Communication avec les parents,  Espaceprof

Recette infaillible pour les rencontres de parents

Image par rawpixel de Pixabay

Valérie Harnois

Enseignante au secondaire


Les rencontres de parents prennent plusieurs formes tout dépendant de l’école, du niveau et des matières. J’ai personnellement connu des rencontres avec tous les enseignants dans le gymnase, d’autres, chacun dans nos classes, avec ou sans rendez-vous. 

Les enseignants titulaires, du primaire ou de l’adaptation scolaire ont habituellement le temps de rencontrer tous les parents. Cependant, les spécialistes au primaire et les enseignants du secondaire n’ont pas cette possibilité-là dû au nombre d’élèves à qui ils enseignent. C’est à ces derniers que mon billet s’adresse.

Que vous ayez une formule avec ou sans rendez-vous, vous aurez rarement l’opportunité de rencontrer tous les parents que vous désirez. Certains par manque de temps, d’autre par leur absence. Aussi, certains parents qui désirent vous rencontrer n’auront possiblement pas la chance de le faire. Je vous propose donc quelques trucs pour vous faciliter la vie en rencontre de parents et être plus efficace.

La préparation

Pour ma part, j’apporte toujours une liste d’élèves avec photos. Les photos me permettent d’identifier rapidement l’élève en question puisqu’ils n’accompagnent pas toujours leurs parents. Personnellement, je prends des notes sur le comportement de mes élèves sur les listes avec photos. Ces listes me sont donc doublement utiles lors de ces rencontres.

J’apporte aussi mon cahier de notes. Les parents voudront savoir de quoi est composée la note de bulletin. Ce cahier vous permettra de répondre à cette question, mais aussi d’informer le parent des difficultés particulières, d’une pente montante ou descendante. 

L’agenda peut aussi être utile. Il m’est arrivé à quelques reprises de devoir discuter d’absences avec des parents et mon agenda était utile afin de savoir ce qui avait été manqué cette journée-là. 

Une feuille de notes avec un crayon peut faire une grande différence. Certains parents vous poseront des questions auxquelles vous n’avez pas les réponses. Lors d’un tel événement, inutile de se creuser la tête, il suffit de prendre la question en note, l’adresse courriel du parent et  lui dire que vous vous informerez et leur transmettrez la réponse quand vous l’aurez. C’est aussi l’endroit où vous prendrez en note les demandes particulières du parent. Par exemple, certains vous demanderont de les avertir au moindre pépin. Votre feuille de note vous permettra de le noter et ne pas oublier, et le parent sera rassuré que vous preniez la demande au sérieux.

Quelques exemplaire des travaux en cours ou à venir peuvent aussi être utiles. Si les élèves sont en milieu de projet, il est pertinent d’avoir un exemplaire afin de montrer, aux parents qui le demanderont, sur quoi les élèves travaillent présentement. Les travaux et projets futurs peuvent aussi servir pour les parents qui veulent savoir comment aider leur enfant dans le futur. Il en est de même pour le cahier d’exercices si vous en utilisez un. Démontrer les pages d’explications à la fin des cahier est un moyen facile d’outiller les parents pour qu’ils aident leurs enfants.

Prévoyez aussi une feuille qui servira aux parents que vous ne pourrez pas rencontrer. En deux colonnes, les parents indiqueront leur adresse courriel et le nom de leur enfant afin que vous les rejoigniez par courriel. Le principe inverse peut être fait où vous découpez des papiers avec votre adresse courriel afin que les parents aient votre adresse et puissent vous rejoindre de cette façon. 

Il ne faut pas oublier une bouteille d’eau et une collation. Ce sont des soirées intensives en discussion, vaut mieux avoir de l’énergie et la salive pour se rendre jusqu’au bout.

Finalement, votre meilleur allié : votre sourire. Vous n’aurez pas deux chances de faire une première impression. Comme les rencontres sont d’une durée moyenne de 10 minutes, la première impression est d’autant plus importante puisque c’est la seule que vous aurez le temps de faire. 

Le déroulement

Il y a habituellement trois types de rencontres de parents. Il y a le type compte-rendu où le parent s’informe du cheminement de son enfant, le type question précise où le parent veut de l’information sur un événement ou un travail et le type convocation où c’est l’enseignant qui demande au parent de se déplacer pour adresser un élément particulier.

Peu importe le type de rencontre, quelques principes de base peuvent aider au bon déroulement de celle-ci. Comme ce sont des rencontres courtes, il faut garder le tout à l’essentiel. Il est préférable de cibler un élément à améliorer que de faire une liste de tout ce qui ne fonctionne pas. 

La méthode Sandwich

La méthode Sandwich reste encore une méthode éprouvée qui gagne à être utilisée. Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette méthode implique de débuter et terminer avec des éléments positifs (les pains du sandwich) et d’y insérer au milieu l’élément problématique et la solution. 

  • Quand le parent se présente, le fait de nommer un élément positif sur l’élève rendra le parent plus réceptif. Il verra que vous ne portez pas seulement attention au négatif, mais que vous voyez aussi du positif chez leur enfant. « Joachim a toujours un beau sourire et il est toujours de bonne humeur. »
  • Enchainez avec la question du parent ou la difficulté que vous voulez adresser. Que ce soit une question du parent ou une difficulté dont vous voulez lui faire part, c’est le moment. « Joachim ne révise pas ses examens. Il se dépêche pour finir afin de pouvoir reposer sa tête sur son bureau. Ses erreurs sont donc dues à un manque de révision. Quand je lui demande de réviser, il s’assoit 5 minutes et ne fait rien. »
  • Une fois le problème étalé et identifié, c’est le temps pour une « Je vais lui parler de mon côté et je vous invite à en faire de même. Je vais même lui suggérer, lors de la prochaine évaluation, de mettre en œuvre quelques méthodes de révision. Pour ma part, je vais lui donner des instructions plus claires telles que vérifie tes verbes au lieu d’instructions vagues telles que révise ton travail. Je vous en redonne des nouvelles suite au prochain examen, mais je suis confiante que ça va fonctionner.»
  • Le dernier morceau du sandwich, un autre élément positif. «J’ai oublié de vous dire… Au cours de l’étape, nous avons fait une discussion de groupe et Joachim s’est démarqué significativement par sa participation et son écoute! C’était beau à voir. »

Si l’enfant est présent

Suivant la même méthode décrite ci-haut, quand l’enfant est présent à la rencontre, j’adresse habituellement les questions directement à lui. Par exemple, un parent qui me demandera « Comment ça va en anglais? », je retournerai la question à l’élève. « Joachim, comment ça va en anglais? » J’élicite ensuite des réponses de l’élève afin qu’il parle lui-même de la situation problématique à régler. Je discute ensuite de solution avec l’élève et je prends entente avec lui pour mettre la solution à exécution. Je termine la rencontre en disant quelque chose de positif sur l’élève, mais dirigé vers le parent. « Vous savez, je suis confiante que ça va fonctionner parce que Joachim est un jeune homme qui n’a qu’une seule parole. Quand il dit quelque chose il le fait, alors ça ne peut que bien aller. »

Les situations délicates

J’essaye toujours d’éviter de discuter d’autres élèves. Par exemple, certains parents m’ont déjà parlé des résultats académiques d’un autre élève comparé à leur enfant. Il m’est aussi arrivé où des parents ont soulevé des inquiétudes par rapport au comportement d’un autre élève dans la classe. Cette situation délicate a toujours causé un malaise chez moi. Maintenant, quand une telle situation survient, j’explique à prime abord que je ne parlerai pas d’autres élèves avec eux, au même titre que je ne parlerai pas de leur enfant avec d’autres parents. Ça ne veut cependant pas dire que je n’adresserai pas le problème soulevé. Par exemple, s’il s’agit d’une note, j’explique le résultat de leur enfant en démontrant sur quoi je me base pour donner un tel résultat. J’explique aussi que ces mêmes critères s’appliquent pour tous, mais qu’il est possible que les élèves ne voient pas toutes les subtilités entre les critères. Quand c’est une question comportementale, ça peut s’adresser en offrant un changement de place ou un pairage différent en équipe. Une référence aux TES peut aussi être pertinente (et noté sur la feuille de notes).

Les soirées de parents sont souvent une grande source d’informations pour nous aussi puisque ces rencontres nous permettre d’en connaître un peu plus sur le milieu familial de nos jeunes. Elles sont cependant énergivores et rares sont ceux d’entre nous qui dormiront bien ce soir-là. Elles ont cependant une influence positive sur nos classes, ne serait-ce de par le fait que les élèves savent maintenant que l’enseignant et leurs parents se parlent. (Vous voyez, tout passe mieux avec la méthode sandwich!)

Bonne rencontre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *