• Espaceprof,  Lien affectif,  Nadia Bélanger,  relation d'aide,  Santé mentale

    Comment allez-vous madame?

    Image par ijmaki de Pixabay

    Nadia Bélanger Espaceprof

    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Avant, quand un élève me posait la question, je répondais toujours: bien, merci! J’imagine que c’est l’habitude que l’on prend à se dire « salut ça va » – « oui, toi » – « oui, merci » de manière presque machinale, parfois même sans émotion. 

    Depuis quatre ans environ, j’ai fait le choix de dire la vérité, souvent avec humour. Voici des exemples de ce que je peux répondre à l’élève:

  • Entraide,  Espaceprof,  Nadia Bélanger,  relation d'aide,  Santé mentale

    Être là

    Image par Foundry Co de Pixabay

    Nadia Bélanger Espaceprof

    Nadia Bélanger

    Enseignante au secondaire


    Aujourd’hui, alors que je marchais dans le corridor, je t’ai aperçu. Tu étais en larmes. En fait, c’était plus que des larmes. C’était des sanglots. Ton corps tremblait.Tu étais en état de crise. Une de celles qui te prennent la tête et le cœur depuis que tu es en dépression majeure. 

    J’ai alors fait ce que je sais le mieux faire: être là. Je suis restée près de toi pendant un bout, sans rien dire. Ta tristesse envahissait mon coeur. Peut-on ne pas être touché par la tristesse profonde d’un enfant? Je t’ai remercié de ta confiance et me laisser rester près de toi. Je t’ai dit que je comprenais que tu n’allais pas bien et aussi que tu n’étais pas dans un état pour retourner en classe. Une technicienne en éducation scolaire a pu ensuite te prendre avec elle pour te permettre d’aller reprendre le dessus sur tes émotions ailleurs qu’en plein milieu du corridor. 

  • Apprentissage,  Entraide,  Espaceprof,  Gestion de classe,  Goldrick Noel,  Pédagogie

    À la découverte du coenseignement

    Image par Here and now, unfortunately, ends my journey on Pixabay de Pixabay

    Goldrick Noel

    Enseignant au primaire


    Avez-vous déjà pensé à ce que ressemblerait votre profession si vous aviez quelqu’un qui vous accompagne en classe pendant vos périodes d’enseignement? Et si cette personne était aussi présente pendant vos périodes de planifications? Mais pourquoi pas une autre enseignante? Tant qu’à faire, pourquoi ne viendrait-elle pas avec toute sa classe?

    Toutes ces questions s’appliquent pour décrire ce qu’est le coenseignement, car il y a plusieurs façons de le vivre. Que ce soit avec une autre enseignante, une orthopédagogue, une enseignante-ressource, à temps plein ou à temps partiel, l’objectif est d’améliorer la qualité de l’enseignement offert. En bref, de permettre à tous les élèves de profiter des bienfaits de l’apprentissage. Il est vrai que tout ce qui touche la différenciation est souvent la première idée qui vient en tête, mais ce système a encore bien plus à offrir.

  • Espaceprof,  Lysiane Dallaire,  Pédagogie

    Toi pis le droit d’auteur

    Image par Abbie Fyre de Pixabay

    Lysiane Dallaire Espaceprof


    Lysiane Dallaire

    Enseignante au primaire et conseillère pédagogique


    Dans le milieu de l’enseignement, on va se le dire, ultimement c’est une large proportion d’entre nous qui sommes payés par la même poche, celle des contribuables. Dans cette optique, j’ai toujours encouragé le partage et l’échange de nos ressources. Trois personnes, trois personnes généreuses de mon entourage ont vécu la même chose que moi en quelques semaines.  Et comme préambule, j’ai le goût de vous dire que les constats que je fais aujourd’hui ne m’empêcheront jamais de collaborer ou de partager, mais le goût est amer un peu. 

    Contexte 1: 

    J’ai une amie qui assiste à un congrès en ligne. On lui présente un outil techno cool pour aller avec un thème qu’elle travaille déjà avec des collègues et des élèves. Elle s’inscrit à la présentation pour réaliser que le projet présenté est le sien à la différence près que la tâche finale du projet est différente (dorénavant techno) et que son nom n’est pas mentionné durant toute la présentation et qu’elle n’en a jamais été informée. 

  • Alexandra Coutlée,  Développement professionnel continu,  Enseignant connecté,  Espaceprof,  Formation,  Pédagogie

    Du développement professionnel avec TikTok ?

    Image par antonbe de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof


    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Je me suis lancée bien tardivement dans cette nouvelle plateforme. Bien sûr, j’avais créé un compte, regardé ce que c’était… Après tout, je suis maman et mes enfants y étaient. Je devais donc m’y intéresser un peu pour pouvoir en discuter avec eux. Mais les défis de danse et les vidéos de chats que j’y ai vus n’ont pas capté mon attention bien plus longtemps et je suis vite retournée à mes autres réseaux sociaux chouchous. Après tout, je trouvais bien des échanges et astuces pédagogiques intéressants sur Twitter et sur mes différents groupes Facebook. 

    Depuis quelque temps, par contre, je renoue avec cette plateforme. Il faut dire que la pandémie m’a laissé un peu plus de temps… pour perdre mon temps sur mon téléphone. Je suis étonnée d’y voir des vidéos qui m’aident au quotidien dans mon développement professionnel. Bon, j’avoue qu’il y a encore plusieurs vidéos de chats et bien des blagues entre mes vidéos plus « éducatives », disons, mais après tout, il faut bien décrocher aussi de temps à autre.

  • Apprentissage,  Espaceprof,  Jennifer Floymon,  Lecture,  Motivation

    «Moi, j’haïs ça lire»

    Donner le goût de la lecture aux élèves en difficulté

    Image par Florin Radu de Pixabay

    Jennifer Floymon

    Enseignante au secondaire


    D’aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours ADORÉ lire. En 2e année du primaire, on pouvait choisir à la bibliothèque de l’école les romans qu’on allait lire en classe. Les élèves étaient dirigés vers certains rayons, dans lesquels on retrouvait des livres qui convenaient à leur niveau. Moi, toutefois, ces livres ne me satisfaisaient pas. Ils étaient trop courts, je passais au travers trop rapidement… J’ai alors eu la permission de choisir parmi d’autres rayons, où les livres étaient plus volumineux. La joie que cette exception m’a procurée ! J’y repense et cela me fait sourire. Je suis reconnaissante envers mes enseignants de ne pas m’avoir freinée sur ce plan; ils ont permis à ma passion de se développer.

    Toujours au primaire, j’avais vraiment de la facilité à l’école. Je comprenais vite, je travaillais vite, je terminais vite. J’avais pris la mauvaise habitude de cacher mon roman dans mes cahiers et, au lieu d’écouter ou de faire les travaux, je lisais. Parfois on me laissait faire, parfois on me confisquait mon livre… Je comprends mes enseignants de l’époque : l’élève ne fait pas ce qui est demandé, mais en même temps, elle LIT… comment la réprimander ?

  • Elisabeth Nelson Dupré,  Espaceprof,  Lien affectif,  Passion

    Cher élève

    Image par ambermb de Pixabay

    Elisabeth Nelson-Dupré

    Enseignante au primaire et au secondaire


    Cher élève,

    Aujourd’hui, c’est la rentrée, et j’avais tellement de choses à te dire ! Je pensais à mon coco pour qui passer la journée assis sur une chaise est tellement un défi de taille ! Je pensais à mon coco qui a toujours plein de choses à dire et pour qui lever la main avant de parler est un vrai supplice ! Sache que je vous comprends tellement ! Moi aussi, quand j’étais petite, on me réprimandait souvent parce que je déplaçais de l’air ! Je te promets de te faire des petits rappels avec douceur ! Je sais que ce n’est pas pour mal faire, mon cœur. C’est plus fort que toi !

    Je pensais à ma cocotte qui a mal dormi la nuit dernière parce qu’elle fait tellement d’anxiété… ce mal du siècle ! Sache que moi aussi, j’en fais ! Je te comprends. Je te promets d’être compréhensive lorsque tu seras dans la lune.

    Je pensais aussi à toi, ma cocotte, qui as tellement de pression à la maison avec les résultats scolaires. Tu es tellement brillante ! J’ai envie de te dire combien tu m’impressionnes et que je suis fière de toi ! Sache que tu vaux tellement plus qu’une note sur un bout de papier ! Tu es tellement plus que ça ! J’ai envie de te dire que, dans la vie, on a le droit de se tromper, de faire des erreurs … ce n’est pas grave ! L’important, c’est d’apprendre et de se relever.

  • Alexandra Coutlée,  Espaceprof,  Lien affectif

    Le nom des élèves

    Image par BRRT de Pixabay

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Fondatrice et collaboratrice
    Conseillère pédagogique au primaire et au secondaire


    Mon nom de famille a toujours été mal prononcé. Mon prénom ça va, mais mon nom de famille, ouf… Je vois le moment d’hésitation, voire de panique dans les yeux des gens qui doivent lire mon nom de famille lorsqu’on prend les présences pour une activité ou que c’est mon tour pour une prise de sang. Coulté, Cloutée,Cloutier… je les ai pas mal toutes entendues, les variations possibles. Et lorsque je suis entrée au cégep en anglais, j’ai eu droit à la version langue seconde de mon nom…malmené.

    Je m’y suis habituée et maintenant, ça me fait sourire. Je prends souvent les devants, juste au moment où je vois l’hésitation dans les yeux d’une personne. Et on me demande toujours par la suite: ça vient d’où. Ça me vient de mes parents, de mon père, du Québec… je n’ai pas une histoire bien spéciale à raconter sur la provenance de mon nom. Même si aujourd’hui ça fait partie de moi que ce nom mal prononcé, je me souviens à quel point la prise de présences à l’école, surtout à l’adolescence, me dérangeait. Par chance, on ne s’est pas moqué de mon nom et ce n’est pas les railleries des collègues de classe qui m’ont dérangée, mais ce moment devant tout le monde où mon nom allait être mal prononcé… et que dire des enseignants qui, même après avoir passé l’année avec moi, n’étaient toujours pas capables de prononcer mon nom comme il faut. Disons que je ne sentais pas un lien bien fort avec eux!

  • Espaceprof

    Un mot de nos collaborateurs pour la rentrée 2021-2022

    Alexandra Coutlée Espaceprof

    Alexandra Coutlée

    Je vous souhaite à tous une bonne rentrée scolaire 2021-2022. Elle ne s’annonce pas de tout repos, encore une fois, mais je sais qu’en collaborant et en s’assurant de prendre bien soin de nous en respectant nos limites, on arrive à de bien belles choses. La dernière année m’a montré à quel point le milieu de l’éducation est extraordinaire! Vous faites tous une énorme différence, merci d’être là!


    Goldrick Noel

    Pour certains, c’est une nouvelle année. Pour d’autres, c’est un nouveau départ. De plus en plus, les signes laissent croire que la vie nous réservera encore quelques surprises. C’est pourquoi je vous souhaite de tout cœur de vous rappeler que vous ne tenez que 180 jours entre vos mains. Que ces enfants sont grandement influencés par leurs amis, leur famille et tout ce qu’ils trouvent sur le Web ou dans les jeux. Par contre, vous, vous avez 24h sur 24, 7 jours sur 7. Je ne peux que vous recommander de faire de votre mieux pour eux, mais surtout pour vous. Face à l’incertitude, le meilleur cadeau que l’on peut se faire, c’est d’avoir l’esprit clair et assez d’énergie pour être prêt à affronter n’importe quel imprévu. Profs en santé, élèves bien guidés 🙂

  • Communication avec les parents,  Enseignement positif,  Espaceprof,  Marie-Claude Pilote,  Santé mentale

    Les parents exigeants ou comment mettre une pression inutile sur le dos de son enfant

    Image par Luisella Planeta Leoni de Pixabay

    Marie-Claude Pilote Espaceprof

    Marie-Claude Pilote

    Enseignante au secondaire


    Dans mon premier billet, je vous ai mentionné que mon passage du privé au public m’a amenée à enseigner au PEI (Programme d’enseignement international ou intermédiaire, c’est selon). La semaine dernière, j’ai vécu ma première rencontre de parents avec cette nouvelle réalité. Bien humblement, je vous avoue que je l’anticipais un peu. Mes nouveaux collègues me disaient que certains parents étaient intenses et exigeants. Je me rassurais et me disais: « Ce doit être le même genre de parents qu’au privé. »

    Le constat

    Ce que j’y ai vécu ressemble beaucoup au monde du privé: des parents impliqués, qui ont l’éducation à cœur, qui veulent le mieux pour leur enfant. J’ai aussi rencontré une catégorie « à part »; une catégorie de parents qui ne sont pas satisfaits d’un 84%, qui veulent que leur fille qui a 92% se « force un peu » pour atteindre 95%.