Espaceprof,  Gestion du temps,  Organisation

La communication avec les parents

Image par tjevans de Pixabay

Valérie Harnois

Enseignante au secondaire


Nous le savons tous, elle est primordiale, et les parents sont d’un soutien irremplaçable pour nos jeunes et leur réussite scolaire. Dans un monde idéal, je pourrais communiquer avec les parents de mes élèves deux ou trois fois par mois pour les tenir au courant de ce qui se passe dans la classe, du cheminement de leur enfant et pour régler chaque petite difficulté dès qu’elle se pointe le bout du nez. 

La réalité

La réalité est cependant différente. En tant qu’enseignante d’anglais au secondaire, j’enseigne à six groupes par année. Si nous comptons 30 élèves par groupes, ça en fait environ 180. C’est beaucoup de monde ça! C’est donc impensable de communiquer avec chaque parent individuellement. Pire encore, avant la fin de la première étape, je connais rarement tous mes élèves. Pour ma part, au début d’octobre, je connais les élèves dérangeants, les élèves à plan d’intervention, les élèves qui ont des difficultés et les élèves qui participent beaucoup. Les autres, je ne les connaitrai pas avant le début novembre. Dans ce contexte, il est difficile de même savoir quoi dire à chaque parent. 

Depuis quelques années, j’ai cependant pris une habitude qui me permet de maintenir un lien avec les parents, de faire un suivi avec les élèves, même si je ne les connais pas tous, et le tout sans ajouter à ma tâche. Je partage donc ma recette avec vous. 

Le truc

Par le passé, quand je remettais un travail avec note, correction, grille d’évaluation et annotation, beaucoup d’élèves regardaient la note et rangeaient le document. Beaucoup ne portaient même pas attention à leurs erreurs, et ce, même si je le demandais explicitement et que j’avais passé plusieurs heures à effectuer une correction annotée. Maintenant, quand je remets ce type de correction, je leur dis qu’ils devront expliquer leurs erreurs à leurs parents parce que j’informerai les parents de cette correction. Cette simple consigne a un double bénéfice. Premièrement, la majorité va regarder les annotations du document et certains vont aussi poser des questions afin de comprendre leurs erreurs. Deuxièmement, les parents n’auront pas seulement un résultat à regarder, mais bien un document entier avec une grille d’évaluation permettant de connaître les attentes.

Avec la magie de la technologie et les listes d’envoi de courriels, je prépare donc un courriel aux parents pour chaque niveau. Cette année, comme j’ai deux niveaux, j’ai préparé deux courriels qui ont rejoint plus de 250 parents. 

Les courriels envoyés avaient 3 objectifs détaillés. Au début, j’informais les parents d’où nous sommes rendus en classe (thème, projet, type de travail et évaluation à venir). Ensuite, je leur indiquais que j’avais remis à leur enfant des travaux corrigés, en spécifiant les noms des travaux et les compétences visées. Sur les travaux se retrouve une liste des éléments à travailler et à améliorer pour augmenter les résultats, la grille d’évaluation et la note. Bien que les travaux ne comptent pas, ils sont une bonne source d’information d’où se situe l’élève en ce début d’année par rapport aux nouvelles exigences du niveau. Le troisième objectif du courriel est de créer un premier contact avec les parents et de leur indiquer que je suis disponible par courriel. 

Cette communication permet donc aux parents d’avoir mon adresse courriel et, souvent, les met en confiance, voyant le partage d’informations. Elle me permet aussi de rentabiliser la correction faite en m’assurant que les élèves la réviseront. C’est aussi un suivi plus précis qu’une simple note ou message préenregistré du bulletin inter-étape. Les parents voient non seulement le résultat, mais aussi la justification de ce dernier, ce qui peut les rendre plus efficaces dans le suivi des travaux de leurs enfants. 

Étant enseignante d’anglais, je m’assure, dans la mesure du possible, de faire corriger mes courriels avant de les envoyer. Aussi, j’inscris les adresses courriel dans la section cci des adresses courriel afin que les adresses des parents ne soient pas visibles et restent privées. 

Remplacer l’inter-étape?

Considérant nos obligations de communication avec les parents dans le cas d’élèves en difficulté, j’utilise cette forme de communication en lieu et place des bulletins inter-étape (l’exception de celui d’octobre à cause de la mention obligatoire du commentaire comportemental). De cette façon, je ne dédouble pas le travail à faire. Comme je fais la correction de toute façon, tout ce qui me reste à faire est d’informer le parent de son existence, le reste se fait tout seul. De plus, le suivi est beaucoup plus précis, concret et pertinent pour le parent. Pourquoi ne pas vous informer si vos normes et modalités vous permettent une telle communication? L’inter-étape pourrait devenir un seul courriel!

Vous avez apprécié le billet de Valérie? Ses formations Créez un climat de classe dans lequel vous aimerez travailler et La suppléance au secondaire pourraient vous intéresser!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *