Covid-19 2020,  Espaceprof,  Marie-Claude Pilote

Vivre la précarité en presque fin de parcours

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Marie-Claude Pilote Espaceprof

Marie-Claude Pilote

Enseignante au secondaire


L’année scolaire tire à sa fin et j’étais à mille lieues de me douter qu’elle se déroulerait de la sorte. On se souvient qu’en octobre dernier,  j’ai quitté une permanence dans une école privée après 15 ans dans cet établissement pour me lancer dans le vide avec un contrat en poche pour le PEI.

Mon expérience a été plus qu’enrichissante. Je me suis réinventée (mot à la mode en temps de pandémie), j’ai fait de formidables rencontres et est arrivé ce que l’on sait en mars.

Comme beaucoup, je n’ai pas attendu les directives ministérielles pour continuer à faire ce que je sais faire de mieux: enseigner. Les façons de faire étaient différentes, mais je peux dire que j’ai réussi à garder mes élèves motivés et “présents” jusqu’à la fin.

En devenant précaire ( après 23 ans d’enseignement), je vis ce que plusieurs ont vécu avant moi: l’incertitude. Je serai dans les dernières à pouvoir choisir ma tâche pour la prochaine année. Oui c’est insécurisant, oui c’est stressant. Beaucoup me disent: “T’en fais pas. On est en pénurie, c’est sûr que tu vas avoir quelque chose”. Je le sais que vous avez raison, mais….

Il y a quelques jours, je me suis demandé si tout ce changement en avait valu la peine. La réponse? Oui! Fois mille. Est-ce que je regrette ma décision? Pas une fois j’ai regretté.

Me reste à ce qu’on se souhaite de bonnes et belles vacances et je vous donne de mes nouvelles à la rentrée…..qui sera on sait pas comment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *