Covid-19 2020,  Espaceprof,  Nadia Bélanger,  relation d'aide,  Santé mentale

Les ados ne sont pas des adultes

Image par Kathy Bugajsky de Pixabay

Nadia Bélanger Espaceprof

Nadia Bélanger

Enseignante au secondaire


En ce temps de grand confinement, j’ai lu beaucoup de commentaires sur nos adolescents. Sommes-nous portés à les juger trop rapidement? Avons-nous parfois comme attentes qu’ils se comportent comme des adultes?

François Hertel a dit un jour: «Rien de plus terrible, quand on a été un enfant de talent, de n’être plus qu’un adolescent qui se cherche.»

Et quel contexte difficile en ce moment pour se trouver! Comment se sentent-ils? Comment vivent-ils ce confinement? Est-ce qu’ils en parlent vraiment? Est-ce qu’ils le savent eux-mêmes? Une chose est certaine, nous ne sommes pas dans leur tête et leur coeur. Et nous sommes encore moins dans leur maison. Est-ce que les deux parents ont recommencé à travailler? Quelle est l’ambiance familiale? Y a-t-il de la violence verbale ou psychologique? Sont-ils bien supportés? 

École à distance et santé mentale

Beaucoup d’entre-eux travaillent actuellement dans les services essentiels. Et c’est peut-être ça qui les sauve actuellement d’éventuels problèmes de santé mentale, le fait de travailler. Parce qu’on se le cachera pas, placer quelqu’un qui se cherche, qui se pose des questions sur lui et sur sa vie, en isolement, sans contacts avec les autres, c’est à rendre malade!

L’école va reprendre à distance pour nos ados. Comment se sentent-ils face à cette décision? Comment vont-ils vivre cela? Ils vont devoir s’isoler pendant des heures par semaine, à faire leurs travaux. Ne me dites pas qu’ils peuvent appeler leurs amis pour collaborer. Quoi de pire que le sentiment de solitude derrière l’écran. 

Nos ados n’ont jamais été aussi seuls qu’en ce moment.

Il va donc falloir que les enseignants se rappellent leur mission et fassent preuve de bienveillance, car les ados ne sont pas des adultes. S’attendre à ce qu’ils se responsabilisent et soient parfaitement autonomes dans cette école à distance serait une attente déraisonnable.

Les enseignants doivent garder en tête que l’important, c’est que l’élève fasse des apprentissages, pas qu’il soit évalué. Les enseignants doivent se rappeler leur rôle principal, qui est de guider l’élève, l’accompagner, lui offrir son support…et non pas de le sanctionner. 

Après ce confinement, les élèves et leurs parents garderont en mémoire les échanges qu’ils auront entretenus avec les enseignants. D’où l’importance de leur montrer encore une fois comment les enseignants peuvent faire preuve d’écoute, de patience, d’ouverture, de flexibilité, de bienveillance: n’est-ce pas là les plus beaux savoir-être à enseigner en ce temps de pandémie? Les enseignants sont des modèles pour beaucoup d’élèves, après tout. Enfin, la collaboration élève-parent-enseignant sera essentielle. Les enseignants devront ainsi faire attention à choisir les bons mots pour entretenir une collaboration saine, non conflictuelle.

Prenons soin de nos adolescents à travers nos mots et nos comportements. 

En tant qu’enseignants, demandons-nous: qu’est-ce que je veux que mes élèves retiennent pendant les prochains mois?

Au delà de certaines connaissances, j’aimerais qu’ils retiennent que les enseignants sont les êtres humains par excellence pour en soutenir d’autres.

Vous avez aimé le billet de notre collaborateur/collaboratrice? Consultez sa page pour voir ses autres publications!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *