Alex-Anne Flambert,  Covid-19 2020,  Entraide,  Espaceprof

Une école à réparer

Image par PublicDomainPictures de Pixabay


Notre système d’éducation n’est pas parfait. J’oserais même dire qu’il est plutôt chambranlant. Il se fragilise d’année en année. Chacun cherche à réparer les fissures, mais à sa manière. On a de petits bouts de rubans adhésifs ici et là, de la colle à bâton, des diachylons… Parfois, en insistant un peu trop pour que ça colle, on crée de nouvelles fissures, on casse un gros morceau. Alors on se fâche parce que ça ne tient pas. On cherche un coupable, on accuse celui qui n’a pas utilisé le bon matériel. Il arrive aussi qu’une tempête vienne faire tomber de gros morceaux, comme le fait actuellement la pandémie.

On se retrouve alors à ramasser les pièces. Dans un coin, il y a les enseignants.es qui cherchent à faire de leur mieux avec les outils technologiques qui leur sont imposés du jour au lendemain. Dans le coin opposé se retrouvent les parents et leurs enfants qui tentent, eux aussi, de comprendre comment envoyer un travail par courriel, comment résoudre un problème de mathématique encore tout nouveau, comment accorder le participe passé avec avoir. Dans un autre coin, on fait face à la populace. À monsieur et madame Tout le monde qui sait tout et qui a tout vécu, qui donne mille conseils en se disant que c’est « don ben évident » que la bonne solution est entre leurs mains. Dans le dernier coin, nos ministres. Ceux qui donnent des informations au compte-gouttes, qui tentent de faire avec de nouvelles données chaque heure, chaque jour. Qui espèrent prendre la bonne décision, celle qui plaira au plus grand nombre.

On fait tous et toutes de notre mieux. On observe le système de notre petite parcelle de terrain, on utilise les outils qu’on a en mains. Certains outils sont désuets, certains propriétaires ne savent pas comment les utiliser adéquatement. Certaines personnes ont la possibilité d’investir dans des pièces ultramodernes, alors que d’autres se battent pour réparer ce qu’ils possèdent déjà. Et tout ça, chacun de son côté.

Et si on mettait tous nos outils au milieu? Que chacun quittait son coin pour se rassembler? Et si on essayait de s’entendre au lieu de se critiquer? Et si on continuait d’essayer de réparer au lieu de regarder les fissures qui se sont ajoutées?

Vous avez aimé le billet de notre collaborateur/collaboratrice? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *