• Climat de classe,  Gestion de classe,  Goldrick Noel,  Lien affectif,  Motivation,  Pédagogie

    Des bâtons de popsicle équitables

    Image par Debbie Miller de Pixabay

    Goldrick Noel

    Enseignant au primaire


    Non, cet article ne traitera pas des bâtons de popsicle équitables au même sens que le café équitable! J’ai utilisé cette expression pour parler d’équité dans la classe.

    L’équité dans la classe est ce que nous faisons afin de permettre à tout le monde de vivre des succès. Quand on traite tout le monde de la même manière, on parle d’égalité. L’équité c’est rendre la réussite accessible à tous.

  • Alexandra Coutlée,  Climat de classe,  Pédagogie

    L’image de marque de votre classe

    Image par chenspec de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Le super Tony Vincent de Learning in Hand, enseignant et blogueur, a partagé, au mois de juin dernier, une idée particulièrement intéressante: créer une marque à l’effigie de votre groupe classe. Je ne parle pas ici de ventes ou de marketing, je vous rassure, mais de prendre les principes gagnants d’une marque, d’une équipe, d’une fierté d’appartenir à un groupe et de les appliquer à la classe. Voici comment il a fonctionné :

    Tout d’abord, il a commencé sa première semaine de classe en mode “En construction”. Son objectif avec les élèves: trouver un nom, un logo et un slogan pour sa classe. Les élèves ont donc dû apprendre à se connaître, à échanger et à partager leurs idées. Car bien sûr, la décision finale revient au groupe et doit faire consensus.

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Lien affectif

    Le nom des élèves

    Image par BRRT de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Mon nom de famille a toujours été mal prononcé. Mon prénom ça va, mais mon nom de famille, ouf… Je vois le moment d’hésitation, voire de panique dans les yeux des gens qui doivent lire mon nom de famille lorsqu’on prend les présences pour une activité ou que c’est mon tour pour une prise de sang. Coulté, Cloutée,Cloutier… je les ai pas mal toutes entendues, les variations possibles. Et lorsque je suis entrée au cégep en anglais, j’ai eu droit à la version langue seconde de mon nom…malmené.

    Je m’y suis habituée et maintenant, ça me fait sourire. Je prends souvent les devants, juste au moment où je vois l’hésitation dans les yeux d’une personne. Et on me demande toujours par la suite: ça vient d’où. Ça me vient de mes parents, de mon père, du Québec… je n’ai pas une histoire bien spéciale à raconter sur la provenance de mon nom. Même si aujourd’hui ça fait partie de moi que ce nom mal prononcé, je me souviens à quel point la prise de présences à l’école, surtout à l’adolescence, me dérangeait. Par chance, on ne s’est pas moqué de mon nom et ce n’est pas les railleries des collègues de classe qui m’ont dérangée, mais ce moment devant tout le monde où mon nom allait être mal prononcé… et que dire des enseignants qui, même après avoir passé l’année avec moi, n’étaient toujours pas capables de prononcer mon nom comme il faut. Disons que je ne sentais pas un lien bien fort avec eux!