• Covid-19 2020,  Enseignement positif,  Jennifer Floymon,  Pédagogie

    Des élèves dans ma classe, s’il vous plaît!

    Image par Alexandra_Koch de Pixabay

    Jennifer Floymon

    Enseignante au secondaire


    Les derniers mois n’ont pas été évidents pour nous, les enseignants. En fait, je parlerai pour moi seulement. Nous avons tous notre façon bien à nous de vivre la crise actuelle. Je ne voudrais surtout pas prêter des intentions ou des sentiments à d’autres, ou leur mettre des mots dans la bouche.

  • Alexandra Coutlée,  Lâcher prise,  relation d'aide,  Santé mentale

    Les petites règles propres à chacun


    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Il y a quelques années, dans notre salle de profs, un mystérieux collègue masculin (du moins, c’est ce que nous avons déduit) taillait sa barbe et/ou sa moustache, laissant des petits poils partout sur notre lavabo commun. Cette pratique en irritait plus d’un et plus d’une. De un, car, selon mes propres règles de savoir-vivre, on fait ses soins corporels chez soi… et de deux, au minimum, on se ramasse. Il semble que pour ce collègue, ces règles ne soient pas les mêmes.

    Ces règles, qui diffèrent d’une personne à l’autre, créent des frustrations et peuvent venir miner notre humeur. Par contre, si ces règles ne sont pas des règles établies en tant que règlement ou règle de société connues de tous, elles peuvent être bien différentes d’une personne à l’autre. On ne parle pas ici, bien sûr, d’arrêter à un stop ou encore de dépasser dans une file d’attente, qui sont des règles bien claires, mais plutôt de ces règles qui nous font plus réagir différemment d’une personne à l’autre.

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  relation d'aide,  Santé mentale,  Santé Physique

    Parce que ça se peut que ça ne va pas…

    Image par Free-Photos de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    J’ai ressenti le besoin d’écrire ce texte pour tous ceux pour qui… ça ne va pas. Nous sommes entourés de mauvaises nouvelles… mais aussi d’une bonne dose de publications positives et optimistes. Je suis la première à les partager, parce que ça fait du bien. Par contre, ce côté positif à tout prix peut alourdir encore plus notre stress ou notre découragement. Ça se peut et ça se dit… que ça ne va juste pas. 

    Il se peut que vous manquiez de soutien… ou encore que le soutien soit là, mais que tout de même, vous sentiez que ça ne va pas. Vous sentez peut-être aussi de la pression en regardant le collègue d’à côté qui a l’air zen et souriant, même derrière son masque. J’aimerais vous dire que vous n’êtes pas seul. 

  • Espaceprof,  Gabriel Gaudreault

    Quel genre de prof êtes-vous?

    Image par StartupStockPhotos de Pixabay

    Gabriel Gaudreault Espaceprof

    Gabriel Gaudreault

    Enseignant au professionnel

    https://leblogueduprof.com/


    Depuis le début de ma carrière en enseignement, un terme revient souvent dans le cadre des mille et une discussions que je peux entretenir dans une semaine : le travail d’équipe. Le travail en équipe est un travail effectué par un groupe dans un climat d’entraide et de coopération spontanée. (Wikipédia)

    Bien que cette dernière définition puisse paraître assez simple à comprendre, le travail d’équipe n’en reste pas moins un défi considérable pour tout être humain. Que cela soit plus facile ou plus difficile pour vous, travailler de concert avec d’autres personnes implique des défis personnels pour tous les membres de ladite équipe. De plus, il est complètement faux de croire que toutes les équipes ont le même potentiel. La plus belle analogie que j’aurais à offrir serait celle d’une équipe de hockey. Même si, individuellement, les joueurs de la LNH possèdent les aptitudes requises pour joindre la ligue, les formations ne gagnent pas toute la coupe Stanley…

    J’ai été dans toutes sortes d’équipes depuis le début de carrière, des équipes fonctionnelles, des équipes complètement dysfonctionnelles et des équipes en grand remaniement. Dans chacune de ces équipes, on retrouve (presque) toujours les mêmes rôles.

    1er rôle – L’émotif :

    Il y en a toujours un ou une minimalement. Vous savez bien de qui je parle n’est-ce pas ?

    On se demande toujours si ce collègue dort à l’école. Il arrive souvent en premier et repart toujours en dernier. Son dévouement ne passe jamais inaperçu, cependant quand la fatigue le rattrape, nous passons souvent très près de le perdre. Nous pouvons toujours compter sur elle ou lui. Néanmoins, nous avons tendance à le prendre pour acquis. De temps en temps, il faut lui rappeler de s’arrêter et qu’il a le droit de prendre une pause. Ce collègue mettra tout ce qu’il a dans son travail. Au risque d’y laisser sa santé. Son dévouement pour l’équipe est sans égal, mais s’il ne ralentit pas, son apport pour l’équipe ne sera que temporaire…

  • Espaceprof,  Marie-Claude Pilote,  Motivation,  Pédagogie

    Quand les notes ne sont pas une motivation pour réussir


    Marie-Claude Pilote Espaceprof

    Marie-Claude Pilote

    Enseignante au secondaire


    Après avoir goûté au programme d’éducation internationale en 2019-2020, j’enseigne cette année à des groupes réguliers en deuxième secondaire. Depuis le début de cette année scolaire pas comme les autres, à gérer des enfants qui ont été , pour la plupart, laissés à eux-mêmes pendant le confinement du printemps, j’en arrive à beaucoup de questionnements concernant la motivation et la réussite de mes élèves.

  • Alexandra Coutlée,  Enseignant connecté,  Espaceprof

    Trop de choix!


    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire

    Pour ce billet, je me suis inspirée du livre de Matt Miller qui s’intitule Tech Like a Pirate. Si vous ne connaissez pas Matt Miller et son blogue Ditch That Textbook, je vous suggère l’écoute de mon balado, La geek de service, où je parle justement de Matt, de son blogue et de ses livres.

    Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand il y a trop de choix, je deviens confuse, voire anxieuse, et je ne sais plus trop quoi faire. Lorsque ma fille était petite, elle avait aussi beaucoup de difficultés lorsqu’il y avait trop de choix. Je limitais donc les choix à deux ou trois options maximum et c’était plus facile ainsi. Difficile de faire ça en tant qu’adulte. Je ne vais certainement pas demander à ma mère de limiter mes choix lorsque j’arrive pour choisir une série sur Netflix! J’adore écouter des séries, mais lorsque je veux relaxer et que je me mets à explorer et à choisir… on dirait que je ne relaxe plus, il y en a trop. J’aimerais quasiment que Netflix me limite à 3 choix… mais là, on se plaindrait de ne pas avoir assez de choix. Ce problème de choix, je l’ai partout: trop d’articles à lire, de revues, de livres… le côté positif dans tout ça, c’est qu’il y a beaucoup de choses intéressantes à explorer!  

  • Alexandra Coutlée,  Apprentissage,  Espaceprof,  Motivation

    Donner des choix aux élèves

    Image par Jan Vašek de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


    J’ai terminé la lecture d’un livre très intéressant cet été : The Power of Habit: Why we do what we do in life and business par Charles Duhigg. On y parle de motivation et de ce qui se cache derrière certains de nos choix qui se font facilement, contrairement à ceux qui sont plus difficiles. En classe, avec les élèves, on cherche souvent des façons de les motiver, qu’ils se mettent à la tâche… sans trop rechigner.

    Dans les éléments présentés dans le livre, on parle de donner des choix aux employés ou, dans notre cas, aux élèves. On doit créer chez ceux qu’on veut motiver « a sense of agency », un sentiment d’avoir du pouvoir, du contrôle sur notre situation. On doit sentir qu’on est impliqué. Par exemple, dans une étude réalisée en 2010 dans une manufacture en Ohio, le simple fait de permettre aux employés de participer à la création de leur horaire de travail ou encore de choisir le design de leur uniforme de travail a augmenté la productivité de l’entreprise de 20 %. Ce sentiment de pouvoir et d’implication semble donc aider la motivation et l’autodiscipline.

  • Alexandra Coutlée,  Covid-19 2020,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Pédagogie

    Le doute

    Image by Fernando Prado from Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Je vais vous dire un secret… tous les enseignants ont des doutes. Chaque fois qu’ils proposent quelque chose aux élèves, ils ont des doutes. Qu’ils soient au début de leur carrière ou à la fin, faire quelque chose de nouveau vient avec des doutes. Parfois même, ces doutes paralysent et nous empêchent de nous lancer. On retombe donc facilement dans ce qui est familier, dans ce qui fonctionne depuis toujours. 

    Le doute en début de carrière… ou en tout temps !

    Au début de ma carrière en enseignement, je suivais les collègues. Si j’enseignais un niveau avec une autre enseignante, je suivais ce qu’elle faisait en classe. Il n’y a rien de mal à ça. Après tout, les premières années, on en a pas mal dans notre assiette. Mais je me suis vite rendu compte que j’avais envie d’essayer de nouvelles choses… envie de mettre ma couleur dans ma classe et dans mes projets. Et on n’a pas besoin d’être nouvellement enseignant pour avoir envie d’essayer quelque chose de nouveau. L’année scolaire 2019-2020 et son enseignement à distance nous a tous forcés à nous lancer dans de nouvelles façons de faire.

  • Alex-Anne Flambert,  Covid-19 2020,  Espaceprof

    Une rentrée pas comme les autres… d’un point de vue extérieur

    Image by Free-Photos from Pixabay


    Combien de fois l’avons-nous lue, celle-là : 2020 sera une rentrée pas comme les autres! Avant même que ne commence toute cette histoire de pandémie, je savais que, pour moi, 2020 ne serait pas une rentrée ordinaire. Étant en congé de maternité, il allait s’agir de ma première « non rentrée ».

    Déjà, la nostalgie s’est emparée de moi au moment où j’ai vu tout le monde préparer sa classe et faire sa planification. J’aime enseigner, j’aime créer des documents. C’est une passion pour moi, avant d’être ma profession. C’est probablement une des raisons qui me pousse à travailler aussi fort sur mon blogue, La Bibliomaniaque. Cela dit, même si je suis aujourd’hui derrière mon écran, à la maison, et que je ressens une certaine nostalgie de ne pas être en train de rencontrer mes élèves, je suis aussi en quelque sorte soulagée.

  • Alexandra Coutlée,  Apprentissage,  Enseignant connecté,  Pédagogie

    Nos élèves et le courriel

    Image by Markus Trier from Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


    L’arrêt des classes en mars dernier a rendu difficile la communication avec plusieurs élèves. Ceux-ci n’étaient pas tous à l’aise avec les moyens de communication à leur disposition. Un de ces moyens: le courriel. Toutes les écoles fournissent aux élèves une adresse courriel. Celle-ci leur est distribuée en début d’année et, souvent, les suit durant tout leur parcours scolaire. Plusieurs enseignants se sont rendu compte que leurs élèves n’étaient pas à l’aise avec le courriel ou encore ne l’avaient jamais consulté. Ils savent, bien sûr, ce que c’est. Mais ils communiquent avec d’autres outils. 

    Pourtant, le courriel est encore très présent dans notre société. Ils en auront besoin au cégep et à l’université. Ils seront aussi essentiels en milieu de travail… ou même pour appliquer sur un poste en ligne pour la première fois! Les outils de communication tels que Seesaw, Teams et Google Classroom sont très pratiques, mais sont complémentaires au courriel. Il est donc important de développer les habiletés numériques avec cet outil. Même s’ils sont habitués de communiquer en ligne, les élèves utilisent majoritairement des outils de textos ou de clavardage et utilisent un langage informel. Ils communiquent aussi avec des images, des GIF et des émoticônes qui sont moins appropriés lorsque l’on communique par courriel.