Covid-19 2020,  Cynthia Bouly,  Espaceprof

Parce que, tu sais, je les aime mes élèves…

Image par congerdesign de Pixabay

Cynthia Bouly

Enseignante au primaire


Vendredi soir

Vendredi soir, 16h15. On vient de terminer notre journée. Je devais faire une vidéo de la « rentrée #2 » pour nos élèves qui arrivent lundi. Je n’ai pas eu le temps. Ma direction non plus. On se regarde et on se dit que…. ce n’est pas une priorité. Brûlées.

Je les adore, mes élèves. J’ai même essayé d’aller dans une autre école avec un local plus grand….. parce que tu sais, en « sortir » 3 de ta classe, parce que tu n’as que 10 places, avec ta distanciation de 2 mètres, dans ta microscopique classe, ben ça crève le coeur. 

Faque j’ai appelé 3 familles. Pour leur annoncer la nouvelle. Parce que tu sais, je les aime, mes élèves. Pas question qu’ils arrivent lundi et l’apprennent « sur le tas »… J’ai pleuré. Parce que la belle Simone, la pétillante Émilie et le charmant Alexandre ne sont pas des élèves « vulnérables. » Ils ne sont pas priorisés dans ma classe.

Déchirée…

Lundi matin, on est tous arrivés plein d’incertitudes et de questionnements. « Je mets un masque ou non? »

« Je dois enseigner des nouvelles matières ou non? »

Certains sont frustrés, d’autres positifs. Mais, on cherche notre patience dans tout ce contexte…

Je dois désencombrer ma classe. Bien oui, j’ai une classe flexible. Tellement pas d’actualité dans le contexte Covid!!!!! Non madame! Le Covid veut des bureaux en rangs d’oignons, à 2 mètres de distance. Elle a une mentalité de même, elle. De la « vieille école».

Alors, je ramène des trucs personnels à la maison. Le concierge, connaissant bien tout mon barda, m’aide à paqueter mes affaires dans l’auto… et à en entasser d’autres dans des recoins de l’école. À la fin, la classe ne ressemble plus à l’enseignante que je suis. Mais, résiliente, je me dis que je trouverai bien de petits jeux, de petites activités à faire avec eux. Pour pas que ce soit trop plate! 

Alors, entre deux lavages de mains, j’imprime et je remplis les bureaux vides de petits trucs chouettes. Parce que, tu sais, mes élèves, je les aime….

Entre les multiples consignes de toutes sortes, qui changent au bout d’une heure, on essaie de s’adapter. On veut le mieux pour les élèves. On veut un climat bienveillant et rassurant. Pour eux, comme pour nous… 

On doit emballer les effets scolaires pour tous les élèves dans des sacs de poubelle afin que les parents des enfants qui ne reviendront pas à l’école passent les prendre. Je ne sais pas pour vous, mais je n’ai jamais dit « au revoir » à mes élèves en leur donnant un sac de poubelle…..

Déprimée!

Alors, tous les profs s’inscrivent à des comités pour mettre tout cela en place. Ils se tiennent, les profs. On est une super équipe! Et, vous savez quoi? Malgré quelques courbettes et quelques improvisations, on y est arrivé! 

Alors ce soir, j’avais besoin d’écrire. Les profs se font lancer des roches sur les réseaux sociaux. Non. Nous ne sommes pas des enfants gâtés. Non. Ce n’est pas vrai qu’on ne veut pas retourner travailler.  Parce que tu sais, on les aime, nos élèves.

On a fait des pieds et des mains pour organiser une rentrée-fin d’année…… en une semaine. 

On a réussi. 

C’est donc les mains en sang, la fatigue physique et émotionnelle très présentes que je reviens chez moi… vendredi 17h00, rejoindre ma marmaille.

Je n’ai pas plus de réponses officielles à toutes mes questions et je suis encore dans l’incertitude….. Mais, comme tous les profs que je connais, j’aurai le sourire aux lèvres lundi matin.

Parce que, tu sais, je les aime, mes élèves.

Vous avez aimé le billet de notre collaborateur/collaboratrice? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

One Comment

  • Dekens

    Félicitations à vous, courage et surtout bravoooooo 👋👋👋 au nom de nos enfants et nous parents qui sommes dans la crainte de ce virus mondial. Tout simplement MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *