Climat de classe,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Gestion de classe

Comment préparer les premiers jours d’école?


Valérie Harnois

Enseignante au secondaire


En ce début d’année, avec tous les projets, concepts et idées que vous avez en tête, il peut être difficile de décider par où commencer. Voici donc quelques idées pour vous aider à commencer l’année en beauté. Comme vous n’aurez pas de deuxième chance de faire une bonne première impression (cliché, je sais), vaut mieux s’y préparer.

Je vous suggère quelques incontournables pour le premier cours avec vos groupes et comment vous y préparer.

À propos de vous

Présentez-vous aux élèves. Montrez-leur votre dimension humaine en parlant de vos expériences (passions, emplois, voyages, famille…) sans aller trop en détail. Il n’est pas nécessaire qu’ils connaissent le nom du chien de votre nièce. Cependant, le fait que vous adorez tout ce qui concerne les grenouilles peut être un fait intéressant à partager. Visez environ 15 minutes pour cet aspect.

À propos du cours

Présentez vos exigences pour le cours, le matériel dont ils auront besoin, quelques thèmes qui seront abordés et 2-3 règles de classes bien choisies. J’aime utiliser des règles qui englobent beaucoup. Ça permet d’adresser tous les comportements et d’éviter les arguments pointilleux. Pour ma part, je demande le respect (des gens, des exigences, du matériel, des règles de l’école…), la collaboration (participer activement au bon fonctionnement de la classe, aider au besoin…) et l’imputabilité (être responsable de ses actions, accomplir les tâches assignées…).  Choisissez donc quelques règles (pas plus de 4), présentez-les et soutenez-les avec des exemples et contre-exemples. Annoncez vos périodes de récupération (si vous les connaissez) et demandez aux élèves de les prendre en note dans l’agenda. Il est aussi possible de clarifier l’utilité de celles-ci (par exemple : les récupérations servent à terminer des travaux, à aider sur des concepts spécifiques, à se faire expliquer individuellement les difficultés rencontrées dans un examen, pas un jeu ni un lieu où flâner…). Vous pouvez accompagner cette présentation d’un plan de cours qui y décrira vos exigences et qui pourra être envoyée à la maison.

À propos des élèves

Planifiez une petite activité afin d’en connaître plus sur votre groupe. Ça peut être un tour de table où les élèves répondent à quelques questions, un sondage, un court texte, un jeu-questionnaire, une lecture sur laquelle ils réfléchiront… ce n’est pas les idées qui manquent. Dans la mesure du possible, choisissez une activité en lien avec la matière enseignée. En faisant une recherche sur Internet avec les mots clés activité brise-glace secondaire et votre matière, vous trouverez une panoplie de suggestions. À vous de choisir ce qui vous convient. Gardez aussi en tête que pour le groupe que vous voyez pour la première fois lors de la deuxième ou troisième journée de classe, et plus particulièrement si ce sont des groupes fermés, les élèves se sont déjà présentés dans au moins quatre cours. Si vous choisissez un tour de table, soyez créatifs dans vos questions (mon plan B dans la vie est ___ parce que___, si j’étais un personnage historique je serais ___ parce que ___, si je pouvais retourner dans le temps j’irais en ___ pour ___…)

Commencer l’enseignement

Une fois ces étapes terminées, il est temps de commencer la matière. Choisissez des activités où une rétroaction rapide est possible. Cet aspect est important pour plusieurs raisons. La première étant qu’une rentrée scolaire, c’est épuisant. Vous serez fatigués et c’est normal. Afin de ne pas vous surcharger, éviter les grosses corrections à apporter à la maison. Préférez des corrections qui peuvent se faire en groupe ou celles qui se font rapidement. Les élèves, tout comme vous, bénéficieront de savoir rapidement en début d’année où ils se situent par rapport à vos exigences. Aussi, à la fin septembre, vous devrez envoyer un commentaire sur la situation de chaque élève. Cette date butoir arrive habituellement beaucoup plus rapidement que ce qu’on voudrait. Vous devez donc avoir des traces de travaux d’élèves. Ces traces ne doivent pas nécessairement être utilisées pour le bulletin, mais doivent être récoltées. Cette activité vous le permettra. Aussi, cette étape vous permettra de mieux connaître vos élèves, leurs forces et faiblesses, et de mieux planifier votre enseignement. Si vous avez un manuel ou un cahier d’exercices, regardez le premier chapitre, il est souvent adapté à ces exigences. 

La gestion de classe

Tout comme l’enseignement, la gestion de classe se planifie. Le début d’année est un moment critique à cet effet puisque les élèves vous observeront (et testeront) afin de connaître vos limites. Une fois les règles expliquées, il faut maintenant planifier comment les faire respecter. Plus vous serez cohérent dans vos exigences et leurs applications, plus facile sera votre gestion de classe. Gardez donc en tête une série d’interventions possibles avec une gradation d’intensité. Voici quelques suggestions présentées en respectant cette gradation :

  • Circulez. Ayez les élèves à l’œil en tout temps. Vous apprendrez à les connaître, serez disponible pour les aider au besoin et diminuerez les écarts de comportement.
  • Créez un lien. Accueillez les élèves à la porte en les saluant individuellement. Ensuite, votre plan de classe en main, adressez les élèves par leurs noms. Interagissez avec eux de façon positive quand c’est possible. Gardez en tête que féliciter un élève qui est à son affaire a autant (sinon plus) d’effet que de reprendre un élève qui n’est pas à son affaire. Souriez, soyez à leur écoute et attentif.
  • Humour. Un prof drôle est toujours plus intéressant à écouter. Si vous avez un côté humoristique, n’hésitez pas à l’utiliser. Oui, les blagues, ça se planifie et ça se réutilise d’un groupe à l’autre. Évitez cependant le sarcasme et les blagues aux dépens des autres.
  • En cas de comportement déviant, commencez par des interventions subtiles. Regardez-le, faites un geste pour démontrer ce qui est attendu de lui (si possible), approchez-vous de l’élève, validez sa compréhension, offrez de l’aide pour la tâche, touchez le bureau ou l’endroit sur la feuille où l’élève devrait porter son attention (sans toucher l’élève), félicitez un élève à proximité pour son assiduité (Super! Tu as trouvé toutes les composantes du numéro 3). Félicitez ensuite l’élève qui se sera mis à la tâche.
  • Mettre l’accent sur le comportement en formulant de manière positive. Lors de vos interventions, il est utile de dépersonnaliser le tout et de formuler votre demande de façon positive. Par exemple : «  tes commentaires dérangent ceux qui essaient de se concentrer. Retourne à ta lecture s’il te plaît. » L’intervention est donc au niveau des commentaires et non de l’élève personnellement. De plus, l’élève a une indication claire de quoi faire. Ce type d’intervention est plus efficace que « tu déranges les élèves avec tes commentaires. Arrête de parler et fais ton travail. »
  • Évitez le spectacle. Si vous vous obstinez avec un élève, vous aurez une audience qui prendra note de votre réaction et de qui a gagné. Même si vous remportez ce match, le groupe aura été distrait et vous devrez les remettre à la tâche. Reportez donc la discussion à la pause ou offrez à l’élève de discuter avec vous dans le corridor. En cas de refus, éloignez-vous en indiquant que vous discuterez seulement au moment indiqué. 
  • Discussion individuelle. Il est important de régler les écarts de comportement avec les élèves. Il est parfois plus productif de le faire une fois l’élève calme. Discutez avec lui des évènements et des attentes en les nommant clairement. Trouvez une solution afin que ça ne se reproduise plus. 
  • La limite. Il est important d’avoir en tête une limite claire qui vous indique quand envoyer un élève chercher de l’aide ou exclure un élève de la classe. Habituellement, cette limite se situe au moment où le comportement d’élève(s) vous empêche d’enseigner ou empêche les autres élèves d’apprendre. 

Aussi, en cette rentrée, vous rencontrerez beaucoup de nouveaux collègues, certains avec qui vous aurez plus d’affinités que d’autres. Il est cependant important de choisir avec qui vous voudrez discuter des problématiques et vers qui vous vous tournerez pour du support. Certains collègues ont plusieurs solutions à proposer pour chaque difficulté rencontrée. Ce sont les collègues avec qui vous voulez discuter quand tout ne se passe pas comme vous le voulez. D’autres trouveront plusieurs problèmes pour chaque solution proposée. Ces collègues, bien qu’ils soient bien intentionnés et agréables à côtoyer, ne devraient pas être ceux envers qui vous vous tournerez pour ces discussions. 

Une rentrée scolaire, c’est épuisant. Les premières rentrées le sont encore plus. Écoutez-vous et respectez ce que votre corps vous dit. Oui, c’est acceptable de se coucher à 20h00 un mardi soir, oui c’est une bonne idée de remettre la vaisselle au lendemain. Si votre corps vous dit que vous avez besoin de vous reposer, écoutez-le. Il est aussi possible de se donner un petit coup de pouce en portant une attention particulière au lunch préparé (non, on ne saute pas de repas en période de rentrée) et en vous préparant des repas qui sont nutritifs et qui peuvent se manger en attendant après le photocopieur (au besoin). Hydratez-vous bien (je préfère les bouteilles d’eau réutilisables transparentes avec scellement automatique). Bref, la rentrée est un marathon pour lequel il faut être bien reposé, hydraté et préparé. 

Vous avez apprécié le billet de Valérie? Ses formations Créez un climat de classe dans lequel vous aimerez travailler et La suppléance au secondaire pourraient vous intéresser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *