• Apprentissage,  Espaceprof,  Jennifer Floymon,  Lecture,  Motivation

    «Moi, j’haïs ça lire»

    Donner le goût de la lecture aux élèves en difficulté

    Image par Florin Radu de Pixabay

    Jennifer Floymon

    Enseignante au secondaire


    D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours ADORÉ lire. En 2e année du primaire, on pouvait choisir à la bibliothèque de l’école les romans qu’on allait lire en classe. Les élèves étaient dirigés vers certains rayons, dans lesquels on retrouvait des livres qui convenaient à leur niveau. Moi, toutefois, ces livres ne me satisfaisaient pas. Ils étaient trop courts, je passais au travers trop rapidement… J’ai alors eu la permission de choisir parmi d’autres rayons, où les livres étaient plus volumineux. La joie que cette exception m’a procurée ! J’y repense et cela me fait sourire. Je suis reconnaissante envers mes enseignants de ne pas m’avoir freinée sur ce plan; ils ont permis à ma passion de se développer.

    Toujours au primaire, j’avais vraiment de la facilité à l’école. Je comprenais vite, je travaillais vite, je terminais vite. J’avais pris la mauvaise habitude de cacher mon roman dans mes cahiers et, au lieu d’écouter ou de faire les travaux, je lisais. Parfois on me laissait faire, parfois on me confisquait mon livre… Je comprends mes enseignants de l’époque : l’élève ne fait pas ce qui est demandé, mais en même temps, elle LIT… comment la réprimander ?

  • Espaceprof,  Goldrick Noel,  Motivation

    Juste pour le plaisir

    Image par Владимир Берзин de Pixabay

    Goldrick Noel

    Enseignant au primaire


    Sur le web, on finit souvent par tomber sur des défis. Certains défis sont ludiques comme des énigmes, alors que d’autres font carrément peur. Dans cet article, je vous propose des défis de groupe qui peuvent être associés à un apprentissage ou tout simplement à un moment de votre routine… question de changer la routine!

    Défi de ne pas rire

    On retrouve souvent des élèves dans la classe qui adorent faire des blagues ou les partager avec le reste de la classe. Proposer à vos élèves d’amener de courtes blagues de la maison. Diviser ensuite la classe en deux équipes. Un à un, les élèves s’affrontent dans le but de faire rire l’autre. Le reste de la classe a le droit de rire et c’est même une bonne stratégie pour pousser l’adversaire à rire. Mais les deux élèves qui s’affrontent n’ont pas le droit de rire, même pas de sa propre blague! Vous pouvez même pousser l’audace en affrontant une autre classe, dont les professeurs.

  • Apprentissage,  Espaceprof,  Goldrick Noel,  Pédagogie

    La pensée critique : un atout pour le monde de demain

    Image par James Bong de Pixabay

    Goldrick Noel

    Enseignant au primaire


    Il fut un temps où les gens se disaient plus influencés par les bulletins de nouvelles que par leur entourage. À un point tel que certaines personnes boudaient ces rendez-vous de fin de soirée en disant que ça ne servait qu’à propager de mauvaises nouvelles et que ça gâchait leur humeur. Maintenant que les médias sociaux prennent de plus en plus de place, ce sont de multiples plateformes qui sont pointées du doigt. Les nouvelles sont donc devenues beaucoup plus accessibles, mais elles sont aussi transmises par de plus en plus de personnes qui filtrent l’information en se basant sur leurs valeurs personnelles.

    L’école sert aussi à préparer les élèves à ce genre de situation. Quand on se retrouve devant deux informations contradictoires, on finit inévitablement par faire un choix en accordant plus de crédibilité à l’une qu’à l’autre. Devant un choix, la première stratégie qu’un enfant développe est celle de copier ses parents. Plus tard, ce sera de copier ses amis, ses idoles, les influenceurs. Pour pousser les élèves à réfléchir au lieu de copier, l’école cherche à développer des stratégies qui se rapprochent de l’autonomie. Une de ces stratégies est la pensée critique et voici quelques suggestions pour développer celle de vos élèves.

  • Alexandra Coutlée,  Climat de classe,  Pédagogie

    L’image de marque de votre classe

    Image par chenspec de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Le super Tony Vincent de Learning in Hand, enseignant et blogueur, a partagé, au mois de juin dernier, une idée particulièrement intéressante: créer une marque à l’effigie de votre groupe classe. Je ne parle pas ici de ventes ou de marketing, je vous rassure, mais de prendre les principes gagnants d’une marque, d’une équipe, d’une fierté d’appartenir à un groupe et de les appliquer à la classe. Voici comment il a fonctionné :

    Tout d’abord, il a commencé sa première semaine de classe en mode “En construction”. Son objectif avec les élèves: trouver un nom, un logo et un slogan pour sa classe. Les élèves ont donc dû apprendre à se connaître, à échanger et à partager leurs idées. Car bien sûr, la décision finale revient au groupe et doit faire consensus.

  • Alexandra Coutlée,  Apprentissage,  Espaceprof,  Pédagogie

    Un jardin pédagogique intérieur à l’école

    Image par J Garget de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Jardiner à l’école, toute l’année, ça vous parle ? Deux enseignantes ont accepté de nous partager leur expérience de jardinage intérieur avec leurs élèves. Toutes les deux ont utilisé les jardins Vireo, un programme de jardin hydroponique qui offre une solution clé en main qui inclut tout le matériel, mais aussi des ressources pédagogiques et du soutien aux écoles qui souhaitent se lancer dans le projet.

    Jardinage et philanthropie au secondaire

    Odette Plante enseigne les sciences au collège Notre-Dame-de-Lourdes au premier cycle du secondaire. Elle a fait l’expérience du jardin pédagogique intérieur avec ses élèves de 1re et 2e secondaire. Elle offre le cours d’option science et c’était donc un projet qui peut très bien émerger dans le cadre de ses cours avec ses groupes, mais aussi une activité parascolaire offerte aux élèves dans son milieu scolaire. « Je trouve que le jardinage peut donner un sens à la connaissance théorique acquise en classe.  De plus, avec le début de la pandémie et les groupes bulles, j’ai eu l’idée d’offrir une activité de jardinage aux élèves, car j’ai pu constater de plus en plus de stress et d’anxiété au sein des groupes sur le terrain.  Donc, j’ai utilisé le jardin dans mes cours et aussi en activité parascolaire », nous explique Mme Plante. 

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Pédagogie

    L’expérience JA Québec

    Image par Mudassar Iqbal de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    JA Québec (anciennement Jeunes Entreprises du Québec) s’est implanté au Québec en 1962, mais existe depuis 1919 aux États-Unis. Organisme à but non lucratif, sa mission est d’offrir gratuitement des formations aux jeunes de 10 à 18 ans sur la préparation au travail, l’entrepreneuriat et la littératie financière. L’objectif est de préparer les jeunes à prendre de bonnes décisions financières, à démarrer une entreprise, à mettre au point un plan de carrière et à exprimer leur esprit d’innovation. Neuf programmes scolaires, visant les élèves de la 4e année primaire jusqu’à la fin du secondaire, et un programme en parascolaire (Entreprise Étudiante), visant les 15 à 18 ans, sont disponibles gratuitement aux écoles.

  • Elisabeth Nelson Dupré,  Espaceprof,  Lien affectif,  Passion

    Cher élève

    Image par ambermb de Pixabay

    Elisabeth Nelson-Dupré

    Enseignante au primaire et au secondaire


    Cher élève,

    Aujourd’hui, c’est la rentrée, et j’avais tellement de choses à te dire ! Je pensais à mon coco pour qui passer la journée assis sur une chaise est tellement un défi de taille ! Je pensais à mon coco qui a toujours plein de choses à dire et pour qui lever la main avant de parler est un vrai supplice ! Sache que je vous comprends tellement ! Moi aussi, quand j’étais petite, on me réprimandait souvent parce que je déplaçais de l’air ! Je te promets de te faire des petits rappels avec douceur ! Je sais que ce n’est pas pour mal faire, mon cœur. C’est plus fort que toi !

    Je pensais à ma cocotte qui a mal dormi la nuit dernière parce qu’elle fait tellement d’anxiété… ce mal du siècle ! Sache que moi aussi, j’en fais ! Je te comprends. Je te promets d’être compréhensive lorsque tu seras dans la lune.

    Je pensais aussi à toi, ma cocotte, qui as tellement de pression à la maison avec les résultats scolaires. Tu es tellement brillante ! J’ai envie de te dire combien tu m’impressionnes et que je suis fière de toi ! Sache que tu vaux tellement plus qu’une note sur un bout de papier ! Tu es tellement plus que ça ! J’ai envie de te dire que, dans la vie, on a le droit de se tromper, de faire des erreurs … ce n’est pas grave ! L’important, c’est d’apprendre et de se relever.

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Lien affectif

    Le nom des élèves

    Image par BRRT de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Mon nom de famille a toujours été mal prononcé. Mon prénom ça va, mais mon nom de famille, ouf… Je vois le moment d’hésitation, voire de panique dans les yeux des gens qui doivent lire mon nom de famille lorsqu’on prend les présences pour une activité ou que c’est mon tour pour une prise de sang. Coulté, Cloutée,Cloutier… je les ai pas mal toutes entendues, les variations possibles. Et lorsque je suis entrée au cégep en anglais, j’ai eu droit à la version langue seconde de mon nom…malmené.

    Je m’y suis habituée et maintenant, ça me fait sourire. Je prends souvent les devants, juste au moment où je vois l’hésitation dans les yeux d’une personne. Et on me demande toujours par la suite: ça vient d’où. Ça me vient de mes parents, de mon père, du Québec… je n’ai pas une histoire bien spéciale à raconter sur la provenance de mon nom. Même si aujourd’hui ça fait partie de moi que ce nom mal prononcé, je me souviens à quel point la prise de présences à l’école, surtout à l’adolescence, me dérangeait. Par chance, on ne s’est pas moqué de mon nom et ce n’est pas les railleries des collègues de classe qui m’ont dérangée, mais ce moment devant tout le monde où mon nom allait être mal prononcé… et que dire des enseignants qui, même après avoir passé l’année avec moi, n’étaient toujours pas capables de prononcer mon nom comme il faut. Disons que je ne sentais pas un lien bien fort avec eux!

  • Espaceprof

    Un mot de nos collaborateurs pour la rentrée 2021-2022

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Je vous souhaite à tous une bonne rentrée scolaire 2021-2022. Elle ne s’annonce pas de tout repos, encore une fois, mais je sais qu’en collaborant et en s’assurant de prendre bien soin de nous en respectant nos limites, on arrive à de bien belles choses. La dernière année m’a montré à quel point le milieu de l’éducation est extraordinaire! Vous faites tous une énorme différence, merci d’être là!


    Goldrick Noel

    Pour certains, c’est une nouvelle année. Pour d’autres, c’est un nouveau départ. De plus en plus, les signes laissent croire que la vie nous réservera encore quelques surprises. C’est pourquoi je vous souhaite de tout cœur de vous rappeler que vous ne tenez que 180 jours entre vos mains. Que ces enfants sont grandement influencés par leurs amis, leur famille et tout ce qu’ils trouvent sur le Web ou dans les jeux. Par contre, vous, vous avez 24h sur 24, 7 jours sur 7. Je ne peux que vous recommander de faire de votre mieux pour eux, mais surtout pour vous. Face à l’incertitude, le meilleur cadeau que l’on peut se faire, c’est d’avoir l’esprit clair et assez d’énergie pour être prêt à affronter n’importe quel imprévu. Profs en santé, élèves bien guidés 🙂

  • Alex-Anne Flambert,  Enseignement positif,  Espaceprof

    Merci à vous, enseignant.e.s de la pandémie!

    Image par Thanks for your Like • donations welcome de Pixabay

    Alex-Anne Flambert Espaceprof

    Alex-Anne Flambert

    Enseignante au secondaire

    Visitez son blogue: La Bibliomaniaque


    2020-2021 aura été une année particulière, on vous l’aura sans doute répété maintes, et maintes fois. Derrière mon écran, j’en ai lu de toutes les couleurs sur les conditions avec lesquelles vous avez travaillé cette année. De la part de collègues, j’en ai entendu des belles, mais aussi beaucoup des moins belles. À l’aube de la fin de mon congé de maternité, je tiens à vous remercier enseignant.e.s de la pandémie, pour le travail colossal que vous avez fait cette année, mais surtout à vous féliciter.

    • Pour les pas chassés effectués entre l’école en présence et à distance.
    • Pour la conjugaison des horaires atypiques.