Covid-19 2020,  Enseignement positif,  Lysiane Dallaire,  Passion

Si j’avais su…

Image par Steve Buissinne de Pixabay

Lysiane Dallaire Espaceprof

Lysiane Dallaire

Enseignante au primaire


Si j’avais su que la semaine de relâche durerait plusieurs semaines… 

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est que j’aurais lavé mes pupitres avant de partir et que j’aurais ramassé mon ordinateur. Je ne vous aurais pas préparé un projet de FEU sur la vie à la maison, les tâches ménagères et les règles dictées par les parents (oui oui… vous saisissez l’ironie, je ne savais pas) qui prendra le chemin de la tablette. Si j’avais su, je serais partie avec la pile de livres jeunesse que je garde pour “plus tard” pour créer des projets pour vous mes “sweetie pies”. 

Si j’avais su que c’était la dernière journée avant longtemps..

J’aurais ri des demandes constantes de monsieur S. pour une 18e collation dans la journée. J’aurais replacé la chaise de monsieur J. et de monsieur Y. sans rechigner. J’aurais écouté madame A. me parler de sa dernière recette de tofu avec plus d’attention. J’aurais profité du sourire doux de madame R. et j’aurais discuté des goûts musicaux discutables de monsieur L. avec plus d’attention. J’aurais probablement discuté des choix politiques de nos gouvernements avec monsieur R. et monsieur D. et parlé de randonnée avec madame M. 

Si j’avais su que vous alliez être à risque… 

Je vous aurais dit de rester chez vous. Je vous aurais donné assez de livres et de chansons pour vous garder bien enfermés à la maison. J’aurais moins insisté sur le temps d’écran. Si j’avais su que vous alliez vivre du stress, de l’incertitude, je vous aurais rassurés avec la voix un peu chancelante de celle qui ne sait pas plus que vous. 

Si j’avais su que l’école allait fermer…  

J’aurais préparé l’ultime projet pour vous apprendre à apprendre, j’aurais trouvé des façons de vous rendre encore plus autonomes. Je vous aurais appris à vous passer de moi un peu plus. Je vous aurais rassurés en vous disant que nous, les adultes, avions les choses en main. 

Si j’avais su que vos petits câlins du matin allaient autant me manquer…

J’aurais pleuré en donnant mon dernier cours sur les dictionnaires. QUOI?  Je n’aurais probablement pas donné mon dernier cours sur les dictionnaires. Je vous aurais dit (en anglais) que je vous aime, que je veux vous enseigner oui, mais je que veux avant tout vous savoir en sécurité. 

Si j’avais su que le monde allait changer…

J’aurais profité de chaque instant encore davantage. Vous me manquez mes cocos. J’ai VRAIMENT hâte de vous retrouver. 

Madame Miss Lysiane 

P.S. Mes extraordinaires collègues aussi me manquent, ces fantastiques héros du quotidien. 

Vous avez aimé l’article de notre collaborateur/collaboratrice? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *