Apprentissage,  Espaceprof,  Goldrick Noel,  Pédagogie

La pensée critique : un atout pour le monde de demain

Image par James Bong de Pixabay

Goldrick Noel

Enseignant au primaire


Il fut un temps où les gens se disaient plus influencés par les bulletins de nouvelles que par leur entourage. À un point tel que certaines personnes boudaient ces rendez-vous de fin de soirée en disant que ça ne servait qu’à propager de mauvaises nouvelles et que ça gâchait leur humeur. Maintenant que les médias sociaux prennent de plus en plus de place, ce sont de multiples plateformes qui sont pointées du doigt. Les nouvelles sont donc devenues beaucoup plus accessibles, mais elles sont aussi transmises par de plus en plus de personnes qui filtrent l’information en se basant sur leurs valeurs personnelles.

L’école sert aussi à préparer les élèves à ce genre de situation. Quand on se retrouve devant deux informations contradictoires, on finit inévitablement par faire un choix en accordant plus de crédibilité à l’une qu’à l’autre. Devant un choix, la première stratégie qu’un enfant développe est celle de copier ses parents. Plus tard, ce sera de copier ses amis, ses idoles, les influenceurs. Pour pousser les élèves à réfléchir au lieu de copier, l’école cherche à développer des stratégies qui se rapprochent de l’autonomie. Une de ces stratégies est la pensée critique et voici quelques suggestions pour développer celle de vos élèves.

Prenez congé de vos élèves

Donnez-leur un travail à faire en classe sur une notion que vous voulez consolider et dites-leur qu’ils ne peuvent pas vous poser de question, mais qu’ils peuvent aller voir leur camarade de classe. Bien sûr, ce ne sera pas un vrai congé, car vous devrez circuler dans les rangées pour montrer aux plus résistants les bienfaits du travail d’équipe et montrer aux trop enthousiastes que leur rôle est d’aider les autres et non de leur donner les réponses ! Par cet exercice, l’élève analyse les conseils qu’il reçoit et se fait une idée sur l’opinion des autres.

Évitez-vous aussi de donner les réponses

Mes deux questions favorites sont : « Que cherches-tu à faire ? » et « Quelle est la stratégie que nous avons apprise ? ». Lorsque l’élève donne ses réponses, demandez-lui de dire pourquoi il pense que c’est la bonne réponse ou d’expliquer sa démarche. Une fois la réponse trouvée, rappelez-lui qu’il est capable de se poser les mêmes questions sans votre intervention, car vous ne lui avez pas donné de réponse. L’objectif est d’enseigner une stratégie pour réfléchir à un problème et d’y ajouter un peu de confiance en soi.

Les situations de la vie courante

Discutez en grand groupe de problèmes de la vie courante et réfléchissez ensemble à comment les résoudre. Vous pouvez-vous même faire comme s’il vous venait en aide ! Par exemple, montrez-leur les activités et les leçons à l’horaire pour la semaine prochaine et demandez-leur de vous aider à organiser votre horaire. Par la suite, ce sera à eux d’organiser leur horaire de devoirs et de leçons. À travers cette activité, on développe la capacité de planifier et de faire des choix en se basant sur nos priorités. Les situations qui ont plus qu’une seule solution sont aussi pertinentes comme dans l’exercice des dilemmes moraux.

Si une lecture plus approfondie vous intéresse, je vous recommande cet article d’École Branchée qui parle du lien qui existe entre l’esprit critique, le jugement critique et la pensée critique.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.