Alexandra Coutlée,  Covid-19 2020,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Pédagogie

Le doute

Image by Fernando Prado from Pixabay

Alexandra Coutlée Espaceprof

Alexandra Coutlée

Fondatrice et collaboratrice
Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


Je vais vous dire un secret… tous les enseignants ont des doutes. Chaque fois qu’ils proposent quelque chose aux élèves, ils ont des doutes. Qu’ils soient au début de leur carrière ou à la fin, faire quelque chose de nouveau vient avec des doutes. Parfois même, ces doutes paralysent et nous empêchent de nous lancer. On retombe donc facilement dans ce qui est familier, dans ce qui fonctionne depuis toujours. 

Le doute en début de carrière… ou en tout temps !

Au début de ma carrière en enseignement, je suivais les collègues. Si j’enseignais un niveau avec une autre enseignante, je suivais ce qu’elle faisait en classe. Il n’y a rien de mal à ça. Après tout, les premières années, on en a pas mal dans notre assiette. Mais je me suis vite rendu compte que j’avais envie d’essayer de nouvelles choses… envie de mettre ma couleur dans ma classe et dans mes projets. Et on n’a pas besoin d’être nouvellement enseignant pour avoir envie d’essayer quelque chose de nouveau. L’année scolaire 2019-2020 et son enseignement à distance nous a tous forcés à nous lancer dans de nouvelles façons de faire.

L’insécurité

Se lancer dans un nouveau projet vient avec une bonne dose de doute… et d’insécurité. Mais c’est aussi comme ça qu’on découvre non seulement notre personnalité d’enseignant, mais qu’on découvre nos élèves. Parce qu’en plus de devoir combattre le doute, il faut parfois même essayer à nouveau après un échec. Ce projet de roman qui n’a pas fonctionné cette année pourrait fonctionner avec un autre groupe ou être modifié et essayé de nouveau (avec encore des doutes qui nous rongent…).

Nos doutes seront peut-être fondés. Nous étions certains que ça ne fonctionnerait pas… et nous avions raison. Alors on retourne à notre cahier d’exercices sécuritaire? Et bien non. On met en pratique ce qu’on dit aux élèves: on apprend de nos erreurs, on corrige… et on recommence. Que ce soit un nouveau roman, un nouveau projet, un nouvel outil techno… on se lance ! Il ne faut pas que nos doutes et notre insécurité nous empêchent d’innover, de faire autrement. 

Les élèves sont souvent nos meilleurs alliés lors d’essais de nouvelles choses. Pourquoi ne pas être transparent et leur dire qu’on tente quelque chose, qu’on a des doutes, mais qu’on aimerait essayer quand même avec leur aide? On leur demande de la rétroaction pour ajuster le projet et on apprend. Quelle est la pire chose qui pourrait arriver? Que ça ne fonctionne pas. On en rit et on passe à autre chose. On a appris de l’expérience. Mais nous avons alors été un très bon modèle pour les élèves: se lancer et essayer des choses, ce n’est pas si pire que ça 🙂 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *