• communauté d'enseignants
    Alexandra Coutlée,  Espaceprof

    Pourquoi Espaceprof?

    Nous voulons garder nos enseignants en poste et heureux d’y être!

    Espaceprof a pour objectif d’offrir des solutions afin d’assurer le bien-être des enseignants. C’est par l’entremise de ressources en ligne, de rencontres et de formations qu’Espaceprof souhaite soutenir la profession enseignante et contribuer à motiver les enseignants et inciter de futurs enseignants à se joindre à la profession. Espaceprof souhaite que le métier d’enseignant soit passionnant, motivant et invitant!

  • Alexandra Coutlée,  Décrocher,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Santé mentale,  Santé Physique

    Faire de son sommeil une priorité

    Image par Selling of my photos with StockAgencies is not permitted de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice, conseillère pédagogique en intégration du numérique au primaire et au secondaire


    Être enseignant, c’est exigent. Je rencontre régulièrement des enseignants qui me disent être fatigués et épuisés. J’ai moi-même brûlé la chandelle par les deux bouts bien souvent… et je le fais encore trop à mon goût. Parfois, c’est des situations de vie qui font qu’on est épuisé et qu’on ne dort pas assez. Lorsqu’un enfant est malade, qu’on vit une séparation ou qu’on prend soin d’un parent malade, le manque de sommeil est souvent hors de notre contrôle. Par contre, parfois, il semble que ce soit nous qui ne nous priorisons pas assez. “J’ai corrigé tous les examens de mes élèves en une soirée… j’ai fini à une heure du matin. Je voulais leur rendre rapidement”, une phrase que j’ai souvent entendue. Quand ce n’est pas la correction, c’est la plastification de cartes à tâches ou la préparation d’une collation spéciale pour les élèves pour la Saint-Valentin! 

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Gabriel Gaudreault,  Motivation

    Enseigner au professionnel : du génie ou de la folie ?

    Image par thumprchgo de Pixabay

    Gabriel Gaudreault Espaceprof

    Gabriel Gaudreault

    Enseignant en formation professionnelle


    La profession enseignante n’en est pas à son époque la plus glorieuse. Alors qu’on tente de vanter son apport important dans la vie de bien des jeunes, on semble encore éprouver du mal avec la rétention de nos bons enseignants. La plupart des enseignants vous le diront sans problème, on ne fait pas ce métier pour la paie. Quand on s’engage dans cette voie, c’est parce qu’on porte en nous le désir profond de changer des vies, de travailler pour quelque chose de bien plus grand que notre petite personne. Or, comment cette réalité s’applique-t-elle en formation professionnelle ? Vous savez bien, ce mouton noir de l’éducation qu’on a souvent tendance à oublier.

  • Enseignement positif,  Entraide,  Espaceprof,  Nadia Bélanger

    Avec les collègues: attention à la compétition!

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    Nadia Bélanger Espaceprof

    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Dans un milieu comme l’enseignement, il peut arriver un moment où on se sent en compétition vis-à-vis nos collègues. Parce qu’un de nos collègues a de très bonnes relations avec tous ses élèves. Parce qu’un de nos collègues fait toujours des projets hyper stimulants avec les élèves. Parce qu’un de nos collègues a toujours les bons conseils.

    Pourquoi cacher vos faiblesses au lieu de les surmonter?

    Imaginez si tous les enseignants avaient les mêmes forces et faiblesses, ce ne serait pas la situation idéale pour la réussite et la motivation des élèves! Rappelez-vous que si un collègue est apprécié pour sa relation avec ses élèves, vous l’êtes sans doute autant par rapport à une autre force comme la gestion de classe ou la maîtrise de votre matière. Les élèves sont aussi tous différents et ils n’apprécient pas les mêmes forces chez leurs enseignants. Toutefois, les élèves, comme les collègues, ont souvent une perception négative des enseignants qui n’ont jamais travaillé sur eux-mêmes.

  • Alex-Anne Flambert,  Lâcher prise,  Passion,  Santé mentale

    Quitter pour un congé de maternité

    Image par alessandraamendess de Pixabay

    Alex-Anne Flambert Espaceprof

    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire


    Je viens de terminer ma première semaine de congé de maternité. Bien que j’ai passé celle-ci avec un bon rhume, j’ai – presque complètement – réussi à décrocher de tout ce qui était scolaire. En fin d’étape, je dois dire que j’en suis plutôt fière! Avant de partir, mes notes étaient entrées, mes commentaires étaient faits et mes adieux avaient été envoyés aux parents. Je pouvais donc partir la tête vide! Ou presque…

    Les semaines qui ont précédé mon départ, je recevais chaque jour la même question : « As-tu hâte, il n’en reste pas long! » Eh bien, non, je n’avais pas si hâte. Oui, j’étais fatiguée et j’attendais avec impatience le moment où je pourrais me lever sans cadran, mais j’angoissais à l’idée de quitter ma routine et mes élèves. Même si j’arrivais chaque matin un peu plus épuisée et moins motivée que la veille, dès que je mettais les pieds dans ma classe, que je me retrouvais aux côtés de mes élèves, j’étais revigorée.

  • Espaceprof,  Marie-Claude Pilote,  relation d'aide,  Santé mentale

    La convocation en réunion que tu ne veux jamais avoir

    Image par S. Hermann & F. Richter de Pixabay

    Marie-Claude Pilote Espaceprof

    Marie-Claude Pilote

    Enseignante au secondaire


    C’était un lundi. En 2012. Un p’tit lundi de début de février. La journée avait été bizarre. Un collègue prof de français était absent, mais tout le personnel trouvait curieux qu’il n’ait pas pris la peine de le signaler. Aucun appel le matin, pas de travail pour ses élèves….

    En fin de journée, on reçoit une convocation à une réunion extraordinaire obligatoire pour tous et c’est là que l’onde de choc traverse la salle. Notre collègue s’est enlevé la vie la veille. Dans mon cas, ce collègue était un ami. Un super prof que les élèves adoraient. Après la peine ressentie, on se met en mode action: Que s’est-il passé ? Comment se fait-il que je n’aie rien vu venir ? Comment les élèves vont-ils réagir à cette nouvelle atroce ? Est-ce que la journée du lendemain se déroulera comme d’habitude ?

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Portraits d'enseignants

    Portrait d’enseignant: Lucie Vandal

    Portrait d'enseignant Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Lucie est enseignante au secondaire depuis plus de 27 ans déjà. Elle y enseigne le français et l’éducation à la sexualité. Après un DEC en sciences pures et un détour en art dramatique, elle s’est retrouvée, bien heureuse, en enseignement du français au secondaire. L’enseignement et sa matière réunissaient ses passions, soit l’art, le théâtre, la prise de parole et la transmission de savoir.

    Elle apprécie les petits moments de bonheur en enseignement, comme chaque fois qu’elle rencontre un ancien élève et que celle-ci ou celui-ci lui dit se souvenir d’un moment précis où elle a dit ou fait quelque chose qui l’a marqué(e). Et ces moments sont souvent bien au-delà des règles grammaticales.

  • Climat de classe,  Espaceprof,  Gestion de classe,  Valérie Harnois

    Facile ou difficile?

    Image par congerdesign de Pixabay

    Valérie Harnois Espaceprof

    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    « Je vous laisse quelques exercices faciles en devoir.

    Ne soyez pas inquiets, ça va vous prendre quelques minutes seulement. »

    Nous sommes nombreux à accompagner nos consignes de mots encourageants pour les élèves. Ces commentaires sont tous dans le but d’augmenter la participation de nos élèves pour qu’ils aient la pratique nécessaire afin de réussir. Combien de fois avons-nous encouragé des élèves en leur disant que la tâche était facile? Ou que c’est difficile, mais qu’ils peuvent y arriver? La question que je me permet de vous poser aujourd’hui est : est-ce que ce genre de commentaire est aidant? Regardons-les de plus près. 

