• Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Nouveaux enseignants

    Les premières années en enseignement (5)

    élève et sac à dos

    Après plusieurs années d’études, des stages en classe et bien des travaux théoriques, les jeunes enseignants sont souvent fébriles de commencer leur carrière et d’avoir enfin leurs élèves à eux. Malheureusement, plusieurs d’entre eux quittent dans les cinq premières années de carrière. Selon une étude du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, c’est 25% des nouveaux enseignants qui quittent le métier,  une perte considérable de potentiel de relève.

    Plusieurs raisons expliquent leur départ: tâche lourde ou partielle, instabilité d’emploi ou désillusionnement quant au métier qui est plus difficile qu’imaginé. Plusieurs vivent une ou des premières années loin de ce qu’il s’étaient imaginé. Pourtant, il ne faut oublier les 75% qui restent et qui ont trouvé comment mieux vivre les débuts dans ce métier. Je vous présente donc cinq jeunes enseignants qui ont gracieusement accepté de me partager leurs bons coups et leurs conseils aux nouveaux enseignants!

    Enseignant 5: Jeffrey

    Jeffrey a signé un contrat du 24 septembre au 10 mars. Il remplaçait un enseignant en pré-retraite et avait une tâche à 100%: 3 groupes de 3e secondaire en univers social et 3 groupes de 5e secondaire en Monde contemporain et éducation financière. Lorsque son contrat s’est terminé en mars, il a obtenu un autre contrat à 100%, cette fois-ci en adaptation scolaire, et ce, jusqu’à la fin de l’année.

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Nouveaux enseignants

    Les premières années en enseignement (4)

    livres, cahiers en pile

    Après plusieurs années d’études, des stages en classe et bien des travaux théoriques, les jeunes enseignants sont souvent fébriles de commencer leur carrière et d’avoir enfin leurs élèves à eux. Malheureusement, plusieurs d’entre eux quittent dans les cinq premières années de carrière. Selon une étude du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, c’est 25% des nouveaux enseignants qui quittent le métier,  une perte considérable de potentiel de relève.

    Plusieurs raisons expliquent leur départ: tâche lourde ou partielle, instabilité d’emploi ou désillusionnement quant au métier qui est plus difficile qu’imaginé. Plusieurs vivent une ou des premières années loin de ce qu’il s’étaient imaginé. Pourtant, il ne faut oublier les 75% qui restent et qui ont trouvé comment mieux vivre les débuts dans ce métier. Je vous présente donc cinq jeunes enseignants qui ont gracieusement accepté de me partager leurs bons coups et leurs conseils aux nouveaux enseignants!

    Enseignante 4: Sarah

    Sarah a obtenu une tâche de 70% cette année. Elle enseignait à un groupe de 3e secondaire, un groupe de 4e secondaire et était également enseignante ressource et tutrice d’un groupe. Au mois de novembre, on lui a ajouté un autre groupe, cette fois en 2e secondaire. Son pourcentage de tâche n’a toujours pas été ajusté…depuis novembre…

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Nouveaux enseignants

    Les premières années en enseignement (3)

    deux personnes derrière des livres

    Après plusieurs années d’études, des stages en classe et bien des travaux théoriques, les jeunes enseignants sont souvent fébriles de commencer leur carrière et d’avoir enfin leurs élèves à eux. Malheureusement, plusieurs d’entre eux quittent dans les cinq premières années de carrière. Selon une étude du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, c’est 25% des nouveaux enseignants qui quittent le métier,  une perte considérable de potentiel de relève.

    Plusieurs raisons expliquent leur départ: tâche lourde ou partielle, instabilité d’emploi ou désillusionnement quant au métier qui est plus difficile qu’imaginé. Plusieurs vivent une ou des premières années loin de ce qu’il s’étaient imaginé. Pourtant, il ne faut oublier les 75% qui restent et qui ont trouvé comment mieux vivre les débuts dans ce métier. Je vous présente donc cinq jeunes enseignants qui ont gracieusement accepté de me partager leurs bons coups et leurs conseils aux nouveaux enseignants!

    Enseignante 3: Claudia

    Claudia a terminé ses études en mai l’an dernier. Cette année, elle a obtenu une tâche à 100% en 1re et en 2e secondaire. Une tâche complète… une grosse tâche. Somme toute, elle est fière de ce qu’elle a accompli et a passé une belle année. Elle ne pourrait pas dire que c’était facile, par contre. Elle savait à quoi s’attendre et n’a pas vécu de désillusionnement, mais elle a découvert certains défis auxquels elle n’était pas préparée. Certaines choses ne s’apprennent tout simplement pas à l’université.

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Nouveaux enseignants

    Les premières années en enseignement (2)

    Garçon, lecture

    Après plusieurs années d’études, des stages en classe et bien des travaux théoriques, les jeunes enseignants sont souvent fébriles de commencer leur carrière et d’avoir enfin leurs élèves à eux. Malheureusement, plusieurs d’entre eux quittent dans les cinq premières années de carrière. Selon une étude du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, c’est 25% des nouveaux enseignants qui quittent le métier,  une perte considérable de potentiel de relève.

    Plusieurs raisons expliquent leur départ: tâche lourde ou partielle, instabilité d’emploi ou désillusionnement quant au métier qui est plus difficile qu’imaginé. Plusieurs vivent une ou des premières années loin de ce qu’il s’étaient imaginé. Pourtant, il ne faut oublier les 75% qui restent et qui ont trouvé comment mieux vivre les débuts dans ce métier. Je vous présente donc cinq jeunes enseignants qui ont gracieusement accepté de me partager leurs bons coups et leurs conseils aux nouveaux enseignants!

    Enseignante 2: Sophie

    Sophie a enseigné cette année dans une classe en adaptation scolaire. Ses élèves ont entre 9 et 12 ans et leur niveau scolaire varie de la 1re à la 6e année. Elle a obtenu une tâche à 100%, en voie de permanence. Elle a donc SON poste. Les difficultés de ses élèves sont variées. Plusieurs ont des troubles de comportement, d’autres, des troubles de langage ou de dyspraxie. D’autres n’ont pas encore de diagnostique.  Sophie a, depuis janvier, un TES avec elle dans la classe en tout temps et elle adore cette collaboration. Elle s’est également impliquée dans deux comités à son école.

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation,  Nouveaux enseignants

    Les premières années en enseignement

    Après plusieurs années d’études, des stages en classe et bien des travaux théoriques, les jeunes enseignants sont souvent fébriles de commencer leur carrière et d’avoir enfin leurs élèves à eux. Malheureusement, plusieurs d’entre eux quittent dans les cinq premières années de carrière. Selon une étude du Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante, c’est 25% des nouveaux enseignants qui quittent le métier,  une perte considérable de potentiel de relève.

    Plusieurs raisons expliquent leur départ: tâche lourde ou partielle, instabilité d’emploi ou désillusionnement quant au métier qui est plus difficile qu’imaginé. Plusieurs vivent une ou des premières années loin de ce qu’il s’étaient imaginé. Pourtant, il ne faut oublier les 75% qui restent et qui ont trouvé comment mieux vivre les débuts dans ce métier. Je vous présente donc cinq jeunes enseignants qui ont gracieusement accepté de me partager leurs bons coups et leurs conseils aux nouveaux enseignants!

    Enseignante 1: Anne

    Anne a signé une tâche à 26% en début d’année, soit un seul groupe de 1re secondaire. Ce petit morceau de tâche s’est vite transformé en 41% à la suite de l’ajout d’un groupe d’art dramatique en 3e secondaire et du tutorat. En 1re, secondaire elle a découvert un groupe d’élèves forts et allumés à qui il était très agréable d’enseigner. Son groupe d’art dramatique était un peu plus un défi. Composé uniquement de garçons d’un profil sportif, il fallait trouver des idées pour les faire bouger et des projets qui rejoignaient leurs champs d’intérêt. Anne a su s’adapter et avoir beaucoup de plaisir avec eux.

  • Enseignement positif,  Motivation,  Santé mentale

    Vivre le moment présent en enseignement


    Élisabeth Nelson Dupré

    Enseignante au primaire et au secondaire


    Depuis plusieurs années, on entend combien le métier d’enseignant est dévalorisé, combien les enseignants sont sous payés pour accomplir un million de tâches;

    Je me demande souvent comment ça se fait que, pour ma part, je sois autant épanouie dans ce métier…

    Tdah & anxieuse que je suis, j’ai réalisé que lorsque je suis en présence d’élèves, c’est l’instant présent qui compte le plus !!

  • Espaceprof,  Motivation,  Reconnaissance

    L’entourage de l’enseignant

    Ma grand-mère Florence aurait voulu être enseignante. Petite, elle en rêvait et quand est venu le temps de continuer ses études, son père lui a répondu qu’une femme n’avait pas besoin d’aller à l’école pour apprendre à changer des couches. Autre époque et autre mentalité. Quelle ne fut alors sa fierté que d’apprendre que j’allais exercer le métier dont elle avait rêvé. Elle me le dit régulièrement lorsque je la vois et ça me touche et me rend très fière, chaque fois. Fière non seulement d’être enseignante, mais de savoir que les filles ont maintenant le droit d’accéder à leurs rêves et à une éducation, de leur choix.

    Les gens de notre entourage sont souvent très fiers de ce que nous exerçons comme métier. Ils sont au premier rang de notre quotidien. Ils suivent autant nos joies que nos angoisses. Ils voient le VRAI nombre d’heures travaillées et le dévouement que nous dirigeons envers notre tâche et nos élèves. En ces temps où plusieurs enseignants souffrent du manque de reconnaissance, la reconnaissance et la fierté de notre entourage sont essentielles. Je pense à ma mère qui annonce fièrement que je suis enseignante lorsqu’elle me présente à quelqu’un. Je pense à mon conjoint qui m’écoute, m’appuie et contribue même à ma classe en déménageant des bibliothèques ou même en prenant en stage d’un jour un de mes élèves un peu démotivé qui avait besoin d’un objectif et d’une motivation de plus.

  • Espaceprof,  Lâcher prise,  Motivation,  Santé mentale

    Mieux vivre les séances de mutation et d’affectation

    La fin de l’année veut souvent dire mouvement et recherche de poste pour plusieurs enseignants. Pour certains, c’est un poste permanent qu’on veut délaisser pour un autre. On se lance et on attend cette séance pour voir si c’est possible de “muter” vers le poste ou l’école de notre choix et de changer de milieu. Pour d’autres, c’est la fin d’un contrat et les séances d’affections sont un moment stressant où on attend de voir ce qui s’offre à nous. Moment de stress, d’angoisse pour plusieurs, c’est aussi un moment de joie lorsqu’on obtient le poste qu’on convoitait.  

    Les séances, que ce soit la première ou la dixième fois, sont angoissantes. Lorsqu’on est devant l’inconnu, c’est toujours un peu inquiétant. Est-ce que le poste désiré sera encore disponible lorsque viendra notre tour? Est-ce qu’il restera quelque chose ou bien devrions-nous attendre octobre et faire de la suppléance? Lors des séances, la tension est palpable. Et que dire de l’ambiance lors des séances de type foire de l’emploi où les enseignants attendent dès l’aube devant les portes avec les chaises pliantes? Et quand le choix arrive, il faut faire vite, il faut trancher et espérer faire le bon choix.

  • Gestion du temps,  Reconnaissance

    Les tâches invisibles des enseignants

    Tout le monde connait le métier d’enseignant. Après tout, tout le monde est allé à l’école et a côtoyé un enseignant à un moment de sa vie. Et un médecin? Un comptable? Un plombier? On connaît tout ce qu’il font? Je suis certaine que mon médecin de famille fait bien plus que de rencontrer des patients. Elle doit avoir plein de tâches que je ne connais pas. Un plombier doit bien se tenir à jour dans son métier et doit sûrement négocier avec des fournisseurs… et probablement plein de petites tâches que je ne connais pas. Un comptable doit probablement suivre de la formation continue, doit se tenir à jour… et doit sûrement aller acheter du papier de temps à autre! Alors un prof, qu’est-ce que ça fait? Bien sûr, ça planifie des cours, ça enseigne et ça corrige des évaluations. On sait tous que ça prend soin de nos enfants… mais les enseignants font une tonne de tâches bien invisibles, mais essentielles au fonctionnement d’une école, mais aussi de la réussite de nos enfants.

    Alors un prof, à part enseigner… ça fait quoi? Voici une liste de tâches invisibles qui m’ont été partagées par des enseignants. Les voici en rafale :

  • Décrocher,  Gestion du temps,  Lâcher prise,  Santé mentale,  Santé Physique

    La charge mentale des enseignants

    Vous connaissez la charge mentale? C’est en fait ce petit hamster dans notre tête qui roule en tout temps. On peut le vivre dans bien des métiers et même dans notre quotidien. La BD suivante sur la charge mentale des femmes a été partagée sur Internet il y a quelque temps et représente bien ce qu’est la charge mentale ou la charge cognitive.  En enseignement, elle affecte autant les hommes que les femmes et s’applique à tous les postes, de suppléant à enseignant-ressource, en passant par nos collègues travailleurs en éducation spécialisée et même par nos directions!

    Est-ce que j’ai oublié quelque chose? De remplir un formulaire? Est-ce que Sacha va bien? Il m’inquiète depuis quelques jours… Est-ce que j’arriverai à tout couvrir avant la fin de l’ann? Ah! Et voici un roman que je devrais lire, car il semble intéressant et pourrait être ajouté à ma planification de l’an prochain. Ce genre de pensées incessantes vous rappellent quelque chose? Font-elle partie de votre quotidien?

    Bien que passionnés par notre métier, parfois, cette charge cognitive incessante peut causer du stress, de l’anxiété et même de la détresse. Elle est parfois ressentie par une pression qu’on se met sur les épaules et peut facilement venir nous envahir. On a alors l’impression que notre travail n’arrête jamais. “J’ai tellement à coeur de bien faire les choses parce que … Est ce qu’il y a quelque chose de plus fragile et essentiel que le développement d’un enfant ? ” me confie une enseignante au primaire.