Alexandra Coutlée,  Enseignant connecté,  Espaceprof

Trop de choix!


Alexandra Coutlée Espaceprof

Alexandra Coutlée

Fondatrice et collaboratrice
Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire

Pour ce billet, je me suis inspirée du livre de Matt Miller qui s’intitule Tech Like a Pirate. Si vous ne connaissez pas Matt Miller et son blogue Ditch That Textbook, je vous suggère l’écoute de mon balado, La geek de service, où je parle justement de Matt, de son blogue et de ses livres.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, quand il y a trop de choix, je deviens confuse, voire anxieuse, et je ne sais plus trop quoi faire. Lorsque ma fille était petite, elle avait aussi beaucoup de difficultés lorsqu’il y avait trop de choix. Je limitais donc les choix à deux ou trois options maximum et c’était plus facile ainsi. Difficile de faire ça en tant qu’adulte. Je ne vais certainement pas demander à ma mère de limiter mes choix lorsque j’arrive pour choisir une série sur Netflix! J’adore écouter des séries, mais lorsque je veux relaxer et que je me mets à explorer et à choisir… on dirait que je ne relaxe plus, il y en a trop. J’aimerais quasiment que Netflix me limite à 3 choix… mais là, on se plaindrait de ne pas avoir assez de choix. Ce problème de choix, je l’ai partout: trop d’articles à lire, de revues, de livres… le côté positif dans tout ça, c’est qu’il y a beaucoup de choses intéressantes à explorer!  

Avec les différents outils technologiques en éducation, on peut facilement avoir le même problème. Je passe plusieurs heures par jour à explorer de nouvelles technologies ou même de nouvelles options dans les technologies que j’utilise déjà et pourtant, j’ai toujours l’impression d’être en retard, d’avoir manqué quelque chose, de ne pas tout savoir et de ne pas être arrivée à la fin.  Cette espèce de corne d’abondance d’options et d’outils, c’est un peu ce qui nous arrive un peu partout avec la technologie.  Le Web contient tellement d’informations que l’on n’arrive jamais à la fin et à la fin de nos réseaux sociaux non plus. Il y a toujours des nouveautés à voir et à lire.  C’est la même chose lorsque vient le temps d’essayer un nouvel outil technologique en classe.  On peut facilement s’y perdre et avoir l’impression que l’on n’est pas à jour puisque le voisin d’à côté utilise une application dont nous n’avions jamais entendu parler.

Alors, comment gérer cette anxiété d’abondance? Ce petit stress de ne pas être à jour? De ne pas savoir quoi choisir? Voici les stratégies que propose Matt Miller dans son livre Tech like a Pirate. 

1- Commencer par quelque chose de petit. Matt suggère d’intégrer un outil simple dans un cours déjà préparé. On peut donc expérimenter sans tout réinventer.  

 2- Choisir l’outil qui aura le plus d’impact sur la réussite et l’apprentissage de nos élèves. 

3- Choisir quelque chose qui nous fait vibrer ou nous intéresse. Apprendre un nouvel outil sera beaucoup plus motivant si celui-ci vous intéresse!

J’ajouterais à ces trois bons conseils d’utiliser les ressources disponibles autour de vous. Contactez vos conseillers pédagogiques matière et TIC pour des suggestions ou encore consultez vos collègues et même apprenez ensemble un nouvel outil! Les réseaux sociaux et le Web vous permettent aussi d’apprendre par vous-mêmes et de découvrir les possibilités de l’outil. Plusieurs autoformations sont également disponibles pour vous approprier l’outil à votre rythme.

Je terminerais aussi en disant que comme une série Netflix, il est possible d’abonner un outil si celui-ci ne vous convient pas. Même si tout le monde l’adore et ne jure que par celui-ci, si l’outil ne répond pas au critère bien important d’être un plus pour votre pédagogie et un plus pour vos élèves, on a suffisamment de choix pour l’abandonner et en choisir un autre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *