Alexandra Coutlée,  Entraide

Tu ne peux pas comprendre…

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Alexandra Coutlée Espaceprof

Alexandra Coutlée

Fondatrice et collaboratrice
Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


La phrase qui me faisait le plus peur est finalement tombée, 6 mois jour pour jour après que j’aie quitté la classe : tu ne peux pas comprendre, tu n’es pas en classe toi ! C’est la phrase que je redoutais le plus en quittant la classe et en acceptant un poste de conseillère pédagogique… me faire dire, en quelque sorte, que j’étais déconnectée du milieu. Pourtant, j’étais en classe quelques jours avant la fameuse phrase… mais ce n’est effectivement pas la même chose.

Lorsque j’ai affiché ce changement sur la page d’Espaceprof, j’ai aussi reçu des commentaires accusateurs disant que l’on prenait ce genre de poste parce qu’on savait que le métier était trop dur ou que l’on n’aimait pas enseigner. C’est pourtant tellement le contraire. Mes plus beaux moments en éducation sont lorsque je suis avec des élèves. Aucun enseignant ne rêve de réunions, de correction (du moins pas moi) ou d’entrer des notes dans des logiciels lents et pénibles. On rêve d’interagir avec les jeunes, avec les élèves. 

Bien que mon nouveau mandat de conseillère m’ait enlevé correction et entrée de notes, je ne me sens pas déconnectée… du moins je l’espère. J’ai la chance de côtoyer des enseignants passionnés avec qui je peux développer des projets. J’ai aussi la chance d’avoir du temps. Du temps pour être à jour sur ce que les données probantes me donnent comme information sur des stratégies efficaces en classe et de mon côté, ayant un mandat technologique, du temps pour m’approprier les outils pour ensuite venir appuyer mes collègues enseignants.

Mais cette phrase : tu ne peux pas comprendre… elle me dérange toujours. J’aime penser que je suis à l’écoute de ce qui se vit en éducation. En se promenant d’une école à l’autre, d’une classe à l’autre, en écoutant parler les enseignants qu’on accompagne, on voit bien des réalités différentes. Et j’aurais eu envie de répondre : tu ne peux pas comprendre la réalité de chaque enseignant non plus, tu sais. C’est tellement différent d’un milieu à l’autre et d’une classe à l’autre… 

Ce que j’aurais dû répondre ? Explique-moi, je veux comprendre ta réalité. Mais je suis encore un bébé CP (conseiller pédagogique) et je vis tellement avec cette peur d’être déconnectée que je n’ai pas bien répondu. J’ai tenté de répliquer. Est-ce que cette phrase se voulait une attaque envers mon rôle ? Lorsqu’on dit d’une direction d’école qu’elle est déconnectée… est-ce que ça veut dire qu’on trouve que ce qu’elle a à dire n’est pas pertinent? Je crois au contraire que cette phrase veut dire qu’on ne se sent pas écouté. Comme un parent d’ado qui tente de débuter la conversation en donnant des conseils au lieu d’écouter. 

J’ai donc comme objectif d’être plus à l’écoute. Et je crois que c’est ce qui aiderait dans tous les différents milieux en éducation. On ne vit pas la même chose que le collègue de la classe d’à côté. Le même groupe peut être bien différent selon le prof devant eux. La direction a une vision différente du prof dans sa classe, et vice-versa. Les conseillers pédagogiques ont des données que le prof n’a pas, le prof a des données que le CP n’a pas. Et si la phrase tombe : tu ne comprends pas, tu n’es pas en classe… c’est qu’il faut répondre : Eh bien explique-moi, je veux comprendre et aider. Et ça s’applique à tout le monde. Même aux élèves !

One Comment

  • Julie Beaupré

    Une bébé CP qui est rapidement passée à l’âge adulte. Une des plus connectées et des plus présentes que je connaisse!

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *