• Décrocher,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise

    L’enseignant en voyage


    Alexandra Coutlée

    Enseignante au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    Les voyages font partie de ma vie depuis plusieurs années. Que ce soit de découvrir une ville tout près de chez moi ou de partir loin, j’aime m’évader et vivre autre chose que mon quotidien. Explorer des musées, l’histoire d’autres régions ou pays, m’imprégner de la beauté de tous les paysages possibles m’aide à décrocher. J’ai remarqué que ces voyages m’apporte beaucoup également en tant qu’enseignante. Ces voyages sont des références culturelles, des anecdotes et même des idées de futurs projets pour mes élèves. 

    Les voyages en classe

    La visite de différents endroits m’a permis d’enrichir plusieurs discussions en classe et d’ouvrir ma classe à diverses cultures. J’aime rapporter des objets qui décorent ma classe et démarrent des conversations avec les élèves. J’aime afficher des photos prises lors de mes voyages. À plusieurs reprises, ces photos et objets ont aidé à tisser des liens avec mes élèves. Je me souviens d’un élève avec qui c’était particulièrement difficile et qui semblait fermé à toutes mes interventions. À la fin d’un cours, cet élève est resté après la cloche. Il voulait me demander si une de mes photos affichées était bien une photo prise à Calgary. Il y était allé à quelques reprises pour visiter ses grands-parents qui lui manquaient beaucoup. Nous avons parlé de pistes de randonnées, de restaurants que nous avions appréciés… et il est reparti avec le sourire. Le cours suivant, la relation était tout autre. Nous avions un lien commun. Je ne vous dis pas que ça a tout réglé, mais cette conversation a aidé notre lien.

  • Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Nouveaux enseignants,  Santé mentale

    La fin d’année a été difficile!


    Elisabeth Nelson Dupré

    Enseignante au primaire et au secondaire


    Une fin d’année émotive, non pas parce que j’étais fatiguée, mais bien parce que je m’étais réellement attachée à mes cocos! J’avais une classe parfaite pour ma personnalité! Je me suis tellement investie à fond. Il faut dire que j’avais des cocos à besoins particuliers et je voulais tellement qu’ils réussissent! Je voulais tellement qu’ils soient bien dans la classe, qu’ils se sentent aimés et compris. 

    J’étais madame Élisabeth du lundi au dimanche, le jour, le soir et la fin de semaine …. J’étais madame Élisabeth! Je pensais à mes élèves tout le temps, ce que je pouvais faire pour faire une différence dans leur quotidien! Le 22 juin est finalement arrivé, beaucoup de mes élèves ont pleuré… moi aussi d’ailleurs. J’ai lu la plus belle lettre que quelqu’un m’avait écrite dans toute ma vie …. Cette lettre, c’est une petite fille de 10 ans qui me l’a écrite. J’ai dû dire au revoir à mes 22 cocos. J’ai pleuré beaucoup aussi … c’était déjà terminé! Ça avait passé si vite! Et puis je me suis retrouvée seule à la maison … en vacances… c’est là que j’ai réalisé que je m’étais perdue en chemin … j’étais devenue madame Élisabeth, juste la prof de 5e année! 

    J’ai frappé un mur en commençant mes vacances… j’ai ressenti un vide profond … qu’est-ce que j’allais faire de mes journées? De qui allais-je prendre soin? … DE MOI, d’Élisabeth Dupré, la fille passionnée qui aime lire un bon roman, qui aime cuisiner, qui aime faire du vélo… J’ai pris du temps pour moi, juste moi … Je ne m’étais pas rendu compte que je m’étais oubliée durant ces 3 derniers mois. Ce contrat fut l’une des plus belles expériences de ma vie. J’ai tellement appris de mes élèves, de mes collègues, mais aussi sur moi … J’ai appris qu’il fallait que je prenne soin de moi quoi qu’il arrive, peu importe s’il y avait 22 autres petits humains qui avaient besoin de moi, je ne devais pas m’oublier…

  • Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Gestion du temps,  Santé mentale,  Santé Physique

    Se servir de l’été pour être prêt


    Alexandra Coutlée

    Enseignante au secondaire, fondatrice d’Espaceprof


    L’été, on a du temps… enfin! Alors pourquoi ne pas prendre ce temps pour mieux gérer notre année scolaire à venir? Non, je ne vous parle pas de planifier d’avance votre année scolaire ou de préparer des examens pendant vos vacances, mais de profiter de ce moment de recul pour organiser votre routine et votre mode de fonctionnement personnel afin de vivre la prochaine année scolaire différemment.

    Voici quelques petites choses que vous pourriez faire cet été qui pourraient vous aider à mieux vivre votre prochaine année scolaire et qui m’aident personnellement à chaque été.

