côté humain doit prendre plus de place, mais avouez qu’un petit courriel rapide pour aviser le parent de devoirs non faits se fait beaucoup plus rapidement qu’un appel téléphonique pendant une période libre (ça existe ça?).

  • Enseignement positif,  Entraide,  Espaceprof,  Nadia Bélanger,  relation d'aide

    Comment régler un conflit avec un(e) collègue?

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    Nadia Bélanger

    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Au travail, comme dans la vie, il est normal de rencontrer des conflits avec les autres. L’important, c’est de les régler pour se sentir mieux avec nous-mêmes, mais aussi pour que l’autre personne impliquée se sente mieux. Cela est une belle preuve d’empathie, d’humilité, de maturité et de respect.

    Évidemment, cela n’est pas une chose facile à faire, cela demande de la volonté à vouloir changer la situation conflictuelle. Voici des étapes qui peuvent vous aider:

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Gabriel Gaudreault,  Motivation,  Nouveaux enseignants,  Passion

    Mon cher Gabriel,

    Image par Andrew Lloyd Gordon de Pixabay

    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle

    https://leblogueduprof.com


    D’abord je veux te féliciter pour ton nouveau poste d’enseignant en formation professionnelle. Ton travail acharné et ton désir du travail bien fait a enfin payé. J’ai décidé de t’écrire cette lettre afin de te rendre plus avisé face au monde de l’éducation dans lequel tu t’apprêtes à embarquer.

    Parce que, vois-tu, nouvel enseignant que tu es, je sais pertinemment que tu es animé d’une passion incommensurable. Ton désir de changer le monde, ta grande volonté d’aider ton prochain jumelé à la flamme qui t’anime tant, seront tes plus beaux atouts dans ton nouvel emploi. Aujourd’hui, mon cher Gabriel, tu commences une étape importante de ta carrière, tu bouleverseras l’existence de plusieurs êtres humains. Oui, car si le médecin sauve des vies, toi tu auras l’occasion de les modeler en partie.

    Cependant, prend bien garde, jeune enseignant, car malgré l’honorable mission dont tu es maintenant doté, tu te devras d’éviter des pièges dans lesquels beaucoup de tes prédécesseurs sont tombés. Ne deviens surtout pas l’un de ces enseignants blasés dans un système scolaire où la passion et le désir de changement sont trop souvent perçus comme des menaces. Continue plutôt de croire en la réussite de tous et chacun comme tu sais le faire, garde ta foi en l’être humain, TOUS les êtres humains. Ne te laisse surtout avoir par toutes ces étiquettes qui peuvent aisément biaiser ton jugement.