    Quand je dis « C’est facile », mon intention en envoyant ce message est que je veux que les élèves complètent le devoir et qu’ils ne le voient pas comme une grosse montagne parce que si c’est le cas, ils risquent de ne pas le faire. Mais est-ce que c’est vraiment le but que mon intervention atteindra?

  • Alex-Anne Flambert,  Lâcher prise,  Organisation,  Santé mentale

    La classe du voisin est toujours mieux décorée que la nôtre

    Image par Shannon Anderson de Pixabay

    Alex-Anne Flambert Espaceprof

    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire


    Instagram, Facebook, YouTube, les réseaux sociaux font partie du quotidien de la majorité d’entre nous. Autant répétons-nous à nos élèves et à nos enfants que ce qu’on y voit est loin de représenter la réalité, autant il est difficile, lorsqu’on est enseignant.e, d’appliquer nos propres conseils. Les créateurs de contenu se faisant de plus en plus nombreux (et je m’inclus dans ceux-ci!), il est parfois ardu de ne pas se sentir submergé face à tous ces comptes de profs à l’esprit créatif. 

    Toujours plus de matériel 

    Avez-vous déjà pris le temps de fouiner un peu sur Instagram afin de voir combien d’enseignants.es y partageaient leurs cartes à tâches, leurs documents colorés ou leur classe décorée comme un sapin de Noël? Bien que toutes ces images soient inspirantes, il vient des moments où, lorsque je vois tout cela et que je me compare, je ne fais qu’angoisser. Mon matériel n’est pas aussi coloré que le sien! Oh, il me faut une plastifieuse, moi aussi je veux faire des cartes à tâches! Hein! Elle a déjà produit cette activité pour la fin d’année! Je dois m’y mettre si je ne veux pas refaire la même que l’année passée! 

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Portraits d'enseignants

    Portrait d’enseignant: Monia Bienvenue

    Portrait d'enseignant Espaceprof
    Image par Alexandra_Koch de Pixabay

    Alexandra Coutlée

    Alexandra Coutlée

    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire et fondatrice d’Espaceprof


    Monia est enseignante en sciences au secondaire. Une technique en chimie et biologie l’a amenée à travailler dans une école secondaire où elle est tombée en amour avec l’enseignement. Un retour aux études lui a permis de compléter un Bac en mathématique et chimie.

    Tomber en amour avec l’enseignement

    Elle est tombée en amour avec l’enseignement par amour pour ces jeunes qu’elle côtoie chaque jour. “J’aime leur compagnie, les aider à devenir le monde de demain et leur partager ma passion, les sciences”, nous confie-t-elle. Monia vit de nombreux moments positifs avec ses élèves. Les meilleurs moments sont toujours lorsqu’un élève est reconnaissant de l’avoir connue et lui fait sentir qu’il a réussi grâce au soutien et au lien de confiance qui s’est développé entre eux.

  • Alex-Anne Flambert,  Développement professionnel continu,  Espaceprof,  Nouveaux enseignants

    Le syndrome de l’imposteur chez les jeunes enseignants.es

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    Alex-Anne Flambert Espaceprof

    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire


    Avez-vous déjà ressenti cette impression de ne pas être complètement qualifié pour ce qu’on vous reconnait? De ne pas mériter les fleurs qu’on vous envoie? D’être gêné de prendre la parole, de peur qu’on ne vous juge pas suffisamment compétent? 

    En tant que jeune enseignante, je vous avouerais qu’il m’arrive souvent de me sentir ainsi. Même si j’ai toutes les qualifications pour être reconnue comme une enseignante compétente, que j’ai passé tous mes cours universitaires haut la main et que je tente le plus possible de vivre des expériences de formation continue, on dirait que le manque d’expérience sur le terrain me fait parfois sentir inférieure.