    L’activité physique

    Tout le monde le sait que de se tenir en forme est important. Et nul besoin de devenir monsieur ou madame muscle pour voir une différence sur notre santé mentale et physique. L’été est un moment parfait pour explorer différentes activités physiques que vous pourrez garder en place à la rentrée. Alors essayez le cours de yoga gratuit à l’école au coin de chez vous, acceptez l’invitation de votre amie pour essayer son gym ou encore mettez en place une nouvelle tradition d’aller faire une marche en famille après le repas du soir. 

  • Décrocher,  Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise

    Un été sans se ruiner


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Pour moi, l’été est une occasion de ralentir, de prendre le temps, de porter une attention plus particulière aux détails, de contempler et d’apprécier. Avec 7 semaines de vacances, je parsème les activités organisées au travers l’été et je suis toujours à la recherche d’activités peu coûteuses. J’ai répertorié ici quelques-uns de mes petits plaisirs de l’été peu dispendieux.

    Avec les enfants :

    Jeux extérieurs. Comme nous avons le temps, pourquoi ne pas les créer nous-mêmes? Internet regorge de tutoriels do-it-yourself pour des jeux d’adresse. Avec des boîtes, du bois, des bols, des tissus, de l’eau savonneuse et des bas, des ustensiles et de la colle chaude, il est possible de confectionner vos propres jeux d’adresse et d’y jouer. 

    Jeu d’eau. Même si on a une piscine à la maison, le simple fait de sortir est un évènement en soi. La majorité des villes détiennent des jeux d’eau dans leurs parcs. Ces jeux d’eau ont l’avantage de rafraîchir sans nécessiter la supervision constante d’une piscine. Pendant que les enfants y jouent, installez-vous à l’ombre pour lire ou au soleil pour avoir un meilleur teint. N’oubliez pas l’écran solaire. 

  • Enseignement positif,  Espaceprof

    Les enseignants fictifs qui nous inspirent


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice d’Espaceprof, Enseignante au secondaire


    Il y a de ces films qui nous inspirent et qui nous donnent envie d’être enseignant. Le premier film qui me vient en tête est un film que j’avais écouté lorsque j’étais au secondaire. Il s’agissait d’un film avec Michelle Pfeiffer où elle débarque dans une école d’un quartier difficile et défavorisé. Elle doit confronter de jeunes étudiants qui ont plus l’air de sortir d’un gang de rue que d’une salle de classe et bien sûr, comme dans tout bon film cliché d’enseignant, elle arrive, à la fin du film, à les inspirer. Bien que tous ces types de films soient souvent peu réalistes, il est clair qu’une idée générale revient. Ces enseignants fictifs se rendent tous compte que la matière est secondaire et que la relation avec les élèves est primordiale. 

    Ce film, c’est Esprits rebelles (Dangerous Minds, en anglais). Ce que j’avais apprécié à l’époque, c’est que cette enseignante avait su voir au-delà de l’attitude de ses élèves. Elle avait vu leurs capacités intellectuelles, mais surtout elle avait vu leur humanité, et c’est ainsi qu’elle avait transformé sa classe.  Encore aujourd’hui, lorsque j’entends la chanson Gangsta’s Paradise tirée du film, ça me donne le goût d’aller affronter un groupe difficile… bon peut-être pas tant que ça… Mais ça me fait sentir forte et courageuse en me disant que si je peux tisser des liens avec les élèves, j’y arriverai.

  • Enseignant en vacances,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Lecture

    Cinq suggestions de lecture pour décrocher cet été


    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire

    https://labibliomaniaque.wordpress.com/


    Ah, les vacances! C’est parfois difficile de mettre notre petit (ok, GROS) côté enseignant de côté une fois l’année scolaire terminée. La tête bouillonne de projets, d’améliorations, de désirs pour l’année scolaire qui suivra. Pour laisser à notre cerveau surchargé le temps de se reposer un peu, je vous suggère cinq lectures qui n’ont aucun lien avec l’école. De quoi vous faire plonger dans un monde où le rêve et l’impossible sont au rendez-vous! 

    Un roman jeunesse intelligent 

    Même si je suis une amatrice de littérature jeunesse, je souhaitais m’en éloigner un peu pour cet article afin de m’assurer que pendant votre lecture, votre cerveau passera à côté de toutes les possibilités didactiques que vous offre votre livre. Toutefois, il m’était difficile de passer par-dessus Hare Krishna de François Gilbert. Il s’agit d’un roman brillant qui fait réfléchir aux impacts de la religion ou de la foi en général sur son identité. Une lecture dont vous ne sortirez certainement pas indemne. Psssst! Le plus beau, c’est qu’il y a même un tome 2, qui est déjà sorti! 

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation

    L’école d’été


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice d’Espaceprof, enseignante au secondaire


    Ah, l’été! La plage, le camping, la lecture dans le hamac…et la correction? Eh oui, plusieurs enseignants sont en classe pendant l’été. Ils enseignent des reprises de français, de maths, d’histoire ou encore d’anglais. Pourquoi enseigner l’été et comment ça se passe? Nous avons interrogé nos collègues Espaceprof qui ont gentiment accepté de nous partager leur expérience.

    Pourquoi enseigner l’été?

    On ne se le cachera pas, la première motivation est souvent de nature financière. Lorsque l’on n’a pas de poste permanent, qu’on est à statut précaire et sans salaire pour l’été, ces quelques semaines d’enseignement d’été peuvent être une belle option. C’est parfois aussi une belle façon de travailler un peu afin d’avoir un petit surplus pour des extras comme un voyage, par exemple. C’est parfois aussi la première expérience de travail d’enseignants qui terminent leurs études en enseignement, comme ce fut le cas de Jacinthe: “Je voulais aider ces élèves-là, vraiment faire une différence. Je vais faire mon 4e été cette année en cours d’été. “ Karine, une autre enseignante à l’école d’été, ajoute:  “J’ai commencé à la troisième année de mon BAC pour avoir plus d’expérience et pour m’aider financièrement. J’ai aimé mon expérience et ça me fait penser à autre chose qu’à la rentrée.” 

  • Enseignant en vacances,  Enseignement positif

    On peut sortir le prof de la classe, mais…


    Jade Boudreau

    Étudiante en enseignement


    On va se le dire, on attendait l’été avec impatience. Les corrections, les “au revoir” et le brouhaha de fin d’année ont fait place au soleil, à la détente et à la sangria bien méritée sur le bord de la piscine . Beaucoup semblent penser que nous sommes chanceux de faire ce que nous faisons parce que nous avons deux mois de congé. Certes, mais on a bûché pendant l’année et on en a fait des heures supplémentaires. Mais ce n’est pas un article pour parler de l’année scolaire, mais bien de sa fin. Les livres de plages, les sorties entre amies et les terrasses : watch out, les profs arrivent. On oublie qu’on sort peut-être le prof de sa classe, mais la classe reste toujours dans l’esprit du prof. Avec nos enfants, nos amis et notre famille, nous allons faire des activités, mais toujours en gardant l’année suivante en tête. Voici quelques exemples :

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Lâcher prise,  Santé mentale

    Les vacances!


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice d’Espaceprof, enseignante au secondaire


    C’est enfin les vacances! Enfin du temps pour soi, du temps pour enfin se reposer, mais comme enseignant, ça vient aussi avec de la culpabilité… Est-ce qu’on décroche complètement? Ou est-ce qu’on travaille un peu… question de reprendre le dessus? Est-ce qu’on lit des romans susceptibles d’intéresser nos élèves? Ou est-ce qu’enfin, on lit le roman policier qui traîne sur notre table de chevet depuis des mois?

    Chaque année et chaque été, je vois passer sur les réseaux sociaux des commentaires du genre: “On ne pose pas de question sur le travail, on est en vacances!” Pourtant, pour plusieurs, les vacances sont également le temps de se ressourcer professionnellement, de retravailler les projets qu’on n’a pas eu le temps d’explorer ou encore de lire les romans jeunesse qu’on n’a pas eu le temps de lire et qu’on aimerait travailler avec nos élèves. Pour d’autres, c’est enfin le temps de décrocher complètement, de se ressourcer personnellement, de passer du temps avec leur famille ou avec leurs amis, de faire les activités trop souvent délaissées pendant l’année scolaire. 

  • Enseignement positif,  Espaceprof,  Motivation

    L’année scolaire; ma brioche à la cannelle.


    Valérie Harnois

    Enseignante au secondaire


    Et voilà! Les armes de guerre sont rangées. Je parle bien sûr de mes crayons rouges, bleu clair et roses (vive la diversité) qui sont confortablement dans le fond de ma boîte à l’école. C’est le temps de l’année où je me lève tard (presque 7h45 ce matin!), le moment où mon pilote automatique a une envie folle de dire à tous les jeunes que je rencontre d’enlever leur casquette, la saison où je peux prendre plus de 15 minutes pour dîner et je peux même me permettre un café de moins le matin! Les termes vacances et convalescence sont donc interchangeables dans le cas présent, surtout considérant qu’elles ne sont pas rémunérées, mais qu’on nous verse ce que nous avons accumulé. Mais peu importe! Dans ma cour, personne ne juge le verre de sangria à ma main à 11h58 l’avant-midi! En compagnie de cette sangria, c’est le temps d’un petit post-mortem. Comme je vois mon année scolaire comme une brioche à la cannelle, les premières bouchées étant parfois croustillantes, manquant de goût, trop sucré et très collant, à ce temps-ci de l’année, il ne me reste que le milieu, tout moelleux. Et les doigts collants, cette fatigue qui s’intensifie au fil des mois d’école? Ce n’est pas grave puisqu’à ce moment-ci, j’ai accepté que manger une brioche, c’est collant, mais que le milieu en vaut la peine. Ce milieu de brioche, c’est mon post-mortem que je fais à la fin de l’année. Pas ceux qu’on fait dans la salle de profs, tous exténués par le sprint de fin d’année. Je parle d’un vrai post-mortem des moments qui ont été vraiment significatifs cette année.